Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 00:05

« Ton père n'a plus qu'un jour ou deux à vivre ». C'est le genre de phrase qu'on n'oublie pas. Un ou deux jours à vivre, ça stupéfie de la même façon qu'à la naissance de ma fille aînée, je l'avais longuement contemplée en me disant : « Ma fille a une heure, deux heures... » C'est pas un âge, une heure ou deux, c'est pas une vie, un jour ou deux.

Je me souviens avec une précision absolue de son dernier souffle il y a exactement trente ans, le 11 décembre 1983, et je n'ai pas envie d'en parler. Je l'anticipais depuis 8 ans, parce que je n'ai jamais fait confiance à la mansuétude des cancers, surtout ceux qui semblent guéris pour mieux resurgir quelques années plus tard... Mais on a beau anticiper, on est pris de court.

Dans les mois qui ont suivi, en écoutant les désolantes nouvelles sur « la rigueur », les Golden boys », le règne de l'argent et des Tapie, il m'est plusieurs fois arrivé d'interpeller mon père : « Tu sais, papa, tu ne manques pas grand chose ! » Il aurait été si déçu, lui qui avait tant rêvé d'un monde meilleur.

papa2.jpgIndovietnamien de nationalité française, il se souvenait de la réflexion marmonnée par le Président de la Cour lui remettant, ainsi qu'à un lauréat antillais, son diplôme de magistrat : « Et dire qu'on appelle ça des français ! ». Que penserait-il aujourd'hui du racisme résurgent? Que penserait-il des luttes pour l'égalité des droits, lui qui a vu sa carrière freinée toute sa vie par une pancarte qu'il avait brandie, étudiant, dans une manif : « Travailleurs vietnamiens, révoltez-vous, on vous exploite! » 25 ans plus tard, au Ministère de la Justice, on lui disait encore « C'est vous l'homme à la pancarte ? » Que penserait-il aujourd'hui de l'arrogance de certains dirigeants, lui qui avait maintes fois condamné le Monsieur Michelin de l'époque pour entrave au droit syndical et s'était vu répondre, lorsqu'il s'étonnait de la récidive obstinée du contrevenant : « Monsieur le Président, je préfère payer des amendes qu'avoir à supporter des syndicats dans mon entreprise".

 

Tu te dirais peut-être avec tristesse que le monde ne s'améliore pas, aussi vais-je te donner des nouvelles douces. Anneso, ta petite-fille dont tu disais avec tendresse "Vous avez bien fait de la faire" a bien grandi et milite à son tour contre les injustices et pour l'environnement. Tu n'as pas eu le temps de connaître Lauranne mais je suis sûre que tu l'apprécierais pour la même raison qui t'a fait me dire un jour : « Toi, je t'aime bien, parce que tu me fais rire ». Tu en a connu quatre, tu as aujourd'hui sept petits enfants, et deux arrière petits-enfants beaux et intelligents, leurs parents t'en parleront.

A propos de « faire rire », tu te composais- profession judiciaire oblige- un masque sérieux et impassible- mais j'ai eu le plaisir de rencontrer récemment ton ancien coiffeur qui m'a raconté combien tu aimais plaisanter avec lui... y compris quand à 18 ans il passait en jugement devant toi pour tapage nocturne ! Un jeune avocat dont tu appréciais que ses plaidoiries ne t'endorment pas a brillamment confirmé son don oratoire. Il se souvient très bien de toi, plus de trente ans après. Ainsi que plusieurs autres de mes ami(s)s. Il paraît qu'on n'est jamais tout à fait mort tant qu'une personne au moins se souvient de vous.

Il y a dans nos vies et nos souvenirs beaucoup de traces de toi. Tu as cependant emporté quelque chose que je n'ai jamais retrouvé : avec toi, je savais danser le tango. Mais depuis 30 ans, je n'ai réussi à le danser avec aucun autre homme.


 

tango papa





Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

evelyne sinnassamy 12/12/2013 18:19


J'ajouterai que Papa a toujours cru en une France ouverte et multiple, puisqu'elle l'avait accepté, lui qui avait été rejeté par une partie de sa famille indienne parce qu'il avait une mère
vietnamienne. Et qu'il pensait, nonobstant les remarques racistes que tu cites, que c'est la France qui lui avait permis de faire des études, d'avoir un métier et une famille, lui moitié indien,
moitié vietnamien et entièrement français. 

evelyne sinnassamy 12/12/2013 18:04


Oui, Papa plaisait à bien des dames, et certaines n'allaient à la messe au village que pour le contempler.


Et j'ai rencontré aussi quelques avocats et d'autres encore qui gardaient de lui un souvenir ému, me parlant de son humanité et de gestes dont il ne nous avait jamais parlé. 

françoise 12/12/2013 11:31


à Frédéric: je me souviens très bien des billets où tu parlais de ces deuils si rapprochés. On ne s'habitue pas à la mort, mais avoir conscience en permanence de l'impermanence des choses permet
effectivement de savourer pleinement le bonheur de vivre;


à Reynald: la bîche, la bûche... comment as-tu deviné que j'ai une tête de bois, têtue?


à SF: merci! Tango à Patriarche: mes amis ont apprécié la convivialité de ce week-end et on s'est donné RV dans deux mois pour tester le saucisson. C'est vraiment réjouissant de voir des d'jeunz
qui n'ont pas le nez en permanence sur un écran :)


à Xine: effectivement, nos pères vivent encore, manifestement, même si c'est ailleurs.


à Andiamo: je suis sûre que tu savais danser le tango, bien qu'Italoche plus qu'Argentin!


à Célestine: si j'en juge au nombre de voisines qui trouvaient papa "tellement distingué", il n'était pas beau que dans les yeux de ses filles :)

Celestine 11/12/2013 23:12


Dans les yeux de sa fille,ce père est tout simplement beau.


La photo du tango est très émouvante.


 

Reynald 11/12/2013 14:54


Eh Cugino, un rital rese toujours au temps de la splendeur...;-)

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture