Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 10:46

Sur Internet, des passionnés de la faculté de Rouen et de l’institut Flaubert ont ouvert un site www.bovary.fr où ils ont numérisé les manuscrits de Flaubert, avec les pages raturées, les innombrables versions, jusqu’à la dernière qui devait satisfaire à l’épreuve du « gueuloir » pour être admise par l’écrivain.  Par parenthèse, ça doit stupéfier NS que des gens consacrent des années à un tel travail, lui qui a du mal à simplement lire « la Princesse de Clèves », mais lui a finalement fait une belle publicité puisque le livre est 695è dans les ventes Amazon, très loin devant la « biographie non autorisée » de son ami Jacques Seguela, classé 56 225è (ce jour à 10h30)


A Paris, une exposition célèbrera à partir du 26 mai à la maison des manuscrits les 50 ans de la mort de Boris Vian, avec des manuscrits à l’encre bleue ou verte, fort peu raturés car ce diable d’homme aux mille talents avait la plume aisée. 
http://www.borisvian.org/evenements.php

Comparer les écritures, les versions d’un roman, les mots essayés, rayés, repris, crée un contact sensuel avec  l’œuvre : on imagine l’auteur, ses stylos, plumes, encriers ou cartouches… On le voit volontiers écrire à la terrasse d’un café, sortir de sa poche un carnet et y griffonner fébrilement.  On suit le cheminement de l’histoire, la naissance des personnages qui finissent par échapper à leur créateur.

Comment les générations futures suivront-elles ce cheminement de la pensée ? Le traitement de texte n’en laisse rien voir, si ce n’est le fameux « affichage et suivi des modifications » sous forme de pavés de texte en lettres d’imprimerie rouge ou bleu. Même présentation pour tous, que l’auteur soit génial ou banal, angoissé ou sûr de lui, que le texte soit une fresque historique ou une notice d’appareil ménager.  Arasement des émotions, nivelage des différences…


Un de mes éditeurs, au tout début du traitement de texte électronique, se disait capable de différencier un texte écrit à la main puis saisi à l’ordinateur d’un  texte directement écrit sur ordinateur. Il affirmait que le premier révélait davantage de contact « charnel » de l’auteur avec son œuvre, alors que le second, parfois plus perfectionniste dans la forme- c’est tellement aisé de corriger avec les copier/collé, rechercher…- était plus distancié. Peut-être n’était-ce qu’une impression subjective, mais le rapport au livre n’est-il pas essentiellement subjectif ?
Ce dont je suis sûre, c’est que lorsque j’achève un texte à l’ordinateur et l’imprime après l’avoir corrigé 10, 15, 20 fois… je trouve toujours des choses à modifier à la lecture sur papier.  Tout comme je ne lis pas de la même façon un texte sur écran et un livre sur papier dont je tourne les pages. Tout comme une projection de photos numériques et un album de photos sur papier ne me procurent pas une émotion identique.


Il paraît que les derniers e-books reproduisent à s’y méprendre la page d’un « vrai » livre. Certes. Mais le contact tactile n’est toujours pas le même. Visualiser (un écran) ou toucher (le papier) ce n’est pas la même chose, tous ceux qui ont tenté l’amour virtuel sur Internet vous confirmeront que cela peut être plaisant mais a peu à voir avec une véritable étreinte.


Lo
la a besoin de toucher les hommes pour qu’ils la touchent. Ils n’y sont pas habitués, mais ils aiment. Ils aiment le langage de ses mains sur leur corps, s’émeuvent qu’elle prenne le temps d’explorer chaque centimètre carré de leur peau : « que tu es douce… » elle découvre leur besoin d’abandon et son plaisir personnel à les y amener, les rendre vulnérables. 

Ce billet classé dans la catégorie EROS porte le n° 69



SI VOUS AVEZ QUELQUES MINUTES, MERCI D’ECRIRE A NS (courrier non timbré) OU MAM POUR DEMANDER LA LIBERATION DE JULIEN COUPAT, N°D’ECROU 290173, DETENU DEPUIS 160 JOURS, TOUJOURS SANS AUCUN INDICE PROBANT DE CULPABILITE

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

françoise 27/04/2009 01:08

à Andiamo: moi je trouve que tu écris... et bien, mais c'est normal que l'écran t'ait stimulé. A ton âge, on en a soupé de la plume sergent-major, n'est-ce pas l'ancêtre? L'ordinateur, c'est un jouet!à Ambre: oui, il y a du rituel dans les cahiers et les stylos, je suis une fan des papeteries.à Lung Ta: NS défenseur involontaire de la littérature, enfin une bonne nouvelle de sa part :)

Lung+Ta 26/04/2009 06:39

Pour "confirmer" pour  la "Princesse de Clève", nos filles a un vide grenier récent (on vide un peu la maison, en prévision -espoir- de la quitter ) avait mise en vente le livre en pocheQqn leur a acheté en disant "Puisque NS l'a dénigré, il doit être intéressant ! "

ambre 25/04/2009 22:09

pour ma part, j'ai absolument besoin d'écrire avec un stylo d'abord, et même avec un crayon (j'aime bien sucer le bout ;-))Je recopie ensuite mon texte sur l'ordinateur et j'y apporte les corrections petit à petit.C'est sûr qu'il y a un contact avec le cahier/le livre qui est complètement différent de ce que l'écran apporte ..Bon week end à vous

Andiamo 24/04/2009 19:14

Tout d'abord je n'écris pas  : je scribouille, car je ne joue pas dans la cour des grands et j'en suis bien conscient, heureusement.Toutefois je suis un vieux bonhomme et l'envie de scribouiller m'est venue avec l'ordinateur, je suis incapable d'écrire (un bien grand mot en ce qui me concerne) avec un crayon et du papier, par contre au clavier cela m'amuse beaucoup, car cela m'amuse de raconter mes p'tites histoires, et l'ordi n'est pas un engin de ma génération, mais enfin il faut goûter à tout, et prendre de l'âge certes, mais vieillir ? Jamais !

françoise 24/04/2009 17:42

à Artemisia et Lulutine: je suis comme vous, sensible à la liberté du cahier et du stylo partout e toujour disponible, ainsi qu'à l'odeur et au toucher et papier. Bien sûr, l'écran est pratique, et i devient presque impossible de s'en passer. Mais le rapport n'est pas le même, je m'en rends compte régulièrement.à Antoine: quand je découvre une oeuvre de façon superficielle, je suis d'accord avec vous, seul compte le plaisir que j'y prends. Mais lorsque plusieurs oeuvres d'un même artiste me touchent, j'aime approfondir, savoir qui il ou elle était, sa vie et l'inflience qu'elle a pu avoir sur l'oeuvre, car vous savez bien qu'on met toujours de soi dans la création. Et par ailleurs, l'écran n'utilise qu'un sens: la vue (parfois l'ouïe s'il y a du son), tandis qu'avec le papier ou le trableau, on utilise aussi l'odorat, le toucher (on peut même y goûter, dévorer un livre!) La comparaison avec l'amour sur Internet par rapport au réel me semble alors tout à fait fondée. Dans un cas, on utilise deux sens maximum, dans l'autre les cinq sens sont de la fête. Et c'est pourquoi j'accepte chaque fois que je le peux de rencontrer certains internautes en vrai, l'échange est forcément différent.à Anne: vous avez raison, un manuscrit est intime. Je crois d'ailleurs qu'il faut l'autorisation de l'auteur (ou de ses héritiers) pour le montrer. Quand ils acceptent, c'est effectivement une exploration de l'univers intime, mais aussi une recherche qui n'est pas forcément profanatoire, qui peut se faire avec grand respect. LM'important est de ne pas montrer de manuscrits "volés".

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture