Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 14:49
et pour le fun, j'ajoute cette chanson, remise au goût du jour par une série sur France 2

Chouette, un coup de soleil, ça faisait longtemps que je l’attendais. Attrapé en Auvergne (en Bourbonnais pour être précise), devant moult bouteilles et nourritures terrestres. La vie peut être simple comme un repas estival dans un jardin. 

Comme l’était la vie des enfants qui ont aujourd’hui 40, 50 ans et plus… 

Je me souviens, nous étions une bande de gosses de 6 ans (moi) à 14 ans. Le jeudi, on partait jouer dehors sitôt le petit déj’ avalé. A nous la liberté !  Un jour où on jouait à Tarzan,  Jane a voulu sauter sur les épaules de Tarzan.  Tous deux sont tombés de l’arbre où ils avaient grimpé. Fracture du bras pour Tarzan. Notre bande de gosses a emmené le blessé au dispensaire, d’où il est ressorti le bras plâtré.  On a joué ensuite plus calmement et le soir, on l’a ramené chez lui pour expliquer la chose à sa mère : « Très bien, a dit celle-ci, vous avez bien fait de l’emmener tout de suite au dispensaire. » Quand je raconte ça à mes filles, elles hallucinent : « Aujourd’hui, disent-elles, on appellerait les pompiers et le SAMU, les parents du blessé porterait plainte et les enfants seraient interrogés par la police pour établir les responsabilités. Puis on ferait une loi interdisant aux enfants de jouer à Tarzan ou de grimper aux arbres. »

Rentrée en France, je me souviens que le curé qui s’occupait de notre groupe de Guides de 12 à 15 ans avait une forte tendance à venir inspecter notre camp d’été à l’heure où nous faisions notre toilette dehors, en slip et poitrine à l’air. Ca nous faisait rire : « Le pauvre, comme il a pas le droit de se marier,  il veut voir comment sont faites les femmes ! » Je ne me souviens pas que ça nous ait perturbées plus que ça.

Un soir, rentrant de randonnée, nous avions trouvé le camp désert et un mot : « Nous avons enlevé vos cheftaines, voici les consignes si vous voulez les revoir vivantes. » Il fallait suivre un jeu de piste et arriver en un lieu mystérieux en pleine nuit, en pleine forêt, le tout avec une boussole, une carte et une lampe de poche.

A l’arrivée au rendez-vous, des silhouettes masquées nous imposaient des épreuves – comme avaler, les yeux bandés, des grains de raisin épluchés, épépinés et salés, dont la maîtresse de cérémonie nous assurait qu’il s’agissait d’yeux de biche, on y croyait presque. En fin de jeu, victoire, nos tortionnaires enlevaient les masques : c’était les cheftaines, évidemment, et la soirée s’achevait autour d’un feu de camp.  Nous avions appris à faire du feu en forêt en prenant toutes les précautions pour qu’aucune brindille enflammée, aucune braise ne s’envole. Nous avions- et respections- la consigne d’éteindre tout parfaitement, de recouvrir les cendres de terre et d’effacer toute trace de notre passage. Moyennant quoi, après trois semaines de camp, le champ du paysan ne se souvenait même plus qu’il nous avait accueillies.

Je me souviens de jeux idiots, en primaire.  J’étais Buck John le cow-boy, ma meilleure copine Cassidy, et nous pourchassions les indiens. Oui, je sais, nous étions imprégnées des comics de l’époque où l’ennemi était forcément l’indien. Un jour, nous en avons attrapé un, l’avons ligoté et jeté derrière un buisson du Parc Lardy, près de chez moi. Nous sommes ensuite allées goûter… et l’avons oublié. Le malheureux a été délivré par un passant et ne nous a pas dénoncées. Le passant ne lui a d’ailleurs sans doute pas demandé « qui t’a fait ça ? Où est le coupable ? » Pour lui, c’était un jeu de gamins, rien de très grave.

L’enfance devrait être, le moment de l’insouciance,  un moment de liberté où sauf réel danger, les parents laissent  leurs rejetons expérimenter le monde,  découvrir des sensations,  explorer leur territoire, assumer les conflits et les bonheurs qui forgent les meilleurs souvenirs d’amitié et rendent capables, plus tard, de supporter un échec et de se débrouiller en cas de difficulté. D’avoir confiance en soi, en somme.


Ce qui m’épate, c’est que les gamins dont je viens de raconter l’enfance- et il y en eut de plus aventureuses, j’étais relativement timorée-  puissent devenir des parents qui portent plainte quand leurs gosses se bagarrent,  font des lois pour les protéger de tout- manèges, chiens, bonbons,   leur téléphonent dix fois par jour, bref ne leur lâchent pas les baskets et confisquent l’enfance de leurs rejetons comme s’ils ne voulaient pas que ceux-ci deviennent adultes :« L’idéologie sécuritaire génère des inhibitions au lieu de rassurer. L’enfant ne joue plus dans la rue, ne sort plus tout seul, est surveillé en permanence par les parents via le téléphone mobile ou même une caméra dans certaines crèches. Tout est réglementé, encadré. Cette recherche de sécurité absolue empêche la prise de risque et l’innovation, et elle freine l’évolution.  Les gens obsédés par l’idéologie sécuritaire votent pour un sauveur qui les prendra en charge, ils perdent confiance en leurs capacités à évoluer. ( Boris Cyrulnik, in le nouveau consommateur n° 27)

 


 Ma photo de CE2: Où suis-je?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

françoise 11/07/2009 13:06

Coucou Philippe, bell surprise de te retrouver, mais tu as perdu: je suis au 1er rang, 3è en partant de la droite, la seule qui a les bras croisés quand les autres posent les mains sur leurs genoux. Peux-tu me contacter via le "contact" en bas qu'on s'en dise plus sur notre vie, notre oeuvre :)

de Montchenu Ph 10/07/2009 15:29

Bonsoir F S S,Réponse à la question:2ème rang, 5ème en partant de la doite, coupe M.Mathieu. Le regard était plus lourd en 1964/65 à Presles, comme perdu dans les brumes des bords d'allier ou dans les pages de la dernière lecture.

françoise 03/06/2009 16:58

à SF: tiens, c'est vri, je n'avais même pas remarqué. Est-ce un signe de rebellion, ces bras croisés?à Lulutine et Pat: effectivement, les parents ont chacun leurs terreurs. J'ai vécu une enfance de liberté en Afrique, mais une fois en France, pas question que je roule en deux-roues (bicyclette ou mob) car mon père, à force de juger des accidents de la route avait développé une phobie sur le sujet, justifiée à une éppoque où il y avait 17 000 morts par an sur les routes.Mais ça m'a quand même pourri la vie... jusqu'à ce que je décide de faire du vélo qd même et envoie promener mes parents.à Jean-Marc: un sauveur, ça me fait peur, quel que soit son rôle. Je n'aime pas déléguer aux autres la responsabilité de ma vie.à la Poule: je te rassure, nos ligotages de gamins étaient faits avec un bout de ficelle et trois noeuds approximatifs que l'intéressé pouvait aisément défaire. Il ne le faisait pas, parce que le JEU prévoyait que nous revenions l'interroger. Quand il en a eu marre d'attendre, il nous a appelées et un passant l'a entendu. Inutile de te dire que les rôles changeaient régulièrement, et que j'ai été ligotée aussi au poteau d'exécution du camp indien autour duquel ils hurlaient des chants belliqueux. Qu'est-ce qu'on rigolait, indiens comme cow-boys. Ce n'était pas du tout une histoire avec d'un côté des tortionnaires et de l'autre des victimes. Là, tu as une réaction d'adulte qui a oublié la capacité formidable des enfants- enfin, à ma génération- de jouer à se faire peur en toute confiance, parce que nous savions que c'était un JEU. "On dirait que tu serais un monstre venimeux..." Pareil pour le jeu de piste qui n'avait aucun but éducatif. On savait pertinemment que le rapt de nos cheftaines était un jeu et on rentrait dedans comme dans une pièce de théâtre (jouer a un sens ludique et théâtral) car on avait une pure confiance dans la vie, et je trouve ça génial. C'est peut-être ce qui m'a donné confiance, même dans des situations (une fois adulte) où j'aurais pu avoir peur. C'est sûrement aussi ce qui m'a permis de vivre des amours parfois étranges sans jamais me perdre, ni les prendre au sérieux. Banzaï, le goût du jeu est un trésor que les adultes devraient conserver au lieu de chercher des victimes des tortionnaires et des flics ou juges partout. à Reynald: comme tu dis, je suis mal à droite.à Juliette: Les enfants raffolent des histoires de monstres et d'ogres, de démons et de méchants. C'est extrémement formateur sur le plan symbolique. Ca apprend à apprivoiser ses peurs... sans risque réel.

Juliette 03/06/2009 08:32

Nous nous jouions au "Chien des Baskerville" tous volets fermés et lumière éteinte, et l'une d'entre nous hurlait à lz mort....et les autres étaient terrorisées.Tu as raison, il y a maitenant "une libert" organisée" mais peut-être y a-t-il plus de dangers potentiels, et il y a surtout "le porter plainte" généraliséMerci pour cet article plein d'humour

reynald 02/06/2009 21:11

Chère françoise,                        j'hésitais entre deux possibilités (3e à gauche ou 3e à droite), j'ai choisi la fausse, ce doit être refus idéologique: Françoise à droite, pas possible...AmitiésReynald

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture