Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 12:42

jeu2.jpgL’humour, politesse du désespoir ? Ou façon de mettre une juste distance avec l’événement pour éviter que les indignations quotidiennes ne conduisent à l’infarctus ? Sourire, jouer, au lieu de s’énerver. Au lieu de répondre à une insulte en disant « Casse toi alors, pauvre con ! »- premier degré, pas une once d’humour- se souvenir qu’à un badaud qui hurlait sur son passage « Mort au con », le Général de Gaulle répondit : « Vaste programme… ». Qu’entendant quelqu’un crier « Connard » sur son passage, Jacques Chirac se précipita, tout sourire et main tendue : « Enchanté, moi c’est Jacques Chirac ». La classe…

Pourquoi s’énerver contre les représentants en salle de bains qui téléphonent deux fois par semaine, alors qu’il est si jouissif de les harceler de questions sur le matériau de la baignoire, la garantie attachée aux robinets et le débit de l’eau avant de conclure « C’est passionnant mais voyez-vous, j’ai décidé de ne plus me laver par solidarité avec les peuples qui manquent d’eau ».

J’ai déjà écrit ici mon agacement devant l’ostracisme contre les hommes seuls dont font preuve tant de clubs libertins. M’agace aussi le « dress code » qui interdit le pantalon aux femmes, dress code extrêmement ringard, car sur la plupart des sites, les femmes sont photographiées en guêpière ou « haut sexy », porte-jarretelles et bas résille occultant totalement l’érotisme délicat de la jupette de tennis et des socquettes blanches, de la blouse d’infirmière ou du treillis militaire (si, si, l’uniforme sur une femme excite certains hommes). Occultant en fait toute imagination, tout jeu…

A quoi bon s’énerver contre ce conformisme ? J’ai préféré téléphoner à un club pour demander si, faute d’hommes seuls,  une femme seule pouvait accaparer trois maris sans que les épouses ne s’en offusquent, si en kilt écossais et ballerines vernies j’avais mes chances, si je pouvais réaliser tel ou tel fantasme (choisis parmi les plus étranges J ) le tout d’un ton badin comme si je discutais du prix des yaourts et des céréales. Plaisir exquis de déstabiliser l’interlocuteur, peu habitué à ce naturel. Le sexe en club est sécuritaire : la pub ne cesse de rassurer l’éventuel client en lui expliquant que tout est fait pour éloigner les importuns, garantir le chic de la soirée, sélectionner une clientèle choisie, permettre de réaliser en toute sécurité ses fantasmes les plus fous. C’est un peu comme le tourisme de masse, l’aventure en car climatisé et hôtels 4 étoiles all inclusive dans lesquels les seuls indigènes présents sont le personnel de service. 

On s’imagine la société libérée, tolérante, mais elle l’est au sens où l’entendait Clémenceau (ou Claudel, les avis divergent) : « La tolérance ? Il y a des maisons pour ça ». Hors les lieux consacrés, jouer au monde dans la vraie vie, débusquer les peurs, se libérer des schémas, c’est autre chose ! Je rêve d’inverser les rôles en abordant des messieurs pour leur proposer un verre. J’en ai parlé à quelques copains qui, quasi unanimes m’ont dit qu’ils détesteraient être abordés de la sorte. « Une fille qui m’aborderait comme ça, naturellement, je me dirais qu’elle doit le faire tout le temps, qu’elle est un peu… spéc… enfin, tu vois… » Oui, je vois.

jouer.jpg

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

françoise 13/07/2008 13:10

à Sam: le con, c'est aussi celui d'Irène, décrit par Aragon.au Mâle: on dit ça, on dit ça, mais vous avez gardé un prudent anonymat qui vous met à l'abri de me rencontrer :)

Le Mâle 13/07/2008 00:00

j'ai 30 ans .... et j'adorais que vous m'abordiez en me proposant un verre.

S@m 01/03/2008 04:03

C'est beau un con !?! Brel a d'ailleurs chanté : "Etre une heure, une heure seulement... beau, beau et con à la fois !" - comme quoi le beau sexe...

françoise 28/02/2008 21:42

à CT: oui, c'est sans doute une question de génération, les "soixante-huitards" appréciant plus l'idée que les 40/45! Je n'ai pas demandé à des 30 ans, je n'ai plus l'âge de les aborder.à Alainx: Je préférerais une lutte qui tire vers le haut: gratos, chic et sympa pour tout le monde!!!  Pourquoi associer gratos e glauiquen, comme si tout ce qui était pauvre étaot glauque? C'est vrai, j'oubliais: on dit "pauvre con" et pas "riche con" :) 

Alainx 28/02/2008 20:44

Le club libertain c'est chic et cher.Rien ne vaut une bonne "tournante" c'est glauque et gratos.on peut  baiser plus pour jouir plus.Luttons contre les inégalités.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture