Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 16:47

Enfin, je dis Sarkozy juste pour que ce billet soit plus visible sur Google ! C’est la question que je me pose pour tant de gens hyperactifs qui répugnent à se poser une seconde et s’angoissent à l’idée d’être « injoignables ». Pensent-ils qu’ils vont mourir ? A partir de 45 ans, tout le monde est sur l’autre versant, quelques-uns sont même plus bas qu’ils ne le croient. Rien de morbide dans cette certitude, elle donne au contraire tant de saveur à la moindre seconde… quand on prend le temps de la déguster.  Et puis se savoir mortel, en sursis, voir s’éteindre sur le gâteau de la vie tant de bougies de parents ou d’amis, ça rend modeste sur sa propre importance.  Un ami éprouvé par la perte de sa fille puis de sa femme m’a confié un jour : "J'ai déjà perdu mon père et ma mère, alors je sais comment se passe le travail de deuil. Je sais qu'il arrive un moment où on souffre moins, et un autre où on recommence à être heureux. Tout passe: les haines, les chagrins d'amour, les chagrins de mort. C'est terrible à dire, mais je suis sûr que j'irai mieux un jour." Il avait raison. Je regrette seulement que sa conscience de la précarité ne l’incite pas davantage à entretenir les amitiés. Pressé, stressé lui aussi…  

Hier, j’ai pris le temps de m’arrêter de penser et d’écrire, d’être tout simplement bien avec un ami. J’ai mis en fond d’écran cette photo de Lars Stephan. En gros plan, son regard est plus que troublant. Dimanche j’irai faire du vélo en forêt. Alors voilà. Comme d’hab’ j’avais une cagette d’indignations et d’infos révoltantes à écrire. Mais pas envie aujourd’hui, ce sera pour une autre fois. Plutôt un texte sur les amis qu’on a aimés et qu’on ne reverra plus, et une chanson qui donne à rêver. J’ai pris cette décision et je n’ai presque plus mal au dos. Etonnant, non ?

« On s'écrivait peu, on se téléphonait rarement. Il n'empêche qu'on pouvait le faire. On aurait dû le faire plus souvent. Aujourd'hui, je regrette les mots qu'on ne s'est pas dit, les moments qu'on n'a pas vécus, ces années opulentes où nous nous permettions de gaspiller des heures entières. A vingt ans, vingt-cinq ans, nous dilapidions les années avec une insouciance extrême. Notre ennemi d'alors était l'ennui bien plus que la fuite du temps. Le bougre avait parfois même tendance à s'étirer trop pour notre goût. Entre la sieste aux heures les plus chaudes, l'heure de l'apéro et celle de l'après-dîner, il nous arrivait de nous demander que faire pour tuer le temps.  C'est plus tard qu'on s'aperçoit qu'il s'est sournoisement accéléré. C'est plus tard qu'on ressent le désir de se poser face à la mer en respirant le plus lentement possible, de regarder les vagues sans esquisser le moindre geste qui pourrait précipiter le mouvement des aiguilles de la montre, et de garder le silence, parce qu'on s'est aperçu que le bruit, lui aussi, est dévoreur de temps.
"Plus je vieillis, moins les années me font d'usage". L'expression est de ma mère. J'ai rarement entendu plus vrai. »

 



La chanson s’appelle « A bushman can’t survive », chantée par John Williamson, celui de « True blue »

http://www.youtube.com/watch?v=1EI4v9zmwA0

BON WEEK-END!



AUJOURD’HUI 27 FEVRIER, JULIEN COUPAT, n° d’écrou 290173 EN EST A SON 105è JOUR DE DETENTION A LA PRISON DE LA SANTE TOUJOURS SANS AUCUNE PREUVE QU’IL AIT COMMIS LE MOINDRE FAIT DELICTUEUX.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Michel Ancelin 03/03/2009 00:23

En résumé, je me sens ce soir une terrible envie de crêpes. Je ne sais pas les faire, n'ai personne pour m'en faire ... Demain, je cours dans une crêperie.

françoise 02/03/2009 19:39

à TB: panne d'essentiel... jolie formule, merci.à Andiamo: en plus, les crêpes, c'est pas tout con, c'est superbon!à Michel: l'idéal, c'est de les déguster avant, pendant et après :) Avez-vous su aussi que l'avocat d'Anna Politovskaïa a été assassiné lui aussi? On se soucie peu de ce qui se passe à l'Est, en France, et pourtant...

Michel Ancelin 01/03/2009 00:21

Les pauses bonheur, on y pense plutôt après que pendant : il faudrait faire un effort pour mieux les déguster, sinon on risque de se trouver bêtement dépassé par le temps. Je pense à Julien Coupat et aussi à Annie Politovskaïa assassinée et en oubli depuis combien de jours ? Avez-vous lu ''L'intraitable beauté du Monde, de E.Glissant et P.Chamoiseau ?

Andiamo 28/02/2009 10:20

J'ai savouré la soirée d'hier : mon épouse et moi étions avec notre fils, sa femme et mes deux petites fillottes, nous avons fait uns soirée crêpes, c'est tout simple, tout con, mais nous avons su goûter chaque instant avec plaisir, et nous nous le sommes fait remarquer. Une pause "bonheur".

Tant-Bourrin 28/02/2009 08:51

Superbe billet. Il faut éviter de s'agiter en vain, de courir après le fric et simplement se recentrer sur les choses importantes, ne pas tomber en panne d'essentiel. Goûter chaque seconde comme si elle était la dernière...

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture