Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 23:12

Trois jours de tables rondes avec d’éminents scientifiques et d’éminents journalistes tout contents que « la prise de conscience progresse ». Trois jours de festival à arpenter les allées du Palais du Pharo, regarder les stands qui exposent des technologies de toutes sortes pour économiser l’eau, utiliser les énergies renouvelables, manger plus sain, plus bio, plus beau…

 

Quelle tête feraient un aborigène, un pêcheur africain ou un instituteur malgache devant cette débauche de moyens pour persuader l’occidental de prendre des douches plutôt que des bains et fermer la lumière avant de quitter son bureau ? Sans doute un immense éclat de rire !  D’ailleurs ces « gestes pour la planète » dont on nous rebat les oreilles ne concernent qu’une minorité de gens et une seule génération, récente. Les plus de 50 ans les font naturellement, pas par souci écologique, mais parce qu’ils appartiennent à une génération où on ne gaspillait pas. On faisait des économies, pas de l’économie.

Samedi, je cherchais Jean-Marie Pelt. Dans le bureau où je croyais le trouver, une petite fille mignonne comme une fée bleue attendait depuis deux heures son papa, chercheur conférencier, dans ce local sans fenêtres.

J’ai emmené la petite fille se promener au soleil en compagnie de Madeleine, ange tutélaire du festival.  Madeleine est accueillante, souriante, pas stressée, une énergie chaleureuse et renouvelable.  Je tenais les doigts de la petite fille blottis en confiance dans ma main et j’étais bien. Le bonheur est souvent immatériel.
Je repensais à cette nouvelle de la semaine dernière : Raul Castro autorise les Cubains à acheter des téléphones mobiles. Waouh ! La liberté, aujourd’hui, ce n’est pas la liberté d’expression, d’aller et venir ou d’inviter qui on veut chez soi, c’est acheter un téléphone mobile (qui existait déjà à Cuba pour les usages professionnels) objet dont on s’est passé jusqu’en 1992 à peu près.  Rien que cette nouvelle renseigne sur les vraies priorités du monde moderne…
C’est d’ailleurs ce qui m’a gênée dans ce Festival. Il s’est contenté d’ajouter de gentils qualificatifs aux mots : « Développement…. durable. Energies… renouvelables. Technologies… douces.  Economie et croissance… positives. » De jolis adjectifs qui fondamentalement ne changent pas la logique de la société, toujours basée sur le développement, l’économie, la croissance, les énergies, les technologies, le matérialisme, et très peu sur les rapports humains et le bien-être intérieur.
Lorsque Maximilien Rouer a présenté les « innovations écologiques pour une croissance positive », les images projetées montraient des femmes en Inde récolter pieds nus dans l’eau, pour un salaire sûrement modeste,  les feuilles qui nous permettront de rouler toujours autant, avec des biocarburants. Bref, il y aura toujours ceux qui ont les moyens de s’offrir une vie confortable (plus durable, certes) et ceux qui n’ont rien ou pas grand-chose, ceux qui possèdent la technologie et ceux qui ont juste leur humanité pour survivre. Ceux qui ont le pouvoir et ceux qu’on soumet.
La société occidentale invente des technologies pour amortir le choc environnemental, avec la certitude que la science peut tout résoudre. Elle met de l’huile (bio de préférence) pour que ça glisse mieux,  mais préserve ses mécanismes prédateurs et sa bonne conscience. Or une société vraiment écologique repose sur un changement de logique, une rupture- une vraie, pas un mot de campagne électorale- dans la façon de penser et d’appréhender le monde. Il y faudrait aussi un peu de lyrisme et de passion pour qu’elle devienne désir... 
Personne n’a parlé du rapport au travail, excepté Anémone qui a franchement avoué : « J’ai été actrice parce qu’on me payait pour jouer. » Elle vit aujourd’hui dans une simplicité drastique et rigole devant le ramdam vert : « Suffit d’arrêter d’acheter n’importe quelle connerie pour s’offrir le luxe de produits sains et bons. » A l’inverse des businessmen et women de l’écologie qui sacrifient leur vie personnelle à leur entreprise verte, elle vit ses idées avec gaieté et naturel.
Dimanche, journée à la campagne dans la famille Saoul-Fifre (voir blogborygmes, lien à gauche). Plus besoin de tables rondes ni de théorie : on a comparé différents vins en parlant de chansons et de poésie, dégusté ou plutôt dévoré les lasagnes au cabri grillé et poivrons fondants inventées par le maître des lieux, puis on s’est baladé deux heures dans la colline sous un soleil printanier, au milieu des ronces et des buissons de romarin. Ensuite, les chiens ont fait des siennes (ou des leurs ?), le mâle quelque peu obsédé sexuel s’obstinant à vouloir sauter des chiennes d’une toute autre race que lui.  A 19h, j’étais en tee-shirt au soleil. A 23h, j’arrivais à Paris par un froid glacial. Chez moi j’ai lu le courrier, travaillé jusqu’à 2h du matin, et en fermant mes volets dans la nuit noire… vu mon jardin tout blanc : 20 cm de neige, y a plus de saison. Heureusement qu’il y a l’amour J

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

françoise 29/04/2008 16:51

à Flo: comme quoi, tout dépend des milieux dans lesquels on évolue. Mes potes de 50 à 60 ans sont des petits consommateurs, peu sensibles aux charmes des gadgets à la mode et vivant dans une joyeuse sobriété, mais tu as raison aussi: j'ai été invitée dans une fête pleine de cadres (45/55) évoluant dans la banque, l'assurance, l'informatique... et là, ça ne parlait effectivement que de bagnoles, de voyages, de camescopes et de fric, et c'était assez gonflant...

flo 29/04/2008 15:35

Tu as une vision bien optimiste des plus de 50 ans ! Je trouve au contraire que la plupart sont complétement enfermés dans un mode de vie hérité des trente glorieuses, comme si nous pouvions continuer à acheter n'importe quoi, produit n'importe où, n'importe comment. Une attitude totalement irresponsable devant laquelle les plus jeunes, au moins une partied'entre eux, se révoltent.

françoise 14/04/2008 17:46

à Andiamo: j'espère quand même qu'on ne te faisait pas fumer les mégots de ton frère :)à Lung Ta: oh oui, du soleil, parce qu'ici y fait rien qu'à pleuvoir et même grêler, besoin de lumière...

Lung Ta 14/04/2008 11:35

Bon c'est un article "durable" que tu as écrit, heuresement, car j'arrive toujours en retard ;-)Bien d'accord avec ce que tu écris.La question, est pour les 20% de la planète qui vivent dans cette "techno-civilisation" est il possible de revenir en arrière ?et pour les 80% est il possible de ne pas en rêver ? (suffit d'avoir été dans des PED -comme on dit- pour voir qu'ils ne rêvent que de cela, quand ce n'est pas la nécessité qui les fait "venir" même au risque dela mortComme chaque année le salon Natura à Nantes, et finalement pas grand chose de différent de la foire de Nantes (je dis cela mais j'y vais pas) : des produits "supergéniaux" en vente à méga prix pour votre plus grand bienj'ai mis un article du Monde sur le blog inventerre http://inventerre.canalblog.com/archives/2008/04/14/8808722.htmlsur le contrôle sous lequel nous vivonset finalement en lisant cet article je me posais la même question que ci dessus en te lisant :"alors trop tard pour tout changer" ???Je retourne à essayer déjà de changer intérieurement, cela ne pourra pas faire de mal à l'ensemble même si cela ne fait pas grand chose de bien.Sinon en ce moment il pleut pas mal par ici, c'est super, comme cela il ne restera plus rien à "tomber" quand tu viendras, et il fera un soleil magnifique ! hahahabises et à bientôt

Andiamo 09/04/2008 10:49

Françoise bonjourSi j'ai connu les fringues que l'on se repasse ? Bien sûr, même que j'appelle ça la marque : "DE MON FRERE" (voir mon billet du 15-11-2007 intitulé LES CLOPES, dans blogbo) je ne sais pas insérer un lien, j'chu nul ! J'étais le dernier, tu penses que j'en ai eu des "DEMONFRERE" ! Bonne journée.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture