Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 09:44

J’ai tant de fois pris les armes          
Tant de fois eu de chagrin
Essuyé tant de larmes
Au creux de ma main
Que tout ce qu’on peut dire
Sur mes paroles, mes gestes,
M’arrache un sourire
Et je me fous du reste.
Vous les petites bourgeoises 
Qui me désapprouvez
Vous qui me cherchez noise…
Jamais vous ne saurez
De quel or est le jour
Que chantent les feuillages                                  
Ce qu’on appelle amour 
Passion, bonheur ou rage.

Vous ne pourrez comprendre 
La chaleur d’une peau
La volupté d’attendre
Un regard ou un mot.


Vous êtes et vous serez
Prisonnières des gens
Qui se moquent du vent
Mais pas des préjugés.


Moi, je veux être. Pouvoir  
Goûter à l’eau du ciel
Si j’ai envie de boire                         
Et voir les hirondelles.
Je peux jouer mon cœur
Même au jeu du malheur
Et crever de plaisir
S’il me plait de mourir.

Une telle vie m’est bonne
Pourquoi donc m’en priver ?
Mais vous me critiquez ?
Bast ! Je vous pardonne…
Je vous dis au revoir
Car j’aime être polie
Et dans tous mes regards
N’entre aucun mépris…

Oui, quand je vous regarde
C’est avec amitié
Et si vous éternuez
Je vous dis : « Dieu vous garde ! »

 




C’était au lycée, j'avais 16 ans. A la fin du cours, la prof de français avait demandé à quelques élèves de venir au tableau dire un poème.  J’ai dit celui-ci, écrit pour répondre aux filles pincées qui ne comprenaient pas que je sois à la fois bonne élève et un peu déjantée, pas dans le moule. Je ne voulais pas qu’on m’étiquette.  Je ne veux toujours pas.
A part ça, je trouve que l’époque manque singulièrement de lyrisme.  Entre le flot des indices boursiers et la peur du lendemain,  les pubs proposent des « rillettes de poulet et d’agneau façon couscous » (authentique! Ca ressemble à quoi une rillette façon couscous ???)  et affirment l’urgence d’acquérir une crème antirides à pédalage intégré et une voiture onctueuse que les autres n’ont pas.  
Je ne sais plus qui a dit : « J’aime les pêcheurs à la ligne, car même pendant la guerre, il y a des pêcheurs à la ligne. » Oasis dans la tourmente.   Maman, qui avait 12 ans en 39, écrivit « Nous sommes allées à …. Jamais le paysage ne m’a semblé plus beau, le ciel plus limpide », comme si la petite fille qu’elle était pressentait qu’on a besoin de pure beauté et de douceur pour affronter la dureté du monde.

Alors, pour conjurer la sécheresse ambiante, j’écoute de flamboyantes musiques latines, lis des mots qui vibrent, tente d’écrire des mots justes,  contemple les lumières du soir et donne des coups de pied voluptueux dans les feuilles d’automne qui matelassent les allées…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

longuesjambes 04/11/2008 13:31

ma chère Françoise, celle que je porte si fort , si tendrement, si merveilleusement dans mon coeur ! Cela fait longtemps que le temps m'a empéché de te lire mais je vais me rattraper !J'aime toujours autant ce que tu écris, tu me transportes, tu me fais un plaisir fou ! Toi , je te trouve indispensable sur cette planète !Je t'embrasse, continue, laissons les bourgeoises tristement là où elles se rassurent.

Françoise 04/11/2008 11:16

à Olivier: courage pour l'hiver à vous trois, et si vous pouvez mettre des sous de côté, on se retrouvera dans mon île à l'été... C'est vrai que les bébés ont le don de sourire de tout, et on a tous un reste de bébé dans le coeur... à redécouvrir.

Olivier Gilbert 04/11/2008 04:12

Ouais, et dans cette époque qui manque de lyrisme, il faut en plus de tout ça se taper la noiceur dès 17h00, le mercure qui tombe sous zéro, la pluie grise qui efface l'ombre du soleil, en-t-k, à montréal, aujourd'hui, c'est comme ça. Avec la peur d'un Mccain qui nous tenaille en plus mais au moins l'espoir d'un Obama... Une chance qu'il y a les bébés, ou du moins, Théo, pour nous rappeller que dans ce monde en perdition de lyrisme, il reste encore beaucoup de fantaisie !! En-t-k, moi je travaille beaucoup à rendre ma vie fantaisiste et un peu lyrique aussi, du moins, j'essais. 

Françoise 04/11/2008 02:13

à Andiamo: oui, les couleurs sont magiques en ce moment.à Jonas: j'ai écrit "à part ça", pour passer d'une idée à l'autre. Cela dit, si le poème n'est pas lyrique au sens stylistique du terme, il l'est au sens figuré donné dans le Robert: "Manière passionnée, poétique de sentir, de vivre, avec pour citation "notre bon sens bourgeois complètement dénué de lyrisme", c'est exactement ce qu'exprimait l'adolecente de 16 ans que j'étais et avec qui je me sens assez synchrone.à SF: faut dire que parfois, la poésie se cache bien :)à TB: je crois au contraire que mon regard a peu changé. Par contre les valeurs du monde ont vraiment changé, à une époque que comme la plupart des sociologues et historiens je situe au milieu des années 80, ce qucommence à faire long.à Vallisneria: heureusement, vous semblez douée pour le bonheur!à Florent: le combat commence à l'arrivée sur Terre, mais je  le trouve le plus souvent tonifiant et réjouissant.

Florent 03/11/2008 22:24

Une bataille...Comme quoi les plus grands combats commencent tôt...C'est le regard qui fait le monde.Je t'embrasse sincèrement chère Françoise.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture