Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 00:04

Pas écrit ici depuis dix jours. Pas envie. Ca arrive…  et du coup j’ai fait plein de choses.

Quatre jours de montage vidéo avec ma fille Lauranne, plaisir de créer ensemble. Pareil avec les amis : les liens sont plus forts quand on bosse, nage, plonge, randonne, milite, etc. ensemble que lorsqu’on « s’appelle et on dîne. » Les amoureux n’échappent pas à la règle. Passée la phase hormonale,  les câlins s’affadissent s’il n’y a pas un univers à découvrir et des passions à partager. See, sex and songs...

Revisité le musée de Charroux (dans l’Allier, entre Vichy et Clermont-Ferrand) qui s’est enrichi de moult objets anciens de la vie quotidienne.  Dans tous les pays, je vais voir les musées d’Art et tradition populaires et constate que face aux besoins élémentaires, les humains inventent partout les mêmes objets : la roue ronde pour se déplacer vu que les roues carrées font mal aux fesses, des paniers pour transporter les aliments, des jarres pour le vin et l’huile… et pour les travaux, des outils qui ont TOUS pour but d’économiser l’huile de coude et l’effort, seules énergies disponibles durant des siècles. D’où l’invention du levier, de la roue dentée, de la poulie et de la manivelle…  
Parlez-en à Daniel, passionné d’horloge, qui restaure celles de Charroux et d’ailleurs. Il suffit d’un rien de déréglage dans une roue dentée pour fausser le temps.
www.charroux.com .


Non, je ne vous fais pas le coup du « c’était mieux avant », car dans ce village qui fût très actif pendant la Révolution française, les inventions d’aujourd’hui entrent en synergie avec les talents d’hier. Sans Internet, le bougitier (ben oui, le fabricant de bougies !)  aurait du mal à faire connaître ses créations au-delà des 320 habitants,
le savonnier qui travaille dans sa boutique pendant les sept mois où viennent des visiteurs ne pourrait pas poursuivre son activité en hiver, alors que grâce à son site www.savonnerie.net il expédie ses drôles de galets de couleurs dans le monde entier. 

Heureuse de mes nouvelles rencontres, je suis rentrée à la maison en calculant que si, de nature sociable, j’arrive à m’intéresser- je dis bien m’intéresser, pas seulement croiser- à une personne par jour, cela n’en fait qu’environ 350 par an (il y a des jours où je ne mets pas le nez dehors), soit 24 500 en 70 ans de vie sociale (5 à 75 ans), c’est-à-dire la population de Lisieux (Calvados) ou de Villeneuve la Garenne, soit O,O38% de la population de la terre, ce qui signifie que plus de 99,96% des terriens me resteront inconnus malgré mes aspirations voyageuses et liantes, et qu’évidemment 99,96% des terriens ignoreront jusqu’à mon existence ! Rien de tel que ce genre de calcul pour se rendre compte qu’une vie humaine est très courte et que soi- même on est un grain de poussière. Ca ramène les ego à de plus justes dimensions.

Mais si à l’inverse je pense qu’à 50 ans, au rythme précité, j’ai été amenée à m’intéresser à 15750 personnes- la population de Guéret, dans la Creuse- cela signifie que je dois consacrer du temps à 43 d’entre elles par jour, si je veux garder le contact avec chacune, ne serait-ce qu’une fois par an. Ce qui est évidemment impossible, à moins de ne rien faire d’autre.  Ou de lâcher en cours de route quelques uns des liens noués, mais lesquels ? Bref, mon goût des autres a certainement nui à ma carrière et à mon sommeil, mais il m’a permis aussi d’être fort peu consommatrice vu que je n’ai pas de temps à perdre avec des objets inanimés. Il m’a permis aussi d’écrire des livres où se mêlent réalité et fiction, dont certains ont été achetés par plus de lecteurs que je ne pourrais rencontrer de personnes dans toute ma vie, et poum, voilà que tout ça me donne le vertige.

A part cela, la Verveine du Velay et les macarons concoctés par une Charloise (=habitante de Charroux) dont je tairai le nom étaient  grandioses.




CE 20 AVRIL, JULIEN COUPAT, N°D’ECROU 290173, EST DETENU DEPUIS 157 JOURS, TOUJOURS SANS AUCUN INDICE PROBANT DE CULPABILITE. CE SERAIT ABSURDE ET RISIBLE SI CE N’ETAIT PAS UN DENI DE JUSTICE GRAVE? A RAPPELER SANS CESSE

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans bonheur
commenter cet article

commentaires

françoise 24/04/2009 17:32

à Sam: oui, il paraît que partout dans le monde- sauf peut-être au fin fond de la Chine- on a une chance sur neuf de rencontrer quelqu'un qui connaît quelqu'un qu'on connaît, et on s'exclame "le monde est petit!" . J'adore ce genre de choses, qui, comme vous dites font réfléchir sur la relativité des choses.

S@m 22/04/2009 18:05

Je ne suis pas fan des chiffres, mais votre calcul de sociabilité, là, j'en suis fan... simplement parce qu'il permet de mieux se rendre compte de l'équilibre précaire sur lequel repose le caractère personnel des relations humaines : un infime pourcentage. D'un côté, cela permet de remettre en place les attentes excessives de personnalisation tout comme, d'un autre côté, cela montre que les grandes structures sociales ne peuvent qu'être impersonnelle ce qui donne à réfléchir sur le terme "personnel" dans le langage du travail.Sinon, malgré cet infime pourcentage, il paraît qu'une petite dizaine de personnes suffit pour relier deux personnes qui ne se connaissent pas entre elles, mais...Enfin soit, cela donne à réfléchir sur les réelles possibilités de disponibilité d'une personne.

françoise 22/04/2009 10:33

Merci Antoine pour ce commentaire, ils se font rares en période de vacances! En fait j'adore cet exercice de relativisation de l'ego par les chiffres, on peut le faire aussi avec l'astronomie ou la biologie, qui rend modeste face à l'immensément grand ou l'immensément petit.  Montrer aussi l'impact émotionnel de la présentation des chiffres. Les journalistes le savent bien, qui écrivent "toutes les dix minutes,  une femme est violée en France" plutôt que "il y a 48000 viols chaque année en France." Dans les deux cas, c'est terrible, mais la première formulation donne une impression de viols à la chaîne, une visualisation très efficace. Vous avez raison, de façon générale, j'aime bien jouer avec les chiffres, car c'est un exercice très littéraire au final, et aussi une bonne façon de déceler les manipulations par les statistiques! Mais pour le plaisir des rapports humains, je ne compte pas, rassurez-vous.

Antoine 21/04/2009 18:40

Françoise, que de nombres dans ce "rapport sur le rapport aux autres" ! Est-ce ta formation première qui t'attire vers les colonnes de chiffres, les comptes et les statistiques ? Je sais que le moment où nous fîmes connaissance reste (pour moi au moins) d'un intérêt qui ne se mesure dans aucune unité (sauf l'unité de pensée...). Et que chaque vraie rencontre est unique, qu'on ne peut additionner les rencontres, pas plus que les personnes. Et que, décidément, une des tares de la "civilisation tout-capitalisme" est cette religion du nombre, du mesurable, du comptable.Enfin, en un mot comme en cent, tout celà pour te dire merci de passer de ton précieux temps à écrire ces articles de blog qui font maintenant partie de ma qualité de vie, et t'envoyer mon souvenir amical.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture