Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 17:52

En ce temps là, les atlas comprenaient un immense territoire appelé URSS, Union des Républiques Socialistes Soviétiques. A l’école, nous ne savions pas trop de quoi il retournait, sauf que l’URSS était la 2è puissance mondiale derrière les Etats-Unis : elle envoyait des cosmonautes dans l’espace, construisait des immeubles pas très beaux mais solides, avait une armée rouge avec de sacrés bons chanteurs et gagnait des tas de médailles aux JO. Les soviétiques étaient communistes. Ils vénéraient la classe ouvrière, la lutte des classes et la « dictature du prolétariat ». Je me souviens que ce dernier terme me gênait. Autant la lutte des classes, je comprenais : les riches et les pauvres, ça n’a pas les mêmes intérêts, depuis Zola tout le monde le sait, autant le terme de dictature me gênait, qu’elle soit du peuple ou des aristos, ça contrarie mon encéphale libertaire… Mais pour l’analyse économique et politique, Karl Marx- qu’on relit paraît-il aujourd’hui- avait dit des choses pas inintéressantes.

Sauf que… peu à peu, on apprit que le pouvoir soi-disant du peuple était confisqué par une poignée d’apparatchiks, que ceux qui s’y opposaient étaient qualifiés de terroristes ou de malades mentaux et internés comme tels. La prospérité apparente de l’URSS cachait de plus en plus mal d’énormes poches de misère. Nombre d’intellectuels qui avaient contribué à l’avènement de la « révolution » étaient devenus « des traîtres » parce qu’ils refusaient la dérive autoritaire et corrompue du régime. Un régime dont ses dirigeants soutenaient qu’il était le meilleur du monde face à l’impérialisme capitaliste, et la seule voie possible.

Le monde semblait figé pour des siècles dans cette guerre « froide » entre deux blocs opposés et puissants.

Et voici qu’il y a presque 20 ans, fin 1989, le mur de Berlin est tombé, puis après lui, comme un château de cartes, tous les pays qui le composaient ont fait s’écrouler le bloc soviétique, avec certes des faux-pas, des dérives, des inégalités et des conflits larvés ou avérés entre eux. Mais l’intéressant de l’Histoire est que ce système qui semblait verrouillé et invincible, sans alternative possible, s’est finalement écroulé non par une guerre ou un coup d’Etat mené par les pays capitalistes, mais par un soulèvement des populations qui y vivaient: la chute du mur de Berlin reste un grand moment de liesse dans la mémoire de ceux qui l’ont vécue.

Il était une fois un régime dit capitaliste basé sur l’esprit pionnier : « Travaille, petit gars, tu créeras des richesses et feras le bonheur de tes proches. Exploite les ressources de la terre pour améliorer la condition humaine. »
Cette idée de départ positive, qui a largement contribué au progrès du confort et de la technologie a peu à peu dérivé vers l’appropriation des biens communs par quelques multinationales, l’accroissement des inégalités,  la corruption politique et financière et des guerres dont la géographie recouvre à peu près les cartes des ressources minières et pétrolières. Ceux qui s’opposent à ces dérives sont qualifiés de terroristes ou d’ultra gauche radicale. Nombre de scientifiques, chantres enthousiastes du progrès, découvrent aujourd’hui que la Terre ne peut plus supporter les excès d’une économie qui épuise ses ressources au détriment des générations futures, et fait le désespoir de jeunes qui ne croient plus que le bonheur se résume à un taux de croissance.

Ce système dont ses dirigeants soutiennent qu’il est le meilleur du monde face à la menace terroriste, et la seule voie possible, semble figé pour des siècles … à moins que, parvenu à l’apogée de ses dérives, il s’écroule comme s’est écroulé le communisme, sans guerre, sans coup d’Etat, par la seule volonté des populations prêtes à imaginer d’autres mondes possibles.

ON PEUT EN PARLER LE 29 JANVIER TOUT EN MARCHANT.


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

ELLY 29/01/2009 15:47

Merci de rappeler, surtout aujourd'hui,  que les murs peuvent aussi tomber ...

S@m 29/01/2009 13:58

Il manque la lucidité d'un Gorbatchev, toute la politique mise en place sous son égide, sinon...... oui.

françoise 28/01/2009 10:48

à TB: la mise en perspective des parallèles qui se rejoignent, beau sujet de géométrie dans l'espace.à SF: et ceci sans se faire mal, please...à Andiamo: OK pour ne pas croire aux idéologies et aux systèmes, mais continue à croire en la vie et en qq personnes, sinon t'as plus qu'à te flinguer et on serait triste...

Andiamo 28/01/2009 10:37

J' ai cruTu as cruIl a cru etc...Mais je n'y crois plus, et je crois bien que je n'y croirai plus jamais.

Saoulfifre 27/01/2009 22:15

Oui il reste plein de murs à abattre q:-(

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture