Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 12:46

Plusieurs lectrices et lecteurs se sont étonnés que « le guide des amours plurielles » ne soit pas vendu dans les Relay des gares et aéroports,  comme mes autres titres.  Après « enquête », c’est une question de collection : Relay me suivait dans la collection de littérature érotique, pas dans celle des essais (à l’exception de « Aimer plusieurs hommes » qui était une réédition après parution aux éditions la Martinière). 

Bonne nouvelle : les Relay vont finalement vendre  « Le guide…. » et feront une mise en place d’autant plus large qu’il sera demandé. N’hésitez donc pas à le réclamer si vous ne le voyez pas, car hormis les éditeurs rompus aux techniques de fabrication de best-sellers, les autres ne soutiennent que ce qui se vend, le succès va au succès… Petite parenthèse : le démarrage fulgurant du Guide conditionnait la réédition de « Aimer plusieurs hommes ». Je viens d’avoir confirmation qu’il ne sera pas réimprimé… sauf surprise sur le Guide dans les mois à venir, ce qui peut arriver. Ainsi de février 2003 à juillet 2003, « Des désirs et des hommes » avait fait des ventes plus que modestes.  En juillet, était-ce lié à la canicule qui chauffait les libido ?- ce livre s’est bien vendu. Du coup,  il a été exposé largement, ce qui a boosté les ventes, qui se poursuivent encore aujourd’hui, en faisant mon unique mais réel « best-seller ».

Pourquoi ce titre plutôt que les autres ? Mystère.  Quand il m’arrive de relire ces pages, je trouve « Les latitudes amoureuses » aussi érotique et plus dépaysant, avec une histoire mieux construite. « Autres désirs, autres hommes » est un recueil de nouvelles, à mon avis plus variées et mieux écrites que « Des désirs… » Or il est loin d’avoir connu le même succès, alors que chaque histoire transporte dans un univers différent, que l’érotisme y est plus fort et plus vrai, et que les personnages sont infiniment plus touchants.

Et je ne parlerai pas de « Ce qui trouble Lola », j’ai déjà dit ici que c’était mon préféré… Ni de l'Algue fatale, pourtant thriller écologique, preuve que l'érotisme n'est pas mon seul territoire. :)

Donc, même vis-à-vis de mes propres écrits, je ne comprends pas « le goût des autres » comme dirait Agnès Jaoui.  D’ailleurs, les autres sont-ils sincères lorsqu’ils parlent de leurs goûts ?  Je ne cesse, ces temps ci, d’entendre des gens se plaindre de la médiocrité de TF1, France 2, M6… « Heureusement qu’il y a Arte et France 5 » soupirent-ils. Sauf que Arte et France 5 se traînent en queue de peloton pour les taux d’audience.  Ceux qui me parlent de  Arte et France 5 ne regarderaient-ils pas eux aussi les séries américaines sur les chaînes  qu’ils dénigrent, sans oser l’avouer ?

Ne serait-ce pas les mêmes qui vous parlent avec fougue de la beauté du cinéma japonais et s’indignent du succès des « Ch’ti »… qu’ils sont allés voir comme des millions de gens ?

Idem pour les livres : il est de bon ton aujourd’hui de déplorer la fin de la « vraie littérature » et de considérer Marc Levy, Guillaume Musso, Anna Gavalda et Muriel Barbery comme des phénomènes de mode mais en aucun cas des écrivains.  C’est vrai qu’on décèle dans leur façon d’écrire des « recettes », des ficelles, une utilisation visible des conventions des séries TV et des personnages qui créent l’émotion facile, un mélange habilement dosé de bons sentiments et de fantastique (comme dans Harry Potter, sauf qu’Harry Potter a une vraie complexité, des niveaux de lectures différents et une écriture très travaillée)… Il n’empêche que des milliers de gens lisent ces romans dits « faciles » et pourquoi la littérature devrait-elle être difficile ? Et qui dira ce qu’est la vraie littérature hormis la postérité ? Et encore, la postérité… Plus personne ou presque ne lit André Maurois et François Mauriac, dont la plume était pourtant celle d’écrivains authentiques. Certes ce ne sont pas les ventes qui font l’écrivain, mais un écrivain devrait aussi pouvoir vendre ses œuvres, ce qui est assez peu répandu. « On ne vit pas de sa plume » est un adage très actuel en France.

Ce qui caractérise les auteurs à succès- qu’on les trouve ou non talentueux- est une fois encore le marketing. Sur le site de Guillaume Musso- qui semble un gars sympa et surpris lui-même de son succès- on explique qu’il a été pris en main par un authentique fabricant de best-sellers, Bernard Fixot, dont la devise est en substance « peu importe ce que les gens lisent, du moment qu’ils lisent ». Recette du best : travailler les situations et les personnages comme un synopsis de téléfilm, créer de l’émotion,  mixer une histoire d’amour avec du suspense et un peu de surnaturel, établir un lien entre l’auteur et les lecteurs via des séances de dédicaces et un site, et enfin accompagner chaque sortie d’un buzz  organisé.  C’est efficace, puisque Musso lui-même le reconnaît : « Mon premier roman s’est vendu à moins de 1700 exemplaires. » Depuis qu’il est marketé par Fixot, c’est du minimum 200 000 ex, et des adaptations au cinéma.

S’en indigner, pourquoi ? Après tout,  ce sont les lecteurs qui choisissent ce qu’ils lisent.  Tant qu’ils se laisseront influencer par le marketing et la pub, ils auront des produits formatés pour plaire au plus grand nombre. Mais rien ne les empêche de fouiner et d’acheter non pas le titre en haut de la liste d’Amazon (Des désirs et des hommes sur ma page) mais d’en lire un autre et de se laisser aller au plaisir de la découverte qui reste, quoi qu’on dise, le meilleur piment de la lecture.  Comme tous les plaisirs, la littérature devrait être une exploration des rivages peu connus.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

lammm 01/10/2009 12:24


Bonjour Francoise,

J'aurais bien aimé savoir si finalement "Aimer plusieurs hommes" va ou non être ré-édité? C'est malheureusement impossible de le trouver d'occasion sur Internet. Comme on en parlait ici :
http://polyamour.info/discussion/-dZ-/Des-livres-pour-en-parler/ quelqu'un a suggéré de te poser directement la question.

Merci pour ta réponse, et surtout pour le travail de sensibilisation avant gardiste que tu réalises à grande échelle!!!


une ptite lutine


unemysterieuse 16/08/2009 11:37

J'aime bien ce billet et cette discussion...Ca....change!Moi ,j'ai aimé les Harry Potter,bien construit et dans le fond avec une symbolique plutôt pas mal(en ce qui me concerne...!).J'adore totalement le dernier Anna Gavalda... Il est entier et totalement beau dans son plein de Vie...Il me reste à découvrir vos livres,Françoise.Ces temps-ci je découvre avec gourmandise,les livres de Christiane Singer,et "Femmes qui courent avec les loups"... Comme une belle rencontre!A bientôt...

françoise 03/08/2009 16:19

à Andiamo: merci, et comme tu dis, la clarté demande du boulot...à Reynald: je suis assez d'a&ccord our le théâtre No. Cela dit, les Ch'tis m'ont amusée, mais cla ne m'empêche pas d'aimer Alain Resnais, ou Almodovar. à TB: J'avais oublié Werber. Comme toi, j'ai adoré les fourmis, puis la suite est tellement du ressassé, du "je fais du neuf avec du vieux" que c'est agaçant, on sent le gars qui exploite le filon. Dommage, car le premier était vraiment bien. Curieusement, l'auteur des Harry Potter a su se renouveler de tome et tome.à jm: effectivement, c'est l'aspect grosse artillerie de l'édition qui est décevante car cela se fait au détriment d'auteurs qui peinent à se faire lire. Dans les maisons de la Presse, c'est criant: on voit XXXX exemplaires des auteurs dits "à succès", et cela prend la place d'autres livres qui restent dans les cartons.

jm 24/07/2009 07:04

D'un côté, il y a le prix du livre qui pour beaucoup peut  représener  une barrière réelle, mais ceux qui sonr décidés à lire, achèteront ...donc peu de poids je pense, mais la culture reste chere et élitiste en France.De l'autre, lesgens sont formatés par la télévison et le marketing. En bon Pavlov, pardon en bons toutous ils vont avheter ce que la télé montre, puis la grande distrib.La maisn de la presse parchez moi s'est battu contre les maison de presse pour qu'on ne luienvoie pas le tout venant, mais ce qu'elle a envie d vendre : eh bien , ce marchand a dû batailler sec. On lui envoie des livres non choisi, dont il doit avancer l'argent, jusqu'au retour ...il y a quelque chose detrèsperverti dans le sys tème de vente.Je crois, oui qu'il faut décroché le livre, l'écrivain de la vente. Le mot valuer recouvreces trois termes, mais avec une telle différence de sens ! Et dans notre économie, ce qui n'est pas valeurisée, n'a pas d'existance, mais valuer au sens financier, our le coup. Le mauvais coup.Et c'est bien connu, un artiste , c'est bohême, c'est pauvre et ça finit en fosse commune ... ah les idées reçues ...La seule action qui vaille, acheté du Simpere ! Fianlement une histoire de désir et "d'homme", la librairie.

Tant-Bourrin 24/07/2009 07:02

Il en est des bouquins formatés comme des McDo : ça se mange vite et sans déplaisir, mais on se lasse vite de bouffer des trucs qui ont toujours le même goût... Il y a quelques années, je me souviens avoir apprécié un premier bouquin de Werber (Les fourmis). Mais j'ai eu toutes les peines à finir le second tant les ficelles et le manque total de style me crevaient les yeux...

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture