Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 22:13

 Un jeudi comme tant d’autres, qui rend maussade Isabelle.  Rentrée des classes mardi prochain, déjà, et le train-train à nouveau pour un an.  Se préparer le matin, avaler le petit déjeuner en répondant distraitement au mari qui cherche ses clés, prendre la voiture pour conduire les enfants à l’école. Embouteillages, France-Info, petite bruine sur le pare-brise… Il y a quinze ans, elle se levait à point d’heure,  elle allait à la fac… ou pas, elle rêvait avec Bruno de voyages lointains et de rencontres mirifiques, ils avaient l’insouciance, le goût de faire l’amour ailleurs que dans un lit…

Tout ça pour ça : chaque jour le trajet entre la maison et l’école, faire les courses parce qu’il n’y a plus rien dans le frigo, ménage, courrier, tout l’après-midi sans parler à personne, puis préparer le dîner,  regarder le journal télévisé, se disputer avec l’aîné qui a ramené un avertissement du collège,  avec la cadette qui laisse tout traîner, entendre les jérémiades du mari dont le patron est un foutu connard et se coucher pas trop tard parce que demain il faut recommencer la même chose, avec le sentiment que désormais plus rien d’essentiel n’arrivera. Elle se contentera de vieillir …

Une voix lancinante lui répète : « Tu as tout pour être heureuse et tu es insatisfaite ? Attends un peu qu’il t’arrive quelque chose de grave, un enfant malade, un accident… » L’idée d’une justice immanente pour celles qui ne rentrent pas dans le moule reste vivace : « Sois sage, sinon… » Et elle culpabilise de n’être pas heureuse. Elle n’est même pas malheureuse, hélas !  Le malheur, c’est vif, ça saigne, ça rend intéressant. La gloire et la fortune aussi. Elle dévore les pages « people » des magazines et envie ces vedettes qui mènent des existences pleines de luxe et de fureur, de divorces, d’aventures.  Des vies qui pulsent et font du cœur autre chose qu’une pompe à envoyer du sang jusqu’aux orteils. Sa vie à elle est linéaire. Comme un électroencéphalogramme plat.  Mortelle en somme.

Bruno n’en souffre pas. Apparemment. Si ce n’est qu’il ne rit plus comme avant, qu’il ne fait plus le con comme avant, qu’il essaie toujours de lui démontrer qu’il y en a de plus malheureux qu’elle quand elle a le cafard, quand elle trouve le monde fou, qu’elle n’y peut rien à part s’énerver. Comme si elle était débile… Comme s’il avait pris définitivement son parti du sérieux de la vie.  « Les couples, ce qui les tue, ce n’est pas de se tromper ou de se déchirer, lui dit un ami fraîchement divorcé, c’est de ne plus jouer ensemble. »

C’est cela, elle a envie de jouer.

Elle parcourt le journal. Faits-divers à la Une.  Tout à coup lui vient une idée. …

Le soir, en rentrant du bureau, Bruno ne trouve pas Isabelle. Ni les enfants.  A 23h, il prévient les autorités.  Disparition inquiétante.  Des hélicos scrutent chaque buisson, les gendarmes sont à l’affût du moindre indice. La photo d’Isabelle et des enfants passe au JT. de 20h.  Des témoins : « Joseph, voisin retraité » « Michèle, amie de lycée » viennent à l’antenne raconter la vie d’Isabelle et combien cette femme était- ils en parlent déjà au passé- formidable, et jolie, et même qu’on la croyait sans histoires, quelle histoire quand même. La France entière se passionne pour cette jolie blonde,  elle est partagée entre l’envie d’un dénouement heureux et le désir plus trouble d’une fin tragique : drame familial, trois cadavres trouvés dans le congélateur de Bruno qui avoue : « Ma femme toussait, j’ai eu peur de la grippe H1N1, alors j’ai préféré éradiquer le virus par le froid ».  Ou alors : « Le Iphone de mon fils a explosé alors qu’il envoyait un texto à un ami arabe,  sûrement un attentat, il est mort sur le coup. Pas l’Iphone, mon fils. J’ai eu peur qu’on m’accuse de maltraitance, de n’avoir pas respecté le principe de précaution depuis deux jours qu’on parle de ces accidents, alors j’ai préféré en faire disparaître toute trace. »  La France entière vit par procuration un drame formidable. …

Pendant ce temps Isabelle et ses enfants, sac à dos et tente légère, font la fête comme des ados- comme l’ado qu’elle sent toujours en elle- au festival Rock en Seine  (28 au 30 août 2009, Parc de Saint-Cloud)

C’est une aube violette sur la prairie. De la brume. La soirée s’est terminée très tard, les musiciens n’en finissaient pas d’enchaîner leurs morceaux, d’autres grimpaient sur scène, se joignaient au groupe programmé, délire de fin de concert, la fatigue croissante piquait les yeux autant que la fumée, bonne fatigue qui ennuage  le cerveau. Les derniers spectateurs n’ont pas eu le courage de partir, certains sont allés dormir dans leur voiture, d’autres ont sorti des duvets, des couvertures et se sont assoupis sur place dans le vacarme des derniers soli. Leurs yeux lourds se fermaient, ils se sont endormis avant le démontage de la scène, les machinistes emportaient les enceintes, enroulaient leurs câbles et transportaient le matos aux camions en enjambant les corps. ..

A l’aube naissante, on se croirait après la guerre. Des corps partout. L’herbe est humide de rosée, (elle) y marche pieds nus, elle regarde les jeunes gens enlacés,  des filles et des garçons, des garçons ensemble, ils sont dans tous les sens, certains à deux dans un seul duvet, d’autres tête bêche ou transversaux, la tête de l’un reposant sur le ventre de l’autre. Ils sont beaux, sereins, leur peau est douce. L’un dort seul, un sourire léger aux lèvres, dans son sommeil il doit rêver. Lola pense au dormeur du Val, deux trous rouges au côté droit. Elle se penche pose sa tête à quelques millimètres de la bouche du dormeur. Il respire. »

(Ce qui trouble Lola)

Le lundi, Isabelle revient, à temps pour la rentrée. Elle a le sourire aux lèvres en consultant les coupures de journaux qui parlent d’elle et se dit que pour exister il faut parfois disparaître.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

Le Bas 17/09/2009 16:14

Bonjour, Je travaille sur une émission sur la sexualité sur TF1. Peux-t-on entrer en contact? Je vous laisse mon mail: audelebas2@hotmail.com. SI vous me laissez vos coordonnées, je vous rappelerai.Cordialement,Aude.  

Annick 04/09/2009 13:47

J'adore... Disparaître pour aller jouer... et pendant ce temps...Les états d'âmes de Lola sont plein de vérité.

françoise 31/08/2009 16:48

à Antoine: en fait ce n'est pas une route, c'est un chemin buissonnier, loin des sentiers battus évidemment!à Héène: je n'ai pas enregistré cette émission, mais vous pouvez peut-être encore l'entendre en allant sur le site www.polyamour.info, sur le lien Françoise Simpère et Patric Jean, un internaute semble l'avoir conservée.à Sabinek: c'est ce que j'avais compris en vous lisant pfrécédemment...

Sabine K. 30/08/2009 12:33

J'ai beaucoup aimé lire cette entrée, Françoise... et particulièrement la remarque de votre ami fraichement divorcé constatant que ce qui sépare le plus suremement un couple, c'est de ne plus jouer ensemble, plus que de se "tromper" ou de se disputer... Pour ma part, j'ai la chance de ne m'être *jamais* ennuyée avec mes 2 compagnons successifs... ma vie amoureuse n'a pas toujours été facile, mais elle n'a jamais été 'barbante'... et aujourd'hui, j'adore toujours autant rire avec mon Homme... c'est ce qui tisse le plus surement ma complicité avec lui, je trouve.... Amicalement, Sabine

helene 29/08/2009 16:35

Bonjour Françoise,J'ai eu l'occasion de vous entendre dans la fin de l'émission de radio du 16 août (france inter).Malheureusement je n'ai pas pu podcaster cette émission.J'aimerais savoir si vous envisagé dans l'avenir de mettre cetteémission sur votre site car j'ai trouvé le peu que j'ai entendutrès enrichissant ?Merci d'avance

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture