Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 12:25

Il a 50 ans, depuis des années il souhaite partir en vacances en septembre mais pas question : dans son boulot, l’industrie, c’est en août qu’on part, saison creuse, parfois même fermeture des ateliers. Il a donc refusé une proposition de vacances en arrière-saison et retenu comme d’hab’ en août, mois qu’il déteste : trop de monde, tout est hors de prix. 

Fin juillet, son employeur décide que finalement il faut avancer un dossier urgent : « Vous restez en août ». Travail 6 jours sur 7- « vous rattraperez vos journées plus tard »- et bien sûr annulation des vacances prévues. Avec le sentiment que cette urgence ne rime à rien, depuis des années dans sa boîte tout se fait à court terme, sans vision d’ensemble et il ne compte plus les dossiers urgents tombés dans les oubliettes. Début septembre, tout sourire, le patron lui octroie une prime et l’autorise à partir en vacances dans la seconde quinzaine de septembre.

« Tu es content alors ? C’est ce que tu voulais ? » -Non, parce que le projet que j’avais ne marche plus. J’ai dû improviser en hâte une solution qui ne me plaît qu’à moitié. » Il soupire : « J’en ai marre de ne rien pouvoir prévoir. » IL a travaillé plus et gagné plus, comme dirait l’autre. Mais perdu la maîtrise de sa vie. Part quand on le lui dit, reste quand on lui ordonne. Cet automne, il ne programme rien, trop peur de devoir annuler. Sentiment d’impuissance:

« C’est pénible de ne pas pouvoir choisir sa vie. » « Et si tu leur disais que tu ne veux plus être traité comme ça ? » Il écarquille les yeux : « C’est pas possible. » « Pourquoi ? Ils te licencieraient ? » « Non, pas après 25 ans de boîte, ça leur coûterait trop cher. » « Ben alors, que risques-tu ? Juste qu’ils te disent non. Mais si ça se trouve, ils comprendront. Tandis que si tu ne dis rien, ils n’ont aucune raison de penser que ça ne se fait pas de traiter les gens comme ça. » Il a souri : « Dans le fond, c’est pas faux »  (ce mec là ne parle jamais en positif. Il ne dit pas « c’est vrai » mais c’est pas faux », c’est intelligent », mais « ce n’est pas stupide », « je suis content », mais « je ne suis pas mécontent ». Ca veut dire quoi, docteur ?) 

Je me souviens de ma fille alors âgée de 5 ans disant : « J’ai envie de te demander quelque chose, mais j’ose pas. » « Pourquoi tu n’oses pas ? «  « J’ai peur que tu dises non. » Je l’ai prise sur mes genoux : « Ma chérie, demande toujours ce dont tu as envie. Au mieux, je te dirai oui, au pire je te dirai non, mais ça te laisse une chance sur deux d’avoir ce que tu désires. Tandis que si tu n’oses pas demander, c’est 100% de chances de ne rien avoir. » Elle a demandé, j’ai dit oui, et précisé très vite : « N’oublie pas que si je te dis « non » un jour, ce n’est pas pour t’embêter, c’est juste parce que ce n’est pas toujours possible de dire « oui ». Toi aussi tu diras « non », parfois. »

Oser demander, dire oui, dire non, et ne pas se sentir humilié par un refus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

denis seignez 21/09/2007 20:27

Les choses ont changé pour moi le jour ou mon univers affectif s'est brusquement agrandi. D'un seul coup une seule personne ne pouvait plus suffire  à mon bonheur. Il est tellement bon de se  laisser aller spontanément à  aimer. En fait ,plus on aime de gens  et plus on a de chances d'atteindre le bonheur. Je plains tous ceux qui sont rongés par la haine . Ceux là n'ont aucune  chance d'y accéder.Denis
ps: je n'ai pas reçu les trois dernières  news letters de Françoise
 
 

caroline 19/09/2007 13:28

merci, vous m'apaisez.J'ai parfois du mal à savoir m'arrêter dans l'exposition de mes sentiments puisque je suis tellement à l'aise avec eux.  Mais je vois bien que ça déstabilise ceux qui ne connaissent pas ce style de vie.  Et je sens que j'ai une part de responsabilité lorsqu'il en découle des événements malheureux, comme si un couple se brise.  Ce sont des choses que je dois assumer.allez, bonnes vacances!  et merci Frédéric.

françoise 19/09/2007 09:50

Effectivement Caroline, ce n'est pas simple de vivre d'une façon qui reste minoritaire, mais qui progresse, je le constate chaque jour. Cela dit, pas d'illusions: le polyamour n'évite ni les doutes, ni les chagrins, ni la difficulté quand les deux partenaires ne sont pas dans les mêmes désirs. Il est simplement l'expression d'une évidence: aimer au pluriel au cours de sa vie qui est longue aujourd'hui est naturel, c'est l'inverse qui est étrange. C'es aussi le bonheur de déculpabiliser le désir et d'en faire ce qu'il est:: un élan qui illumine!  Cela apprend surtout à vivre en paix avec soi, je trouve, à ne plus être dépendante de ses désirs, paradoxalement. J'en parlerai un jour sur ce blog, mais là, pas le temps, je file en vacances!

Frederic 19/09/2007 09:14

l\\\'important à mon sens... et en toute circonstance...
est de rester clair et entier... tout entier !
et pouvoir laisser cette liberté de l\\\'échange... et de la dimension de l\\\'échange.parfois, on croise des personnes avec qui on perçoit bien que le sentiment est très fort... et la relation bien difficile à gérer.Il est important de faire cette distinction sentiment / relationle sentiment reste personnel... il naît de lui-même... et on peut le faire vivre et survivre par soi-mêmeIl faut cependant être (au moins) deux pour gérer la relation... si l\\\'un ne peut pas la gérer... il est difficile de la faire "bien" évoluer...
et l\\\'on ne peut "forcer" l\\\'autre "pour son bien"!
pas de "fuite" alors pour le sentiment qui reste présentet libre place à l\\\'espace de la relation... si l\\\'un ET l\\\'autre sont d\\\'accord de s\\\'y impliquer

caroline 19/09/2007 01:30

Ce commentaire de Frédéric m'inspire.  Je disais dans un autre commentaire que je suis une polyamoureuse en couple depuis 12 ans.  J'ose dire puisque pour moi, il n'y a rien de mal à avouer son amour ou son désir à un homme, au contraire.  Mais avouer son amour à un homme marié qui ne vit pas dans une telle relation, c'est oser le placer dans une situation angoissante, surtout si c'est réciproque et qu'il ne voit pas de débouchés.  Et oser lui demander d'en parler à sa femme, c'est du culot!
 

Il y a un an, j'ai rencontré un homme que je ne veux pas perdre. Un homme comme j'en rencontrerai peu dans ma vie.  Le jour ou nous nous sommes avoués ce qui sautait aux yeux, l'évidence, il a tout de suite regretté d'avoir parlé.  La peur que les mots gâchent tout entre nous, parce que le désir met en péril son couple, ce qui risque de mettre un terme à notre amitié.  Pour ne pas me perdre, il préfère ne pas m'avoir!  La pratique de la normalité entre nous est impossible et fausse.  Je ne peux me résigner à le laisser aller à la dérive car je sais que je peux le retenir par la main. Et je tiens tellement à lui.  C'est si simple pourtant...  Ah s'il n'y avait que des polyamoureux!
 

Ai-je tort de multiplier les initiatives?  Ai-je tort de continuer malgré que nous soyons tous les deux en désaccord avec le fait de vivre une double vie (si sa femme, que je connais, n'est pas au courant de notre forte amitié, il faudra forcemment mentir, ces petits mensonges qui empoisonnent l'existence et que je fuis comme la peste)
 

Me restera-t-il justement que la fuite dans mon imaginaire? Quel dommage... et qu'elle aberration.
 

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture