Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2007 5 12 /10 /octobre /2007 08:06

1986 : premier voyage à Cuba, à une époque où l’île vivait bien grâce au commerce avec l’URSS, malgré l’embargo américain. Je découvre combien chaque visiteur juge le régime en fonction de ses a priori : les uns comme un paradis, les autres comme une prison. 

 1987 : Jean Ziegler, rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation rencontre Thomas Sankara, président du Burkina Faso qui veut célébrer la mémoire de Che Guevara, assassiné le 9 octobre 1967. Sankara, qui a 38 ans se tourne vers Ziegler : « Il avait quel âge, le Che, lorsqu’il est mort ? – 39 ans. » Sankara murmure, pensif : « Est-ce que j’arriverai jusque là ? » Le 15 octobre 1987, Sankara est assassiné lors du coup d’Etat mené par son ami Blaise Compaoré avec le soutien de la France et d’Houphouët-Boigny alors président de Côte d’Ivoire.   

Thomas Sankara a rebaptisé la Haute-Volta en Burkina Faso (Pays des hommes intègres), avec le souci de rendre au pays une dignité, une autonomie et l’indépendance économique. Contre la domination des grandes puissances et pour la participation du peuple au pouvoir, le pays doit vivre de ses propres forces et ressources. Sankara roule en Renault 5 et s’habille de costumes dessinés et fabriqués au Burkina-Faso. (le fameux "consommons Burkinabé "). Il lance un programme global de développement : campagne massive de vaccination qui fera chuter le taux de mortalité infantile alors le plus haut d’Afrique, constructions d’écoles et d’hôpitaux, plantation de millions d’arbres pour faire reculer le Sahel, grande réforme agraire de redistribution des terres aux pay sans , élévation des prix agricoles et suppression des impôts agricoles, institution de Tribunaux Populaires de la Révolution (TPR) pour lutter contre la corruption (aucune peine de mort n’y sera prononcée), mesures de libération de la femme (interdiction de l’excision, réglementation de la polygamie, participation à la vie politique, etc.), aides au logement : baisse des loyers, constructions de logement pour tous), etc  

 

Pourquoi rapprocher Che Guevara et Sankara ? Parce que ces deux hommes voulaient réduire les injustices économiques et les écarts entre riches et pauvres. Ils rêvaient tous deux d’un monde nouveau (Guevara disait « un homme nouveau »). Ils ont connu de fortes oppositions et y ont répondu par la force : tribunaux populaires, et (pour Che Guevara) un certain nombre d’exécutions d’opposants. Il y a dans les deux cas un idéal terni par un glissement autoritaire, mais ce glissement autoritaire, dans les deux cas, répondait aux attaques d’ennemis furieux de voir deux pays essayer de sortir de la logique (capitaliste/ colonialiste) qui les avaient jusqu’ici enfermés. Et pour écraser toute velléité de communisme ou d’indépendance, certains Etats n’ont pas hésité à faire le lit de l’Islam intégriste (Ben Laden, rappelons le est un pur produit de la CIA) ou de chefs d’Etat corrompus en Afrique.  L’Afrique est mal partie depuis 40 ans ? Chaque fois qu’un pays africain a voulu se libérer sans la tutelle de l’Occident, son chef a été tué. Je me souviens de Patrice Lumumba, torturé et exécuté avec la complicité de la Belgique. Mon père, qui travaillait alors au Sénégal nous avait dit « Pour une fois qu’ils avaient un type bien, on le tue, quel gâchis ! » 

Certes, il y a beaucoup à redire sur le Cuba d'aujourd'hui. Ceux qui présentent aujourd’hui le « mythe Guevara » comme un guerrier sanguinaire ne s’en privent d’ailleurs pas, sans que cela les gêne pour autant d’aller faire la cour à Bush, Poutine, ou les dirigeants chinois qui ont un nombre infiniment plus élevé de morts sur la conscience,  ou de s’émerveiller sur le développement en Asie qui traite en esclaves tant de pay sans et petits ouvriers. 

2001,2004, 2007 : autres séjours à Cuba, dont un en voiture avec un ami parlant espagnol, ce qui nous a permis de loger chez l’habitant et de parler avec des cubains hors circuits touristiques. Ils critiquaient beaucoup de choses avec une étonnante liberté de parole, y compris dans les restaurants où nous les invitions. Mais ils reconnaissaient la qualité des écoles,  celle des médecins cubains, le droit à la culture, et surtout ils avaient la fierté d’être Cubains, la fierté d’être un peuple libre même s’ils manquaient de liberté individuelle et le déploraient.

 Une vieille dame que je regardais danser une salsa torride avec un superbe cavalier de trente ans de moins qu’elle a surpris mon regard et m’a apostrophée. On m’a traduit ses paroles : « Madame, ici il n’y a ni jeunes ni vieux, ni riches, ni pauvres, ni noirs ni blancs, il y a des êtres humains ».  J’ai vu en 2001, bien avant le Grenelle de l’Environnement, une pancarte dans un magasin d’Etat indiquant : « Avant d’acheter quelques chose, demande toi si tu en as besoin, si l’objet a été fabriqué dans de bonnes conditions, s’il ne nuit pas à l’environnement ». Jamais vu ça ailleurs ! J’ai dîné avec une danseuse à la Havane, qui m’a raconté son enfance miséreuse sous Batista, petite fille d’ouvriers agricoles dans l’Est de l’ïle.  « Sans Castro, jamais je n’aurais appris à lire, jamais je ne serais devenue danseuse ». Elle en pleurait. De reconnaissance.  Cuba est le seul endroit entre 1998 et 2003 où au lieu de nous dire comme partout « vous êtes français ? Zinedine Zidane ! » On nous a dit : « Vous êtes français ? Victor Hugo, Robespierre, Zidane. » nous avons parlé de littérature française tout une soirée avec des étudiants à Santiago , en nous sentant honteux de si mal connaître leur propre littérature.

  On s’est rattrapé avec les orchestres : peu de CD, peu de matériel de sono- manque d’argent- mais partout des musiciens avec leurs instruments, souvent de qualité.  Je terminerai par la supplique d’une jeune militante : « On n’est pas parfaits, c’est vrai, on ne vous demande pas de vivre comme nous. Mais au moins, laissez-nous essayer sans nous mettre de bâtons dans les roues. »   

Che Guevara etThomas Sankara  sont morts avant que le pouvoir ne les pourrisse… Depuis, l’idée même d’un monde moins inégal est qualifiée d’utopie, et ceux qui s’en offusquent dûment sommés d’être réalistes : « La mondialisation coco, la loi du marché !!! » en oubliant que ces deux mamelles de l’économie prédatrice ne sont pas des lois biologiques ou physiques mais des créations purement humaines. Inhumaines.  

 

PS. Pour s’éclaircir les idées, allez voir « Le rideau de sucre », documentaire tourné par une Cubaine, qui montre les deux côtés du miroir, l’ombre et la lumière. Lire, de Jean Ziegler (un type formidable, qui témoignait dans le documentaire « we feed the world », avec un humanisme inébranlable) : « L’empire de la honte » et « les maîtres du monde et ceux qui leur résistent. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

POETAC 04/10/2008 04:04

                                         FIDEL
 
 
 
 
Dans les rues
Des hommes
Ont laissé
Des voitures puissantes
Aux couleurs vives
Elles parcourent
Les rues
Et les veines
D’autres hommes
Alors
Quand le vieil homme
Chancèle
L’argent arrive
C’est ce que désirent
Ceux qui ont laissé
Les voitures puissantes.
Je vois
Pourtant
Sur les murs
Des messages de paix
Les mots du vieil homme
Qui chancèle .
Que deviendra ton rêve
Vieil homme
Quand viendront
Par milliers
De nouvelles voitures puissantes ?
Que deviendra ton rêve
Vieil homme
Quand ton peuple
Mettra l’habit du boucher ?
Je vois arriver
De nouveaux hommes
De nouvelles richesses
De nouvelles voitures
De nouvelles rues
De nouvelles routes
De nouveaux bars
De nouveaux restaurants
De nouveaux immeubles
De nouveaux gardiens
De nouveaux pouvoirs
De nouvelles haines
Alors vieil homme
Que deviendra ton rêve ?
Que deviendront tes mots de paix ?
Sur les murs des rues
Où circulent
De vieilles voitures
Aux couleurs vives .

POETAC 04/10/2008 04:02

                                                                   CUBA
 
 
 
 
C’est un pays

les putes rient
Les cafards dansent avec les rats
Il y a un arbre sur une maison
Demain est loin
On devient vite femme
Le contrôle est constant
Le mensonge est vital
Les ruses sont nombreuses
La musique est nos cachets blancs
Fidel a eu un rêve

Je m’interroge .
 

S@m 19/10/2007 04:56

Si ventre affamé n'a pas d'oreille, je doute que même la démocratie puisse se faire entendre. Quel est le régime politique actuel du Darfour ?!? Pour peu qu'il y en ait un !

S@m 19/10/2007 04:32

Je parle des Etats-Unis, mais il n'en restent pas moins le rejeton de l'Europe et le cas du Congo montre bien que, petite Belgique... Décidément, parfois la démocratie me semble bien jeune et encore vite paniquée par les régimes politiques qui lui échappe, ne sachant parfois reconnaître ceux qui l'ont précédée.Tout cela ne nous rapproche pas de la question de la faim, sinon que la faim est le ventre des révolutions. En province, le paysan qui se nourrissait de ce qu'il produisait criait "Vive le roi !" et à Paris et dans les grandes villes, la faim criait "Vive la république !" ou "Vive la révolution !"

S@m 19/10/2007 04:21

Le philosophe qui m'attire le plus actuellement est un méconnu philosophe rigolard de Chicago, Kenneth Burke. Cependant, malgré un monde intellectuel de qualité, il souffle sur les Etats-Unis un climat de peur irrationnel au point que sa politique se retrouve parfois marginale par rapport aux enjeux planétaire au nom d'enjeux planétaires propres tout aussi marginaux. Ainsi la crise écologique passe complètement au second plan par rapport à la lutte contre le terrorisme et de plus en plus d'affaires qui font surface laisse entrevoir une politique internationale qui frise la paranoïa avec des stratégies à la limite du complot politique. Dans combien de meurtre de chef d'états divers de ses gouvernements sont-ils impliqués ?!? Qu'est-ce que cela dénote sinon une incapacité profonde de nouer des liens de confiance avec ces états, soit un climat de peur irrationnel ? Loin s'en faut, cette démocratie ressemble parfois à une démocratie paranoïaque qu'illustre particulièrement bien son industrie du cinéma avec des Etats-Unis en proie à toutes sortes d'ennemis. Une démocratie ennemie ?!? Une démocratie qui se terrorise avec d'innombrables ennemis ? A certains égards ont pourrait avoir l'impression de lire l'état de terreur du Léviathan de Hobbes en action dans certaines tranches de son histoire. En fait, ils sont à ce point capable de se faire peur eux-mêmes qu'ils font peur dans certains cas. Sinon, un pays qu'ils soient ou non démocratique dépend de la mentalité de sa population, du régime politique que cette mentalité accepte de gré ou de force, mais plus simplement de sa mentalité en général. Et là, bien que culturellement moins hétéroclite, la sociabilité de la culture des pays latino ou africain... Il s'y échange beaucoup moins de richesse, mais les échanges sociaux... Le dernier journal d'Anaïs Nïn (Le seul que j'ai lu en fait !), illustre plutôt bien la différence qu'il y a entre la mentalité nord et sud américaine à son époque et certaines différences semble encore d'actualité au travers des récits qui me parviennent.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture