Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 14:35

Ce matin j’entends cette info à propos du Salon du Livre: « Le livre ne connaît pas la crise ». Heureuse nouvelle pour moi qui vient de recevoir d’un cabinet d’avocats l’annonce de la mise en règlement judicaire d’un de mes éditeurs et le formulaire pour réclamer ce qu’il me doit. Mais c’est vrai, les livres attirent et se vendent car en temps de crise, c’est une détente indispensable et pas chère : 6 à 20 euros, qu’on peut lire, relire et prêter, bref un luxe. Le luxe, d’ailleurs ne connaît pas non plus la crise : le caviar, le foie gras, les Ferrari, le saumon sauvage et les stations de ski ont le vent en poupe.

Et de même que toute catastrophe peut stimuler l’économie - comme les cancers, grands boosters de l’activité pharmaceutique et hospitalière- la crise elle-même crée de l’activité : les sites Internet et journaux économique sont florissants, ainsi que la vente de coffres-forts à des particuliers qui ne veulent plus donner leurs sous aux banques.

Certes, l’automobile est en crise, et avec elle les équipementiers, mais pas partout : les constructeurs qui ont prévu l’évolution écologique et proposent des voitures petites, sobres et peu polluantes voient leurs carnets de commandes se remplir, les autres n’ont que ce qu’ils méritent.  Les séries TV sur TF1 – Père et Maire, Navarro, etc- sont en crise au profit des séries américaines… et peut-être de nouvelles séries françaises plus innovantes, qui sait ? C’est au téléspectateur de décider quelle soupe il veut savourer, c’est lui le maître de l’Audimat.

Au total, il y a des choses réjouissantes : la culture va bien, les expositions font le plein, les salles de  cinéma voient leur fréquentation augmenter, les œuvres d’art (succès de la vente des collections Bergé/St Laurent) s’arrachent,  même les théâtres fonctionnent bien en ce début d’année, comme si, face à des informations trop trivialement monétaires, les gens avaient besoin de s’aérer la tête et de s’élever l’âme. On verrait bien ainsi se dessiner une nouvelle société, moins matérielle et plus culturelle.

Ne rêvons pas  cependant : la baisse des ressources des collectivités locales, principales sources de financement des artistes peu connus, et la baisse du mécénat bancaire à cause de la crise financière risquent de freiner la création… à moins que ne s’en dessine une nouvelle forme, moins coûteuse et malgré tout stimulante.  Le fourmillement créatif sur Internet avec des bouts de ficelle- qui a parfois révélé d’authentiques talents- sans parler de KINO, que j’ai déjà évoqué ici[1], montre que les jeunes artistes sont bien actifs. Pas dans le luxe, mais dans leur passion, ce qui n’exclut aucunement qu’on les paye correctement, mais sort de l’idée que l’artiste ne peut être qu’un va-nu-pieds crève la faim ou un parasite de soirées mondaines parrainées par les marques de luxe.

Bref, selon ce qu’on en fera, cette crise pourra être négative en restant dans la logique prédatrice actuelle : Total, Areva, la mafia, le commerce des armes et celui de la drogue ne connaissent pas non plus la crise[2], ou elle dessinera les contours d’une nouvelle forme d’économie, basée davantage sur l’être que sur le paraître, sur la culture que sur le clinquant, sur l’écologie et le lien social que sur l’individualisme arrogant.

Finalement, c’est bigrement passionnant, cette crise...



[1] Et dont ma fille Lauranne parle sur le site Clermont Première, rubrique « un week-end en Auvergne », minutes 13 à 16.

[2] Taper « ne connaît pas la crise » sur Google et vous aurez un panorama assez complet ;


Aujourd'hui 13 mars, ce serait l'honneur des juges de la Cour d'Appel de Paris de libérer Julien Coupat, détenu depuis le 15 novembre 2008,. Ils feraient ainsi la preuve de l'indépendance de la justice, sans nuire le moins du monde à la poursuite de l'enquête.


Je viens de rentrer: Eh bien non, le parquet est toujours couché et Julien coupat toujours en prison. Shit!

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

françoise 15/03/2009 15:25

à Andiamo: t'es sûr que tu peux pas les repriser, tes pantoufles... ou en tricoter une paire? Le tricot est très bon pour la sérénité paraît-il, on le prescrit aux gens qui arrêtent de fumer.à Lung Ta: j'espère que ça va secouer un peu le cocotier! Sarkozy qui aime tant jouer les libérateurs (Les infirmières bulgares, les gens de l'Arche de Zoé, Ingrid Betancourt, Florence Cassez) aurait avec Julien Coupat une libératio simple et qui lui ferait honneur.à hérissonne: il se passe des faits intéressants. Comme disent les journaleux, "avec la crise, les gens redécouvrent la solidarité", et d'après une enquête, ils apprennent à discerner les dépenses vraiment utiles et les autres. Yeah! Ce matin, j'ai entendu que des salariés d'une entreprise de Clermont-Ferrand (Vive l'Auvergne) ont fait cadeau de jours de congé au profit d'une salariée dont la fille est leucémique. Ces jours cumulés vont lui permettre de prendre un long congé payé pour s'occuper de sa fille. J'espère que le chef d'entreprise lui offrira qq jours de plus...

hérissonne 15/03/2009 07:38

Finalement, c’est bigrement passionnant, cette crise.... Enfin quelqu'un ose l'exprimer ! M'étonne pas que ce soit vous ... Cette crise, longtemps sournoise et donc anesthésiante, explose par son évidence. Elle offre à tous l'opportunité, le devoir de réagir, de s'exprimer. Tout le monde le sait, le bonheur n'est pas productif. Nous nous en éloignons, mais arrêtons de pleurnicher, de nous plaindre, d'évoquer la fatalité, la mondialisation : en toute chose, il y a du positif. Nous pouvons donc produire, induire, dire, divertir, réagir, contrecarrer, argumenter, A-VAN-CER !

Lung Ta 14/03/2009 11:12

l'avocate menace de "réveler" à la presse le dossier (je suppose que c'est ce qu'on appelle lever le fameux "secret de l'instruction")  pour montrer que c'est vide !En tout cas la presse en parle !bon journée

Andiamo 14/03/2009 09:51

Tu as mille fois raison : sois fière, tes filles sont belles et puis elles ont une tête bien rangée, où tout semble en ordre, et dans le bon sens.Pour le reste effectivement, la crise ne me touche pas trop, je songe sérieusement à changer de pantoufles, soyons fous : investissons.

françoise 13/03/2009 19:32

T'as raison, TB, alors j'en remets une couche en donnant le lien vers sa page Myspace qu'est grave créative, même que ça me fait mal aux yeux tellement je suis éblouie d'avoir engendré une fille pareille :)www.myspace.com/douzeprod

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture