Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 14:59

Elles sont devenues folles par amour… Elles ont connu un terrible traumatisme sexuel… Deux émissions sur l’amour fondées sur des histoires destructrices. Rien de nouveau sous le soleil : des copains de fac devenus juges m’avaient dit combien les histoires d’inceste et de viol faisaient leur quotidien déjà à la fin des années 70. Le viol, crime sexuel ? Beaucoup plus crime de violence, qui se repaît de la peur de la victime plus que de la jouissance sexuelle. Ce qui explique que les victimes sont plus souvent des filles timides, quasi effacées, que de provocantes séductrices. Celles-ci font peur au violeur, qui ne veut pas séduire, mais abîmer.

On me dira « oui, mais ce sont des violeurs, des malades ». Certes, quoique la majorité des hommes qui agressent les femmes- du harcèlement sexuel au viol réel- sont loin d’être des psychopathes, plutôt d’honnêtes pères de famille… Mais surtout, il semble que les hommes grandissent avec l’idée de dominer et faire peur, et que les femmes sont élevées dans l’idée qu’elles doivent avoir peur : d’aborder un inconnu dans la rue, de sortir la nuit, de mettre des jupes courtes, de voyager seule… Combien de fois ne m’a-t-on pas dit « Mais tu n’as pas peur ? » quand je racontais des voyages en solitaire !

« Il y a une juste façon de marcher pour une femme, tard le soir. Trop doucement, elle semble attendre, trop vite elle semble fuir. Prendre garde aussi au rythme de ses pas, au bruit des talons sur le macadam. Trop silencieux, il les fait sursauter, trop bruyant, il peut devenir une provocation, attirer la convoitise. A toutes les filles du monde, depuis la nuit des temps, on apprend à provoquer l’homme puis à s’en défier. A le mettre en érection permanente puis à le frustrer. A lui montrer partout du sexe jusqu’à l’obsession, puis à haïr son excitation. Guerre des sexes de tous les instants attisée par l’obsession de la sécurité et la peur du risque. Le désir est un risque. Lola décide de le prendre. » (Ce qui trouble Lola)

D’ailleurs les femmes qui n’ont pas peur des hommes font peur aux hommes. On s’imagine qu’une auteure de romans érotiques est sans cesse courtisée. Du tout ! Elle suscite la curiosité et l’intérêt ou incite à proposer des défis sexuels, mais elle rencontre fort peu d’hommes prêts à tomber amoureux d’elles. Franck Spengler, mon éditeur, me racontait que toutes ses auteures se trouvent confrontées au même problème : des hommes désemparés face à une femme ni dure, ni agressive, mais simplement dépourvue de peur face à lui. Un ami homme m’a dit un jour : « C’est normal, vous connaissez trop bien les hommes et ne tombez plus dans leurs pièges, alors ils perdent leur statut de chasseurs. » Je me souviens d’un autre me disant « Tu me fais peur. Tu sais ce que tu veux, et pourtant tu es douce, je n’ai jamais vu cela ».

Pour quelle raison cette « mâle peur », titre d’un beau livre du Dr Gérard Leleu, qui l’a très peu vendu, preuve qu’il abordait un sujet tabou ? Sa thèse : l’homme, dans tous les pays et à toutes les époques, est fasciné par le désir féminin, mais le redoute de crainte de n’être pas à la hauteur. Pour s’en garder, il a édicté des lois d’oppression contre les femmes : tchador, excision, lapidation, interdiction de la contraception, obligation de la pudeur « bien féminine » et haro sur les femmes sexuellement épanouies. Moyennant quoi, les femmes ont vu en l’homme un oppresseur et non pas un être complémentaire, et fait de l’amour une sujétion qui les entraîne dans des passions destructrices, ou alors une monnaie d’échange (l’amour contre la sécurité du foyer) au lieu d’un jeu amoureux en duo harmonieux. ( heureusement, il y a des exceptions.).

Bref, la peur ressentie par l’homme a engendré une peur ressentie par bien des femmes face aux hommes. Certaines n’osent pas s’affirmer de crainte de n’être plus aimées, d'autres revendiquent comme des guerrières face à l'ennemi vaincu. Et on s’étonne que les relations amoureuses soient difficiles… Qu’en pensez-vous, garçons et filles ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Clémentine 07/03/2009 21:35

Une fois de plus, c'est l'effort de sortir du stéréotype qui demande le plus de travail personnel.Il y a vraiment des livres de compte qui gagneraient à être bouclés, hop, remise à zéro... et je préfère me demander qui je suis au fond, en tant que personne plutôt qu'en tant que femme.

françoise 12/02/2009 17:33

au mâle: ce n'est pas aussi schématique et généralisé que vous le dites, mais vous avez raison, certaines femmes ont utilisé la liberté de la procréation "si je veux, quand je veux" pour en faire une arme, un chantage contre leur homme, ou faire "un enfant dans le dos" à l'amant. J'en ai connu. Je leur ai toujours rappelé que s'ils mettaient des préservatifs, ils auraient moins de risques de se retrouver pères sans l'avoir voulu... Mais je n'approuve pas le procédé pour autant, pas plus que celui qui consiste à faire des enfants les enjeux financiers du divorce. Il y a des femmes qui abusent, ok... mais ça ne justifie en aucun cas des violences physiques contre elles. On peut discuter, non, entre adultes?

Le Mâle 12/02/2009 11:57

@francoise:les vrais tabous masculins ?On pourrait croire que ceux sur la sexualité sont les plus importants mais le tabou des tabous c'est le droit d'être victime d'une femme.C'est bien parcqu'on interdit aux hommes le droit à la faiblesse vis à vis des femmes qu'ils deviennent macho.Il n'y a qu'a regarder les campagnes sur les violences conjugales: On a pas le droit d'être faibleOn a pas le droit non plus de décider de sa paternité, les femmes ont le pouvoir quasi absolu sur la procréation.Aujourdh'ui ce sont les hommes qui subissent les plus grosses inegalités et comment ils n'ont pas les même droits que les femmes certains le prennent par la force 

Michel Ancelin 31/01/2009 00:52

C'est le mot "sexe faible" qui induit l'idée d'inférieur ou supérieur, et cela a duré quelques siècles, semble-t-il... soumise d'abord par la force physique de l'homme, la femme a lutté par son esprit, insidieusement; et elle a eu bien raison (cela me fait penser au juifs). Bien sûr tout s'aplanit maintenant. Sophie Arnould a écrit "La plupart des femmes se tournent vers Dieu quand le Diable n'en veut plus" : merci d'avoir envie de nous explorer !

françoise 30/01/2009 18:51

A Michel Ancelin: c'est bizarre votre façon de penser en "supérieures" ou "inférieures" et en rapports de force: manipuler, profiter, protéger, etc. Pour ma part, j'ai toujours pensé que les hommes étaient fondamentalement différents des femmes, ni supérieurs, ni inférieurs, mais différents, et c'est ce qui m'a donné mon extrême curiosité à leur égard, mon envie d'explorer leur planète.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture