Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 17:12

 

Le régime des intermittents du spectacle concerne les travailleurs du spectacle : comédien, musicien, technicien du son ou de l’image... Rien de semblable pour l’artiste hors spectacle- écrivain, peintre, sculpteur- dont les revenus liés à son art sont pourtant hautement improbables, et limités dans la majorité des cas. Il est si ancré dans la conscience collective qu’un artiste a de la chance de faire ce qu’il fait que l’idée de le payer vient rarement à l’esprit.  Ainsi, lorsque j’anime une table ronde ou une émission. A chaque fois c’est une ou deux journées de préparation + deux ou trois heures de représentation, non payées. Royaux, les organisateurs concèdent: « Vous pourrez  vendre et dédicacer vos livres à la sortie ».

Les deux dernières fois, j’ai fait de bonnes ventes : 20 livres à l’une, 25 à l’autre.  D’autres fois, j’ai passé cinq heures sur un stand pour vendre 7 livres ! 5,70 € TTC le poche soit 5, 47 HT. 8% de droits d’auteur sur le prix HT, à partager 50/50 avec l’éditeur originel.  Reste 4% de 5,47 € soit 0,22 € par livre,  5,50 € pour les 25 dédicacés, somme que je toucherai… en juillet 2009, il y a un an de décalage entre la compta éditeur et le paiementà l’auteur.
Encore suis-je un auteur heureux, qui vend au moins 4000 originaux et 10 000 poches par titre. La moyenne de vente d’un roman, aujourd’hui- je parle de moyenne- tourne autour de 2000 exemplaires. Si on pense qu’Anna Gavalda vend plus de 50 000 ex de chacun de ses livres, cela veut dire que ceux de certains auteurs ne sortent même pas des cartons, bien des libraires le disent. De plus, impossible de connaître ses ventes avec certitude. Comment faire le tour de tous les points de diffusion ? Vérifier le stock de livres restant chez l’éditeur? Les « sortis » ne sont pas forcément vendus, les libraires peuvent les renvoyer plus tard à l’éditeur, ce qui fait que celui-ci diminue systématiquement les droits qu’il verse à l’auteur d’une « provision pour retour » qui, selon la maison d’édition varie de 15 à 35%.
De plus en plus d’auteurs ne reçoivent d’ailleurs pas de relevés de compte d’auteur, ni à fortiori de paiement parce que leur contrat prévoit que « le relevé des droits et leur paiement seront envoyés à partir de telle date, à la demande de l’auteur ». Comme plein d’auteurs ne lisent quasiment pas leur contrat avant de le signer, ils ne voient pas cette clause et pensent que s’ils n’ont pas de relevé, c’est que leurs ventes ne couvrent pas l’à-valoir (l’à-valoir est la somme versée à l’auteur pour son travail d’écriture, somme qui sera déduite des droits d’auteur sur les ventes dus par l’éditeur, mais conservée par l’auteur pour rémunération de son travail si les ventes ne couvrent pas l’à-valoir).
« On ne vit pas de sa plume »,  leitmotiv bien connu. En fait on en vit, mais différemment. J’écris d’affriolants articles du genre « Vieux et cancéreux, quelle prise en charge ? » « L’humanité peut-elle disparaître ? », des brochures d’entreprises : « L’éclairage des zones industrielles, paramètres et conséquences » ou  « La réhabilitation de l’habitat ancien en zone rurale » (l’urbanisme est une de mes passions),  prête ma plume à des personnes qui ont des choses à dire mais du mal à les écrire ou des ingénieurs devant rendre un rapport en urgence.  Ces travaux ont l’avantage de me faire vivre tout en m’obligeant à varier les sujets et les styles, excellent exercice. Mais l’inconvénient de réduire considérablement le temps consacré  aux livres que j’ai vraiment envie d’écrire, d’autant plus qu’après sept heures passées à rédiger une interview,  l’indigestion d’écran guette ! Ceci dit, je ne changerais de métier pour rien au monde et me trouve extrêmement favorisée de conjuguer travail et passion.  Ce billet a deux objectifs :
-         éclairer ceux et celles qui en rêvent sur la réalité du métier d’écrivain ; Les media ne montrant que les best-sellers, beaucoup pensent devenir riches et célèbres s’ils sont édités. Les statistiques sont cruelles : 1% des manuscrits envoyés à un éditeur sont publiés, 2% des livres publiés sont remarqués.

-         Reposer la question à laquelle je n’ai jamais eu de réponse sur ce blog :

QUI VEUT ETRE MON MECENE ???  

 

Taches d’huile sur tee-shirt blanc (marrant, ça me fait penser au superbe film de François Ozon « Gouttes d’eau sur pierres brûlantes ») ça ne part pas, même à l’eau de javel. D’où recyclage en tee-shirt imprimé… 

 

Premier beau week-end, le chat et les fleurs sortent dans le jardin.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

françoise 08/05/2008 22:10

à philippe: ce n'était pas des huiles essentielles, hélas, mais plus prosaïquement une grillade mécontente d'être poêlée:)à Vagant: oui, si votre souhait est de gagner des sous, non si votre souhait est de voir vos manuscrits sous forme de bel objet avec une couverture. à Sam: ah ça, j'en ai des choses écrites et toujours dans des carnets...à groucho: on n'en parle pas sur un blog, mais prenons RV, je vaux cher mais ne coûte pas cher :)à Emmanuelle: que mon mécène me dise "écrivez ,Françoise,sans penser à l'argent", ce qui signifie qu'il subvient à mes besoins élémentaires pour que je n'ai plus à perdre de temps dans des travaux "alimentaires".  Pour la dédicace, je peux vous l'envoyer sur papier et vous la collez dans le livre, ou vous m'envoyez le livre et je vous le renvoie dédicacé. Allons discuter de ça sur nos courriels personnels.

Emmanuelle 08/05/2008 20:35

Bonsoir Françoise, Quel rôle souhaitez vous pour votre mécène ?Et dans un tout autre registre une seconde question : En pleine tourmente personnelle, j'aimerai offrir à deux hommes l'un de vos livres avec une dédidace de l'Auteur... Avez vous prévu un voyage vers Bruxelles prochainement ? ou cela peut-il s'organiser à distance ?Votre blog est un vrai délice, j'aime sa profondeur si légère :) Amitiés électroniques belges ! Emmanuelle

groucho 08/05/2008 19:07

Parlons affaires : ça suppose un budget de quel ordre, mécène de Françoise S. ?

S@m 04/05/2008 19:36

Sans conter les manuscrits inachevés et éparses...

Vagant 29/04/2008 16:57

En conclusion, autant que cela reste un loisir !

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture