Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 10:21



J’ai relu les pages  des « Latitudes amoureuses » qui se passent en Australie. Il y a dix ans, déjà, les aborigènes associés à l’exploitation touristique des lieux sacrés avaient demandé instamment aux gens de ne pas grimper sur Uluru (Ayers Rock). Aujourd’hui, un panneau en quatre langues rappelle aux touristes cette demande… qu’ils ne respectent guère. On m’a demandé à mon retour : « T’as escaladé Ayers Rock ? ». Non, je ne l’ai pas fait. Pour les raisons déjà écrites dans le roman.

 

« Nous avons atterri tout près du centre culturel aborigène. Le soleil commençait à descendre, il ne restait plus grand monde. Neil a sorti un sac à dos de la soute et m’a fait signe de le suivre. Nous avons commencé à marcher vers l’immense monolithe qui me paraissait tout proche et semblait paradoxalement s’éloigner au fur et à mesure que nous avancions. Nous n’y sommes arrivés qu’au crépuscule. Neil a levé les yeux vers le sommet :


« 328 mètres de haut, presque autant que ta tour Eiffel. C’est le plus gros caillou isolé du monde. Les aborigènes l’appellent Uluru, pour eux c’est un lieu sacré.
–Et pour toi ? –Pour moi, non, mais je respecte ce qu’ils croient. Tu vois cette chaîne le long de la roche ? Elle a été installée pour que les gens qui escaladent Uluru risquent moins de tomber. Moi, je suis contre. Il aurait mieux valu que ça reste dangereux et que moins de gens tentent d’y grimper. Tu imagines, si on mettait des crampons d’escalade le long de la cathédrale Notre-Dame, pour amuser les touristes ?


En quelques minutes, Ayers Rock s’est illuminé d’un rouge flamme éblouissant, puis le soleil est descendu peu à peu, le rouge s’est mué en carmin, puis en bordeaux et en violet, avant que le rocher ne devienne une énorme masse sombre, encore plus impressionnante dans l’obscurité et le silence. Le ciel toujours clair restait le seul élément de douceur dans le paysage. Le reste inspirait une émotion presque sacrée.

 


J’ai demandé au guide pourquoi on laissait cette
chaîne, qui incitait les gens à grimper, alors que sans elle, seuls quelques téméraires imbéciles s’y risqueraient. Il a répondu, embarrassé : « Les touristes veulent grimper. Pour certains, venir en Australie signifie escalader Uluru, se faire photographier avec un koala dans les bras et plonger sur la barrière de corail.  Ces trois activités sont écologiquement nuisibles. » - Alors pourquoi développer ce tourisme là ? – Il rapporte beaucoup d’argent, a-t-il soupiré, tout comme, lorsque je me suis indignée (OK, je sais, je suis un peu chiante sur ce plan là) qu’à Alice Springs, en plein désert d’un continent parmi les plus arides du monde on construise des resorts avec piscine, il m’a répondu : « Vous avez raison, on ne devrait pas. Mais pour les touristes riches, un hôtel sans piscine, c’est inconcevable. » J’allais m’écrier : « Mais qu’ils aillent se faire foutre ! » et me suis retenue. Ils le font déjà, et là aussi ils payent.



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Lung Ta 30/10/2008 08:30

tu vas me casser le moral  pour la journée ;)je lis en ce moment "Guerre des classes" de Ruffin, je le conseille, bien qu'il n'y ai rien de nouveau pour qui a des yeuxmais on a l'impresison que peut en gardentje t'embrasse

Syolann 29/10/2008 19:45

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? N'est-ce pas?... L'Australie doit être magnifique. Tellement de beaux échos de ce pays que c'est tentant. Il faut juste que j'attende que Sasha supporte la longueur du vol et que j'aies les économies nécessaires. Bref, je peux planifier le cadeau d'annif de ses 20 ans lol! ;-) Gros bisous

Tant-Bourrin 29/10/2008 19:38

Le signe qui ne trompe pas pour reconnaître un touriste arrogant, non respectueux, etc : celui qui ne prend pas la moindre photo de monument ou de site sans faire poser Germaine au premier plan ! :~)

Françoise 29/10/2008 16:12

à Andiamo: oui, l'arrogance est une catastrophe écologique, hélas galopante.à Laure: merci et bienvenueà Caroline: merci. Peut-être qu'à force de le dire, l'escalade sera interdite... mais ce serait mieux que les gens soient naturellement respectueux (j'suis utopiste, non?)

caroline 29/10/2008 13:22

J'ai été moi aussi choquée de voir tous ces touristes grimper sur le rocher sacré et ce, pour les mêmes raisons que toi. Je n'aurais pas su le dire aussi bien et je suis contente d'avoir lu cet article.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture