Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 10:28

Professeur de lettres et résistante, Micheline Maurel  a été déportée au camp de  Ravensbrück à l’âge de 27 ans. Elle a survécu et écrit en 1957 un livre intitulé « Un camp très ordinaire » qui reste l’un de ses seuls livres disponibles, ainsi que des poèmes sur sa déportation :

"Il faudra que je me souvienne
Plus tard, de ces horribles temps
Froidement, gravement,
sans haine
Mais avec franchise pourtant."

Avant de la « googleliser », je ne le savais pas. Pour moi, Micheline Maurel est l’auteur d’un recueil de contes qu’on m’a offert quand j’avais huit ans et dont je découvre avec le recul les graines qu’ils ont semé en moi.

« Him-li-co ou le 8è enfant » : l’histoire d’un couple ayant sept enfants blonds aux yeux bleus- de vrais petits aryens- dont les prénoms commencent par A(Alain) B (Brigitte) C (Charlie) et ainsi de suite, avec une alternance parfaite de garçons et de filles. Dans ce monde très ordonné survient une 8è grossesse et naît un petit garçon jaune aux yeux bridés. Le papa avait une grand-mère chinoise dont le portrait peint trône dans la salle à manger. Comme les parents attendaient une fille blonde aux yeux bleus qui se serait appelée H comme Hélène, ils n’ont pas prévu de nom de garçon et n’arrivent pas à se mettre d’accord. Jusqu’au soir où la grand-mère chinoise sort de son tableau et reprend le bébé. Les 7 frères et sœurs réalisent alors qu’ils aiment ce petit qui leur ressemble si peu.

Je vous passe les péripéties, mais à la fin, les enfants entrent dans le tableau et se retrouvent en Chine où est leur petit frère. Ils proposent de l’appeler Him parce qu’ils ne pensent qu’à Lui, et li-co pour faire plus chinois. La grand-mère rend alors le bébé et les enfants le ramènent chez eux en ressortant du tableau.

Changer l’ordre établi, accepter la différence, s’unir pour résoudre un problème… que de graines intéressantes dans cette histoire.

 

Une autre que j’adorais, "le prince d'Yvoire": une petite fille se sentait seule dans la cour de l’école où les autres élèves la détestaient. Pour se consoler, elle lisait des légendes du temps jadis. Un jour, caressant du doigt l’illustration du château où vivait le gentil chevalier de ses rêves, elle sent la porte s’ouvrir, entre et se retrouve au XIIIè siècle face au chevalier qui n’est guère plus âgé qu’elle. Au Moyen-Age, on était adulte à l’adolescence !

La fillette ramène le garçon chez elle, les parents l’accueillent sans difficulté (toujours cette fameuse tolérance !) et la fillette est enfin heureuse d’aller à l’école puisqu’elle a un ami. Sauf qu’elle a la trouille que celui-ci retourne dans son époque. Elle déchire donc la page du livre avec le dessin du château et met les morceaux dans un tiroir. De ce jour, le chevalier tombe malade. Une fièvre que le docteur appelé ne sait pas comment guérir. La petite fille lui dit : « C’est peut-être parce que j’ai déchiré l’image du château qu’il est malade ? –Peut-être, dit le docteur,  parce que tu l’empêches de rentrer chez lui si un jour il le souhaite. Il ne faut pas retenir les gens de force, paas essayer de les enfermer. » Alors la petite fille recolle les morceaux de l’image, les montre à son ami qui sourit… et guérit. Bien évidemment, il n’eut jamais envie de partir puisqu’elle le laissait libre, et ils vécurent heureux…. Sans que le conte ajoute « et eurent beaucoup d’enfants. »

Je veux bien être pendue si cette histoire n’a pas influencée mes choix amoureux !

Une dernière pour la route : le soir de Noël, juste avant minuit, une minute s’échappe de l’horloge, lasse d’être emprisonnée dans un cycle immuable. Cette minute rebelle se pose partout : sur la main du général qui va signer la déclaration de guerre et stoppe son geste, sur la tête du prof qui doit ramasser les copies dans deux minutes, donnant un délai supplémentaire aux élèves, sur le bourreau qui doit déclencher la guillotine et arrive à temps l’ordre de gracier le condamné, etc… Bref, cette minute de réflexion permet d’éviter plein de drames… ce qui ne fait pas l’affaire des mathématiciens, politiciens ou astronomes qui ne supportent pas de ne plus maîtriser le temps et cherchent à capturer la rebelle. Je ne me souviens plus si elle est ou non rattrapée, mais je me souviens de la jubilation que m’apportait cette minute en liberté qui arrivait à changer le monde.



Tolérance, liberté,  action… je ne me doutais pas que Micheline Maurel avait mis en œuvre ces valeurs dans sa vie de résistante et déportée. Enfant, j’adorais surtout le merveilleux qui permettait d’entrer dans les tableaux, de traverser les miroirs et de s’affranchir du temps (Jouer au monde, en quelque sorte J )  Mais quand je mesure l’influence inconsciente que ces histoires ont eu sur moi, je me dis qu’au-delà des parents, des profs et autres éducateurs, l’influence du cinéma, d’Internet ou de la TV sur les valeurs qu’auront nos enfants est forcément majeure. D’autant plus qu’ils y passent encore plus de temps que nous n’en passions à lire.


Un de ces quatre, je vous parlerai de Paul Berna.


 



Actualité du « guide des amours plurielles » :

Lundi 15 juin à 20h, discussion au Café de l’Amour, Bistrot St Antoine,

58 rue du Fbg St Antoine à Paris. Inscriptions sur www.cafedelamour.fr

Jeudi 18 juin émission  « Lahaie, l’amour et vous » sur RMC, 14h/16h

Plusieurs ITV radio à écouter sur  http://www.polyamour.be

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

MAUREL Charles 11/12/2009 17:27


Je viens de trouver sur internet un article où vous faites état des contes de notre soeur aînée Micheline MAUREL.
Je vous informe, si vous ne le savez pas encore, que notre soeur est décédé le 10 juillet 2009.
Vous pourrez trouver ses mémoires que je publie par petites étapes dans une blog en souvenir d'elle.

http://charles.maurel.over-blog.net

"Pour  servir à l'histoire des enfants d'Edouard MAUREL (Hyeres 1891-Toulon 1963 et de sa femme Giberte, née GUIGOU (Brignoles 1896-Toulon 1966)
Texte de leur filles aînée, Micheline, née à Toulon le 17 Juillet 1916vers 17h30
A la mémoire de sa fille adoptive Magali Maurel (1961-1990) qui n'a pas eu d'autre famille"
Merci de nous avoir fait savoir que ses contes avaient influencée votre vie

Autres Blog sur la famille et autres:

http://charlesmaurel.over-blog.com
http://associations.over-blog.com.over-blog.com








GIL-MAUREL Genevieve 21/07/2009 22:31

Françoise, merci de votre commentaire sur mon blog. Comme mon "petit frère " Olivier(dans la réalité "physique" il est bien plus grand que moi, personnellement j'ai plutôt tendance à racourcir !!!...) je suis trés touchée de voir que les contes de ma soeur vous ont laissé une telle impréssion.Mes enfants gardent eux aussi, précieusement ces livres qu'elle avait dédicacée à chacun d'eux, ils ont charmé leur enfance et celles de mes neveux et nièces. Nous aimerions bien qu'ils soient réédités en français aussi.J'ai beaucoup aimé la manière dont vous en parlé sur votre blog. Merci Françoise.

Maurel 20/07/2009 15:36

Non, je n'ai plus d'autre exemplaire des contes de ma soeur que celui qu'elle nous avait offert, mais dans la deuxième édition en grand format. Peut-être est-il possible d'en trouver d'occasion sur internet.

françoise 20/07/2009 15:10

à Olivier Maurel: votre commentaire me touche beaucoup, vous l'imaginez. Quelle coïncidence que j'ai désiré évoquer ce livre si peu de temps avant le décès de votre soeur. J'aurais pu aussi parler de l'enfant devenu éternel parce qu'il était monté sur l'Arche de Noé au nez et à la barbe de Dieu, ou de l'ascenseur qui montait sur la lune (aujourd'hui 21 juillet, c'est l'occasion ou jamais!) et descendait au centre de la terre. Si par hasard vous avez quelques exemplaires de ce recueil, je vous en achèterai volontiers un ou deux, car le mien- qui a plus de 40 ans- est collector, bien abimé et je ne le prête pas, et j'aimerais bien offrir ce livre à des enfants de mon entourage.

Maurel 20/07/2009 10:04

Bonjour,Je viens de trouver votre commentaire sur les contes de ma soeur Micheline. J'en ai été d'autant plus touché qu'elle vient de mourir, le vendredi 10 juillet. Elle allait avoir 93 ans. Plusieurs personnes nous ont dit que ses contes avaient marqué leur enfance, mais personne aussi précisément que vous l'avez fait. Je vous signale qu'une éditrice de New-York nous a demandé (Micheline n'était plus en état, depuis plusieurs mois de répondre elle-même à son courrier) l'autorisation d'éditer ces contes en anglais avec de nouvelles illustrations. Nous avons, bien sûr, accepté.Merci encore pour vos commentaires qui auraient beaucoup touché Micheline.Olivier Maurel 

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture