Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 12:51

Tout fout le camp, c’est le moment idéal pour penser autrement. Si on choisissait de créer notre réalité au lieu d’accepter celle qu’on nous impose ? Si on cessait de croire qu’on n’y peut rien? Si on se disait qu’il est en notre pouvoir de réenchanter le monde ? Car sans Utopie, le monde se fige et meurt.

Parlons technologie, c’est un exemple simple : sans un utopiste capable d’imaginer que des images, des sons et des mots écrits pouvaient traverser la terre via les ondes électromagnétiques, le téléphone mobile et Internet n’existeraient pas. Que font les scientifiques et les technologues, sinon inventer chaque jour des choses qui n’existent pas,  tester des idées pour voir si ça marche ? Pourquoi ne le ferait-on pas pour ce qui nous importe le plus : être heureux ?  Sans nous laisser paralyser par l’idée que ce n’est pas possible, les autres aussi se trompent, la preuve :

En l’an 2000, ils avaient prédit un énorme « bug » qui devait bouleverser toute la terre, enrayer les ordinateurs, les horloges électriques et même les grille-pains. Et comme les catastrophes prédites au 1er puis au 2è millénaire, celle du 3è n’a pas eu lieu.

Ils affirment depuis des années : « impossible de réduire la consommation de pétrole, le monde en a trop besoin ». Ben voilà qu’elle a tellement baissé, la consommation, que les pays producteurs ont décidé d’en extraire moins pour enrayer la hausse des prix. Au  passage, on notera que hausse et baisse des prix ne sont pas des phénomènes « naturels », mais le résultat de décisions politiques.

Ils prétendent : « impossible d’augmenter les salaires, avec la mondialisation, aucune entreprise ne peut survivre si elle ne délocalise pas ou ne licencie pas. »  Aux Etats-Unis, American Apparel est devenu le premier groupe de textile "Sweatshop Free". Le patron Dov Charney conçoit et fait fabriquer ses produits à Los Angeles, et dès l’origine, il a décidé de payer ses ouvriers 12,5 dollars de l’heure, quand la moyenne en Californie était de 8 dollars.  Lentement mais sûrement, il a grandi en réinvestissant tous ses bénéfices dans la société.

Les magazines de mode affirment : les  ados veulent des marques, c’est avec les marques qu’ils s’identifient comme une tribu. Les tee-shirts dont je viens de parler ne portent ni marque ni logo et font un malheur chez les jeunes.

Un maître-nageur m’avait dit : « Jamais tu ne nageras. ». Aujourd’hui je nage et plonge (avec bouteilles) jusqu’à 40 mètres de fond. 

« Aimer plusieurs hommes » ? Impossible chère madame, vous êtes une anormale, un cas isolé. Le site www.polyamour.info  vient d’ouvrir en France, il a ses homologues en Belgique et au Canada et on y découvre des gens absolument sympathiques, pas queutards pour deux sous, mais amoureux de l’amour et respectueux des autres, notamment en ces termes : « Ce n’est pas respecter l’autre que de s’engager pour divorcer quelques années plus tard », chose ô combien répandue de nos jours.

Il lui avait dit : « Je t’aime, quitte ton mari, viens vivre avec moi, je ne supporte pas de ne pas t’avoir complètement. » Elle a réfléchi, attendu, émue par une passion aussi romanesque qu’un conte de fées, mais hésitante parce qu’elle pensait aussi à lui, à sa femme, à ses enfants… » « C’est mon affaire, je me débrouillerai » promettait-il. Elle s’est décidée. Et alors il a compris qu’au fond, il voulait juste vérifier le pouvoir qu’il avait sur elle, mais qu’il n’était pas franchement décidé à quitter sa famille. Il l’a abandonnée en miettes… C’est à elle que je dédie le texte ci-dessous.  L’amour, comme le bonheur, n’est pas un conte de fées, mais une réalité à inventer. Tout de suite.  Sans se laisser parasiter par les idées reçues.

   

Laure avait beaucoup maigri. Ses yeux gris  semblaient d’autant plus  grands dans son visage, deux étangs par temps de brume, un peu voilés. Luc s’était assis près d’elle, elle ne disait rien, le regard dans le vague, mélancolique. Alors il avait approché la main, lui avait doucement caressé l’épaule, il voulait lui insuffler un peu de vie, un peu de douceur dans cette vie brutale. Il y allait avec précautions, ne pas la heurter, lui montrer l’amitié, la tendresse, il ne savait parler qu’avec ses mains, difficile de lui dire à quel point il l’aimait et à quel point il était malheureux de la voir dans cet état…. Brusquement, elle avait eu les larmes aux yeux, sa voix s’était brisée, tremblante : « Je n’aurais jamais dû te dire non,  j’ai été bête, mais bête…  Je refusais parce que tu parlais de baiser, pas d’amour, mais aujourd’hui c’est toi qui es là, pas mon mari qui me disait de si jolis mots d’amour ». Dix ans durant, elle avait refusé que Luc la touche, peur du désir, peur de son propre trouble, cultivant cette ambiguïté, ce jeu de ne pas vouloir tout en voulant sans vraiment vouloir, parce que vouloir tout de suite cela ne se fait pas, et qu’ensuite il est trop tard, on est amis et deux amis ne baisent pas ensemble, incroyable de se gâcher l’existence comme ça, et voici que l’existence lui jouait ce mauvais tour d’aller trop vite. Il est trop tard à présent… (« Ce qui trouble Lola »)

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

françoise 07/01/2009 22:47

bienvenue Pomm'rose et bonne année!

Pomm'rose 07/01/2009 16:45

Je vous découvre par hasard, enfin, grâce à over-blog.Vous éveillez ma curiosité et je reviendrai vous lire.Je lis peu de livres, mais j'ai adoré Benoîte Groult et "sa touche étoile".J'ai lu aussi votre post sur facebook que je ne connais pas vraiment.C'est fou comme tout un chacun a besoin de reconnaissance et j'avouerais que en tant que blogueuse depuis peu, cela me réjouit d'avoir des coms.Mais faute avouée, à demi-pardonnée....J'ai lu aussi les voeux du président, enfin presque tout, mais j'y reviendrai peut-être;De toute façon, je ne suis pas une intellectuelle, mais il me semble bien partager bon nombres de valeurs avec vous.Voilà, je vous laisse ces quelques mots, tout simplement .

françoise 01/01/2009 20:59

à Reynald: amitiés aussià Vallisneria et Dido: merci et que 2009 soit comme vous la rêvezà Fleurdelage: recevoir un tel message le 1er janvier, c'est plus que des voeux, c'est un bonheur! Merci.

fleurdelage 01/01/2009 15:19

après vous avoir lue depuis bien une année maintenant, étonnée d'abord de trouver "chez  vous" autant d'affinités de coeur et d'esprit immédiates, ravie ensuite de la constance de ce sentiment, je me manifeste enfin et compte bien le faire plus régulièrement au long de cette nouvelle année.Merci pour vos rayons de lumière, vos ombres salutaires et votre beauté ! Et puisse la nouvelle année continuer à vous rendre aussi vivante !

dido 01/01/2009 08:40

 bonne année!

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture