Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 19:39


Il a  45/48 ans, plutôt beau gosse et plein de sous.  Cet homme marié et père de
famille consomme de l’érotisme payant avec une lucidité qui le rend intéressant : « Quand j’avais  vingt ans, dit-il, je draguais l’été entre Agde et Sète. C’était une période d’infinie liberté, juste avant le SIDA, où on profitait à plein de la gourmandise amoureuse des filles qui rejoignaient nos envies de garçons. L’après-midi,  il y avait un couple derrière chaque buisson et tout ce petit monde- parfois des gens bien plus âgés que je ne l’étais-  s’envoyait en l’air avec une spontanéité réjouissante. Même les flics nous laissaient à peu près tranquilles, du moment qu’on restait discrets. Aujourd’hui, je vais toujours en vacances dans cette région. Plus personne n’y drague, parce que l’endroit est truffé de clubs libertins. Comme les gens savent qu’ils leur suffit de payer leur entrée pour être sûr de consommer, ils ne se risquent plus à aborder qui que ce soit au dehors. »

Il rêvasse devant son verre : « Le sexe est à l’image de la société. Entièrement marchand et axé sur la sécurité. Plus question de courir le risque d’un râteau en abordant une femme, plus question de ne pas « concrétiser ». Il faut du résultat. Pour les femmes, le sexe marchand, balisé par un endroit clos où elles savent qu’en cas de problème le videur interviendra, est infiniment rassurant. Les medias ne leur parlent que d’agressions, de viols ou de Sida,  alors elles veulent des garanties, et les garanties, ça se paie. »

Ainsi, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes sexuels aseptisés ? Non, justement. Parce que le sexe transformé en prestation de service perd ce qui  fonde le désir : l’attente, la crainte de ne pas réussir, l’appréhension devant l’inconnu, le cœur qui bat plus fort, la relation en somme.  Ce qui rend une bite secondaire par rapport à l’homme qui la porte. Le plaisir tarifé, quelle qu’en soit l’expression (clubs, prostitution, messageries roses) offre du sexuel à foison mais fort peu de relationnel.  Le relationnel est évacué par l’argent : si vous payez, vous  exigez de consommer (d’où la déception des hommes lorsque certains soirs, ils se retrouvent avec une proportion  H/F de 4 pour 1 et voient fondre leurs espoirs de concrétiser, comme les souscripteurs de fonds de pension américains ont vu fondre leur espoir d’enrichissement) L’argent gomme aussi la culpabilité : l’homme qui trompe sa femme se sent coupable. Par contre, s’il paie pour un service sexuel, il perd toute notion de culpabilité. Il vient « s’essorer » une heure devant un écran grâce à sa carte bleue ou dans un lieu payant puis rentre chez lui le cœur serein.

« L’argent rend l’acte sexuel anodin, dit mon interlocuteur. Ce n’est plus qu’un instant de plaisir qui permet de calmer une excitation, voire de se détendre quand on est stressé.

-Comme les films pornographiques.

-Exactement. Ils apaisent sans mettre en jeu des sentiments. D’ailleurs, je ne pense pas que tous les jeunes soient mis en danger par la pornographie. Un ado élevé dans une famille aimante et qui discute avec lui, un lycéen qui a étudié les émois de la Princesse de Clèves et du Rouge et le Noir sait très bien qu’un film de cul est une fiction ne représentant aucunement la réalité de l’amour. Ceux que cette vision brute et brutale met en danger, ce sont les gamins livrés à eux-mêmes,  dans un milieu où les femmes ne comptent pas et où il faut être macho pour s’affirmer. Ca ajoute aux autres risques qu’ils courent… C’est très social, finalement !

Avant la contraception, une femme redoutait les rapports sexuels. La libération du plaisir féminin est la résultante directe d’un meilleur environnement médical.  La loi de 1920 qui  réprimait pénalement toute incitation au contrôle des naissances n’avait aucune visée morale, mais l’ambition de faire naître plein d’enfants pour remplacer les millions de morts de la guerre de 14/18. Napoléon 1er, après avoir fixé la majorité sexuelle des fillettes à 11 ans n’hésitait pas à dire, devant les cadavres de soldats : « Une nuit de Paris remplacera tout ça ». 

Aujourd’hui où la contraception existe et où les femmes sont pour la plupart financièrement indépendantes,  rien ne devrait s’opposer à une vie amoureuse libre, joyeuse, gratuite et diversifiée. Si ce n’est que celle-ci  ne facilite pas la vie des dominants. Les gens heureux et autonomes sont ingouvernables. Tout pouvoir s’appuie sur la frustration, la division et la soumission des citoyens, valeurs dont l’efficacité est déjà démontrée au travail. D’où l’intérêt de maintenir, quoi qu’il arrive,  une frustration amoureuse latente.  Certes, le sexe s’affiche, mais comme le dit cet homme qui le consomme sans illusion, entre deux rendez-vous professionnels, « il y manque le relationnel » et même à terme, l’érotisme : « Je suis excité la première fois. Dès la seconde, ça me semble répétitif. Tout est trop organisé pour qu’on ressente le moindre trouble. C’est juste une détente organique. » 

Alors, l’Amour et ses émotions comme ultime solution ? Certes, si ce n’est que l’Amour, qui devrait être la relation la plus naturelle et la plus épanouissante du monde, un élan spontané et joyeux vers les personnes qui nous plaisent, est  terriblement compliqué par les enjeux de possession, de rivalités et de doutes qui le minent. Ce qui crée, là encore, des frustrations favorables à la société marchande. Quand on a un chagrin d’amour, c’est bien connu, on a envie de claquer du fric ou d’aller chez le coiffeur pour compenser J

Voilà, Elise, pourquoi ce blog  mêle si souvent amour, érotisme et politique. Parce que la façon dont nous vivons nos relations amoureuses est le reflet d’une organisation sociale, et que, j’en suis persuadée, on ne changera pas le monde sans travailler sur nos comportements privés, dont on s’imagine qu’ils sont archaïques ou biologiques, alors qu’ils sont en majorité issus de conditionnements éducatifs et sociaux. Il suffit de voyager un peu pour se rendre compte qu’on aime différemment selon les latitudes et les époques. Mais que,  en revanche, tous les régimes, religieux ou communistes, libéraux ou démocratiques, veulent réglementer la sexualité de leurs concitoyens, tout en laissant se développer le sexe marchand.

Et parmi les questions qui me réjouissent : un exhibitionnisme est puni lorsque quelqu’un porte plainte contre lui. Mais comment se fait-il que celui ou celle qui porte plainte n’est jamais incupé(e)e pour son voyeurisme ?

Sur ce, je vous abandonne  quelque temps. Un peu de soleil, de mer et de Grèce….

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

françoise 10/08/2008 10:54

au mâle: c'est très juste, je connais plusieurs hommes, plutôt instruits et cultivés, qui se sont "fait faire un enfant dans le dos"par une femme en envie biologique de grossesse (vers 35/38 ans) persuadés que cela ne pouvait pas leur arriver! Beau gâchis! Cela dit, si les hommes mettaient systématiquement des capotes quand ils ont une liaison, ça leur arriverait moins, non? Ce n'est pas sûr à 100%, mais c'est assez efficace...

S@m 10/08/2008 01:12

"Le Mâle", j'appuie votre sentiment d'absence de libération sexuelle du point de vue masculin sur le plan de la contraception...

Le Mâle 09/08/2008 23:19

le sexe est politique ....et la politique sexuelle en france est plus que mauvaise. On est très loin d'être vraiment libérés quand on voit toutes les dérives de la justice dans ce domaine.mais effectivement ca ne tiens qu'à nous mais c'est quand même pas si facile.ha si j'ai une chose à ajouter : vous dites que grâce à la contraception les femmes ont pu se libérées sexuellement,c'est très juste.mais est ce que les hommes ont cette même liberté ? ont il le droit de ne pas être père ?la réponse est malheureusement non, et ca rejoint mon commentaires précèdent : les hommes ne sont pas libérés sexuellement.

françoise 09/08/2008 16:50

à Paula: touours clermontoise? Mais où exactement?au Mâle: merci. Si, une chose à ajouter: et s'il ne tenait qu'à nous de retrouver des relations amoureuses libres, joyeuses et épanouissantes?

Le Mâle 09/08/2008 00:47

très bel article....rien à ajouter pour une fois

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture