Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 03:35

Picorant sur les sites des commentateurs de ce blog, qui me mènent à d’autres textes, puis d’autres encore, souvent libertins, je suis frappée de constater combien  ces bloggers dévoués au plaisir libre jettent l’opprobre sur « les hommes seuls ». Les publicités des clubs et saunas privés également, dont le principal argument de qualité, hormis fort heureusement l’hygiène et la propreté, est généralement de souligner que les hommes seuls y sont peu nombreux, ou canalisés. 

Bref, tout se passe comme si au pays du libertinage seuls avaient droit de cité les couples et un échange donnant-donnant :  tu zyeutes ou tu prends mon (ma) partenaire, je zyeute ou prends le tien (la tienne). Echangisme ou sens propre du terme, avec le couple pour seule unité de valeur reconnue. 

Pas tout à fait cependant : les « femmes seules », elles, bénéficient d’une TVA « Totale Valeur Ajoutée » qui leur permet d’entrer gratuitement dans les lieux de plaisir.  Elles paieront en nature. 

En toute logique et égalité des sexes, si les femmes seules sont bienvenues, pourquoi les hommes seuls ne le sont-ils pas, qui pourraient eux aussi payer en nature en comblant de plaisir les femmes seules en recherche de partenaire ? 

Puisqu’ils ne sont pas bienvenus, quid des femmes seules ? Doivent-elles ne participer qu’à des jeux avec un ou plusieurs couples, c’est-à-dire devenir le faire-valoir du plaisir du couple, ou satisfaire le voyeurisme de l’époux heureux d’observer les ébats amoureux de sa compagne avec une autre femme ? 

Quid également de la femme en couple qui souhaite plusieurs partenaires masculins, simultanés, puisque après tout une soirée en club coquin est le lieu où satisfaire ce genre de fantasme ? Quid de l’épouse qui fantasme à l’idée de voir son compagnon enlacé, embrassé, ou plus si affinités par un autre homme ?  Pour combler ce genre d’envies, des hommes seuls devraient être bienvenus. 

Pourquoi s’acharner à ce point contre eux ? La solitude est-elle, dans l’esprit des couples, systématiquement synonyme de perversion, de frustration ou de tristesse sexuelle ? Refusent-ils d’accueillir les désirs d’un célibataire, veuf ou divorcé pour mieux faire ressortir leur privilège, voire leur supériorité de couple, heureux, aimant et jouisseur ? 

Qu’on refuse d’être importuné par des… importuns, mal élevés, collants, vulgaires, je le comprends totalement. Mais dans ce cas, parlons de canaliser les importuns, collants et vulgaires, qui peuvent d’ailleurs se recruter aussi bien  dans l’élément mâle de couples légitimes (j’en ai vu parfois, c’était à pleurer). On croise aussi parmi les femmes seules des importunes, collantes et vulgaires mais je n’ai jamais lu une ligne là-dessus. 

Je n‘ai pas de réponse à ces questions, je les pose aux couples libertins et aux promoteurs de clubs.  Ce rejet de l’homme seul relève-t-il d’une conception machiste du genre « un coq et dix poules, mais pas l’inverse ? »  D'une jalousie inconsciente de l'époux à l'idée que sa partenaire puisse s'éprendre d'un homme "libre", donc potentiellement dangereux? Bref, pourquoi l’homme seul est-il ainsi rejeté, alors qu’il pourrait apporter un élément un peu subversif, une note impaire et surnuméraire au plaisir féminin, et des sensations nouvelles à certains hommes sans qu’il soit pour autant besoin de les ranger dans des cases : hétéro, homo, bi, trans…. Curieux, tout simplement.

image extraite du film "Shortbus"

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Liane à 2 29/07/2008 16:38

Mais parce que c'est comme les chiens dangereux, le problème est de savoir comment les identifier aux apparences !"importuns, mal élevés, collants, vulgaires..." à qui peut-on le mieux attribuer ces qualificatifs ? Ensuite il y a le tri du nombre... Sont-ils les plus nombreux, et bien sûr il n'en faut pas trop. En quantité juste suffisante.

françoise 18/09/2007 23:18

Peut-être aussi les clubs ont-ils l'inconvénient de manquer de mystère, de scénario, d'imagination, d'inconnu, d'attente... de désir en somme; on peut y baiser à loisir, dans des conditions confortables, être la reine d'un soir tant les femmes y sont effectivement minoritaires, mais ça a un côté "voyage organisé du sexe" qui n'est peut-être pas ce que recherchent les femmes sentimentales d'une part, les femmes exploratrices d'autre part. Manque de tendresse pour les unes, manque d'imprévu pour les autres. C'est pratique pour consommer, point barre.

V 18/09/2007 21:34

Les hommes seuls en club? Je ne connais pas, en fait.
Mes premières expériences dans ce type d'endroit ne sont pas si lointaines et je pense que j'avais besoin du côté "rassurant" des soirées couples. Et pourtant! Les mufles et les m(o)uflettes n'y sont pas absentes! Dommage.
Peut-être qu'il est aussi question de bisexualité dans tout ça. Dans tous les clubs que j'ai visité la bisexualité feminine semble "tomber sous le sens"  Par contre, la bisexualité masculine, c'est une tout autre histoire. Dommage aussi! C'est comme-si la bisexualité masculine était un tabou.
A l'heure actuelle, une femme seule en club ne va se retrouver que face à des hommes. Si elle cherchait des femmes pour combler sa bisexualité, c'est raté!
Mais, ça ne change rien à la question: pourquoi si peu de femmes seules? Pourquoi ce déséquilibre? Le manque de liberté face à la sexualité et ce sacro-saint (!) poids judéo-chrétien qui conduit tout droit au "syndrôme maman/putain", peut-être? Je ne sais pas.
 
V.

camille 11/09/2007 10:17

intéressante question que celle de l'offre et la demande......éternelle question?
 non, moi, l'offre proposée en club ne répond pas à ma demande.......en un mot comme en cent, la consommation excessive à l'étalage ne me fait pas bander (oups, c'est pas le mot qd on est une fille, camille!)....je préfère la dégustation 'choisie'......mais comme on dit "les goûts et les couleurs...."
 oui, nick, à moins de s'appeler catherine millet, y a peu de chance de tenir la distance qd il y a 'queues à la chaîne' ;-o)
 oui, nick, la plupart des femmes suivent et assouvissent le 'délire de leur mec' en se 'prêtant' au 'je'........cependant, bcp m'ont dit qu'elles y ont trouvé de l'intérêt qd ça leur a permis de goûter à la jouissances des femmes......elles aiment ces clubs AUSSI (et surtout?) pour ça ;-o).....seraient-elles, ELLES, 'en harmonie' avec leur homosexualité?
 les hommes font la queue ds l'attente d'un femme....pourquoi ne pas s'occu-per des queues alentours et donc de SOI?
 l'offre (et la demande!) des femmes, telle la lola de françoise, mettrait-elle les hommes en danger au point de ne pas la voir, l'entendre, la comprendre, cette demande?

Nick Tasseur 10/09/2007 17:02

Les rares fois où j'ai pu voir des femmes seules en club, je n'ai pas du tout eu l'impression qu'on leur manquait de respect et qu'on les considérait comme des salopes à disposition. Bien au contraire, les membre de la meute jouent tous au plus sympa. Comme tu le disais, les gros lourds sont souvent ceux qui sont venus en couple.Mais le simple fait qu'il y ait 30 mecs pour 1 femme introduit une certaine pression qui plombe l'ambiance, même si le respect est bien là partout comme il faut. Mais j'imagine que je ne t'apprends rien... tu as certainement été sur le terrain (le lundi soir des Chandelles, les après midi de la Cheminée?)Et pour répondre sur le "mec qui prête sa femme", bien sûr qu'elle ne lui appartient pas, mais c'est souvent comme ça que c'est présenté! Ca peut être soit un fantasme de la femme (d'être une chose qu'on prête) ou alors un délire du mari. Dans les deux cas, bon, soit, c'est leur truc, je ne pense pas qu'on doive juger.Le seul truc qui me gêne un peu c'est que dans ces plans en trio, il y a beaucoup de cas où on dirait que la femme se prête au jeu pour faire plaisir à son mec (ambiance un peu tristouille donc).Donc oui c'est assez souvent glauque, surtout le troupeaud'hommes seuls... ben du coup pas étonnant que les clubs préfèrent éviter! Comme par hasard, quand tout le monde est en couple c'est beaucoup + sympa (si l'on excepte les quelques gros lourds parfois).Et pour parler en termes de marché puisqu'on a commencé.... l'offre masculine est peut-être inadaptée, quand il s'agit de clubs ouverts aux hommes seuls, certainement même sinon ça se passerait différemment. Par contre je ne connais pas l'offre féminine - c'est à se demander s'il y en a une?

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture