Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 18:54

Léonidas était un modeste dessinateur industriel.  Lui et sa compagne Mariette coulaient des jours heureux dans une maison claire entourée d’un jardin dans lequel Mariette avait aménagé un carré de potager.  Elle y cultivait avec amour et sans pesticides de délicieuses salades qu’elle cueillait à la fraîche, effeuillait et rinçait rapidement sous le robinet.  Blotties dans un panier à salade métallique fermé par deux poignées souples, les feuilles de salade étaient essorées au jardin. Les pieds légèrement écartés, bien campée sur la pelouse, Mariette, d’un geste auguste et néanmoins gracieux,  balançait d’avant en arrière puis d’arrière en avant le panier à salade qui n’avait alors nulle connotation policière, faisant ainsi bénéficier son gazon d’un mini arrosage et ses épaules d’un exercice régulier qui leur donnait une fermeté et un arrondi- sans parler d’un léger hâle en été- propre à susciter la gourmandise vespérale de Léonidas.  Elle en profitait pour échanger quelques mots avec la voisine qui se livrait au même vivifiant exercice. Le panier à salade favorisait la santé des femmes et des pelouses ainsi que de saines relations de voisinage, que demande le peuple ? C’est alors que le patron de Léonidas lui proposa d’entrer dans un bureau de design au centre-ville, où s’élaboraient les objets de la société future.

Déménager, tu n’y penses pas ? s’écria Mariette. Et mes salades ? Comment les essorer ? - Qu’à cela ne tienne, chérie, s’écria l’inventif garçon, je vais résoudre ce problème ». Il y travailla toute une nuit et au matin, présenta à son patron le projet d’un objet composé d’un récipient dans lequel un autre récipient percé de trous et actionné par une manivelle tournait, chassant les gouttes d’eau de la salade par la force centrifuge. 

Séduit, le patron fit fabriquer une série test de l’objet, vendu avec l’argumentaire suivant: « Avec l’essoreuse Mariette- l’inventeur avait amoureusement dédié sa trouvaille à son amoureuse- plus besoin de jardin ni de balcon. » En quelques mois, le marché des « Mariette » explosa, et parallèlement se produisit une croissance rapide du marché immobilier citadin.  Interrogés sur ce phénomène d’exode rural et de modification de leurs goûts urbanistiques, les acquéreurs furent unanimes : «  Avec une « Mariette », plus besoin de jardin ni de balcon. »

On supprima donc les jardins au profit d’espaces verts sur lesquels il était interdit de marcher et de s’asseoir, et les balcons aussi, en raison des risques de chutes inhérents aux immeubles de grande hauteur. Quelques années plus tard, le verrouillage des fenêtres devint obligatoire, ainsi que les portes blindées qui permettaient à chacun d’être « tranquille chez soi ».

« Des voisins ? s’étonnait Mariette quand on lui posait la question. Non, y en a pas, je ne sais même pas qui habite sur notre palier, alors en dessus ou en dessous… »

Elle ne s’en plaignait pas, l’invention de Léonidas leur avait fait gagner assez d’argent pour s’offrir de multiples objets. Il suffisait de descendre au Centre commercial en bas de l’immeuble.  On pouvait même y aller au cinéma. C’était le Progrès.

Heureusement, il reste dans la Ville des recoins à découvrir… Toutes les photos de ce billet ont été prises à Paris sur Seine.



 


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans bonheur
commenter cet article

commentaires

gouzinet 12.05.16 12/05/2016 14:22

de gouzinet
12.05.16 La fable est belle.Merci à Léonidas et à Mariette. mais certains secoue-salades auraient besoin d'une très petite amélioration.Pour faciliter le nettoyage,ce serait pouvoir détacher sans dommage le rotor du couvercle. Sur mon secoue-salades de marque Tontarelli, l'axe qui relie le rotor au couvercle est muni d'un clips coupé à ras de sorte qu'il "est malaisé d'essuyer l'appareil entre ces deux éléments .
Allonger cet axe afin que l'on puisse déclipser puis reclipser seait idéal. les fabricants seraient surement intéressés signé gouzinet

françoise 21/08/2009 19:46

à Juliette: ce n'est pas du pessimisisme, juste de l'humour :)à jm: ... et tourniquette à faire la vinaigretteà la mystérieuse: merci.à Reynald. en revanche, le couteau économiseur est une belle invention, notamment pour préparer des tagliatelles de courgettes.

reynald 18/08/2009 20:41

Chère Françoise,                       je comble au pas de course un retard de lecture. Je pensais rêver et voilà que je cauchemarde... Je ne sais pas si je pourrai encore regarder mon essoreuse à salade dans les yeux sans lui vouloir beaucoup de mal... Enfin, j'hésite, car je n'ai pas de voisine, un peu d'arthrose dans les épaules et d'autres occasions pour acquérir à domicile ce hâle si convoité sur des plages surchauffées et dont le taux d'occupation dépasse largement mes signaux de détresses. Sait-on jamais, je ne jette pas, tout de même, le panier à salade.Jolies photos d'un Paris qui n'a pas honte de son côté provincial.AmitiésReynald

unemysterieuse 16/08/2009 11:22

C'est fort bien conté,j'ai apprécié!Tout comme j'ai apprécié vos interventions sur France-inter ce matin...L'homme était moyen,le café un poil bruyant, mais vous étiez ...rafraichissante!C'était réellement intéressant,merci!

jm 16/08/2009 10:23

la génération Formica.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture