Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 18:29

Lors de mon premier entretien d’embauche, je passai un test en 300 questions au terme duquel le DRH me dit « Vous auriez fait un excellent capitaine de GI au Vietnam. »  Parce que j’avais, paraît-il, des qualités de leader et 40% de tendances masculines. Je me dis que ce test était sans aucun doute culturel : en répondant que petite, je jouais plutôt aux cow-boys et aux indiens qu’à la poupée et rêvais d’être explorateur ou cosmonaute, j’avais fait la preuve que j’étais un « garçon  manqué » comme on disait à l’époque aux petites filles assez réussies pour ne pas se sentir inférieures aux garçons J

Quelques années plus tard, pour ELLE,  j’ai fait une enquête sur les transsexuels, notamment sur un couple de médecins dont le mari, après plusieurs années de mariage non consommé, avait expliqué à son épouse que s’il était biologiquement homme, il était une femme dans sa tête et voulait changer de sexe. En interviewant la superbe femme blonde qu’il était devenu(e), j’essayais de l’imaginer en homme. En vain. Pas à cause de son physique, mais de sa gestuelle. Cette femme n’était pas efféminée ou exagérément maniérée, comme le sont parfois les travestis. Elle était femme, tout simplement, sans rien de caricatural mais avec une façon de s’exprimer et des gestes éminemment féminins. Pour la petite histoire, le couple avait continué à exercer dans le même village, et les patients admirent sans émotion excessive que monsieur et madame étaient devenus madame et madame. 

Pour compléter l’enquête, je rencontrai un psychiatre qui participait à l’examen des dossiers de demande de changement de sexe. « Savez-vous, me demanda-t-il, quelle est la particularité des transsexuels ? –Non. – Chaque individu a une part féminine et une part masculine en proportions variables, qu’on détermine par des tests incluant des dizaines de paramètres ( Diable, me dis-je in petto, c’est donc plus sérieux que je ne le pensais). Eh bien, poursuivit le psychiatre, les transsexuels n’ont pas cette dualité. Leur corps est dans un genre, et leur psychisme à 100% dans l’autre, d’où leur souffrance extrême, car il leur semble habiter un corps qui leur est complètement étranger.». Le sentiment d’appartenir à un « genre » serait donc une question de psychisme.  

Mais voici dans PREF l’interview d’un garçon dont le corps fût celui d’une femme pendant plus de 30 ans, alors que dès l’enfance il se sentait psychologiquement 100% garçon. Il a donc subi les opérations permettant de mettre en harmonie son apparence et son psychisme, mais sa conclusion est troublante : il dit avoir changé lorsqu’on lui a fait les injections de testostérone. Sous l’effet de l’hormone mâle, il a senti que sa façon de bouger, de se conduire et même de penser se modifiait. Qu’en somme, la testostérone le rendait définitivement homme, lui qui pensait l’être déjà. L’hormone influait non seulement sur sa pilosité ou sa masse musculaire mais aussi sur sa façon dêtre. Et il ajoute en substance : « Moi qui n’y croyais pas, je suis sûr à présent qu’il y a biologiquement un genre masculin et un genre féminin, et en constatant, une fois homme, à quel point la planète est pensée d’abord pour les hommes, je suis devenu profondément féministe. »

La chimie infinitésimale- hormones et neurotransmetteurs notamment- est fascinante, à tel point que je me demande pourquoi depuis quelques décennies on a centré la recherche sur la génétique, ô combien coûteuse et avec peu de résultats, alors que l’endocrinologie gouverne notre santé, nos émotions et notre culture. Songez que quelques microgrammes d’oestroprogestatifs (la pilule) suffisent à bloquer une fonction aussi puissante que l’ovulation. Cette découverte a profondément changé les rapports hommes/femmes et, en libérant celles-ci des grossesses à répétition, fait plus pour leur avenir professionnel et leur aptitude au plaisir que toutes les lois ou les gadgets imaginables. 
Pensez que les oestrogènes-like (des molécules chimiques, contenues notamment dans les pesticides) peuvent se fixer sur les récepteurs aux hormones des cellules et leur donner un signal de prolifération qui mènent aux cancers hormonodépendants  (sein, prostate) par imprégnation oestrogénique excessive.  Pensez, comme le dit très bien Lucy Vincent dans son livre « Comment devient-on amoureux ? » que la passion disparaît après un certain temps non pas parce les partenaires s’aiment moins, ni pour raison de tromperie, mais parce que le pic de testostérone qui produit la passion baisse. Ce qui me conforte dans mon habitude de répondre à un homme qui se déclare « fou de moi » et prêt à toutes les bêtises : « Je suis très touchée, mais on en reparle dans deux ans et tu ne décides rien avant, OK ? »  Pensez que les hormones « du stress » (cortisol, adrénaline) peuvent, sécrétées en excès, faire le lit des maladies cardiaques, et que les dépressions se manifestent par un déséquilibre sérotonine/dopamine (cause ou conséquence de la dépression ?), etc…

Alors on ne serait que de la chimie ? Oui… et non. Car si les médicaments antidépresseurs agissent en normalisant les taux de dopamine et sérotonine, une étude il y a quelques années, avait mesuré ces données biologiques avant et après une psychothérapie suivie par les malades dépressifs. Et les taux s’étaient là aussi bien améliorés. Ce qui veut dire que la parole agit sur la chimie de l’organisme ! Quand on vous engueule sans raison, vous sécrétez de l’adrénaline et du cortisol… Comme m’a dit un jour un médecin : « Posez un cerveau humain sur une table de dissection, c’est un morceau de viande. Et pourtant, c’est de là que sort le génie humain. »

Conclusion : inné, acquis, biologique, culturel, environnemental… Nous sommes le produit de toutes ces influences, et  cette complexité aussi effrayante que merveilleuse devrait nous inciter à respecter la machine humaine, à savoir qu’un mot mal placé, un pesticide mal utilisé, une radioactivité mal contrôlée, une souffrance mal traitée peuvent avoir des conséquences aussi énormes à long terme que le fameux effet papillon.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

S@m 18/02/2009 01:40

Et bien, je suis rassuré : "Ce n'est pas un belgicisme !" - c'est dit. Sinon, tout ce que je dis, c'est que :
"Ce que nous dit Damasio, c’est que la raison ne peut pas fonctionner sans les émotions. (Et vice, versa, j'ajoute !) Les émotions sont situées au cœur du processus rationnel et permettent d’évaluer les différents scénarios possibles. (Et vice, versa, j'ajoute !)"
Cela vaut bien un triple loop(é)s piqué sur un sujet aussi glissant que le sempiternel "Il ne faut pas se prendre la tête !", même si je finis deux coups de patins plus loin dans la rembarde avec une figure qui rappelle étrangement les bas reliefs égyptiens, l'herméticité des hiéroglypes. Allez ?!? Allez ? Sinon, j'ai un blog, un blog de m... (Censure) Non, mais... pffffff

Michel Ancelin 18/02/2009 00:23

On écrit, on écrit, pauvres poussières que nous sommes . . . Je ne connais qu'une manière de devenir Dieu, planant hors de l'espace et hors du temps, une seconde, un siècle: l'amour . . . Picasso a écrit "Il n'y a que l'amour qui vaut la peine" on tutoie l'éternité, on pense "on voudrait mourir là, tout de suite" mais, dans notre cas tout au moins, cela n'arrive pas avec plusieurs amantes, avec la femme de ma vie, la seule; quatre ans, ce fut magique. On peut essayer trente ans avec d'autres, comme auparavant, ce ne sont que des ersatz, agréables quand même, mais qui laissent un petit goût d'incomplet. Désolé, Françoise pour tes principes différents! Mais ne sommes nous pas tous différents ? (pourquoi je raconte ça, moi ?)

françoise 17/02/2009 13:47

à Sam: trop long votre premier com', vous étiez prévenu, je l'ai enlevé, quand ferez-vous votre propore blog pour avoir votre espace?à Michel Ancelin: très joli, les glades zénithales :)à Sam: ah, un com' bref et du coup agréable à lire. Quand j'étais ado et portée comme vous sur la logorrhée, qqn m'en a guéri en m'assénant "la culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale". Ca ressemble à votre expression belge.

S@m 17/02/2009 10:15

Les pensées sont bien plus profondes face au ciel étoilé que les mienes que je considère comme superficielles, tout au plus quelque chose qui ressemble vaguement à du patinage artistique dans mes bons moments. Il m'arrive de signer comme ça :



"A longueur de tartines qui deviennent patinoire à force d'y étaler ma confiture, je m’étale. En belge:tartine=long, beaucoup trop long/étaler sa confiture=s’étaler dans sa culture"

Et je ne rigole pas sur la profondeur du ciel étoilé, cela fait plus de 20 ans que quand je le regarde, je sais que je ne suis rien, presque rien, que c'est la réalité qui aura le dernier mot et que je mangerai les pissenlits par la racine. Je ne parle pas de profondeur, mais de spontanéité et la spontanéité vient différement chez chacun. Et chez moi, la spotanéité, c'est de "m'étaler à longueur de tartines qui deviennent patinoire à force d'y étaler ma confiture."



Michel Ancelin 17/02/2009 01:57

Il me semble que S@m se prend tellement la tête et la mienne pour développer sa pensée profonde que j'ai eu envie d'ouvrir ma fenêtre et d'admirer le  ciel :   Deux étoiles filantes sont passées,       Deux étoiles filantes sont tombées :            Le ciel a perdu ses glandes zénithales . . .

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture