Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 21:59

Jeudi dernier, vu au théâtre « Mon lit en zinc » de David Hare avec Laurent Terzieff. Terzieff est une pure passion depuis que j’ai 20 ans, j’ai vu 9 fois « les émigrés » de Mrozek au temps du Théâtre d’Orsay (après la gare, avant le musée) Il est la seule interview de ma vie où j’ai re merci é le ciel d’avoir pris un magnéto, tant j’oubliais de noter, noyée dans l'eau de son regard, d’un vert clair magnétique. Magnétique, il le reste diablement à 72 ans, avec des attitudes qui le font reconnaître au premier mot mais aussi une capacité à se faire oublier au profit du texte. Terzieff est un sculpteur de mots- son père était sculpteur- et la pièce comportait un certain nombre d’aphorismes dont je citerai le plus drôle :  « Tout le monde meurt après son dernier repas et pourtant tous n’ont pas été empoisonnés »

 

photo Francesca Avanzinelli

Mon lit en zinc raconte le face à face entre un hommes d’affaires, Quin (Terzieff) et Paul, ex-poète et alcoolique repenti. « Je ne bois plus une goutte d’alcool grâce aux Alcooliques Anonymes, je suis guéri. » dit-il en substance. 

-Non, vous n’êtes pas guéri, répond Quin, puisque vous ne DEVEZ plus boire une goutte d’alcool. Etre guéri, ce serait dire : « Je prendrais bien un verre… peut-être deux, puis je m’arrêterai là. » 

Et quand le journaliste veut aller à sa réunion, Quin lui lance : « Vous n’êtes plus addict à l’alcool, vous êtes addict à la culpabilité ». 

« Pour  David Hare estime Terzieff, il ne s'agit pas de savoir si la vie vaut d'être vécue mais de savoir si on veut la vivre et à quelles conditions. »   

Après la pièce, discuté une heure avec le couple d’ amis qui m’accompagnait, sur cette question des dépendances. Que sommes-nous sinon des dépendants ? Alcool, tabac, mais aussi jeu, argent, amour, sexe, travail, pouvoir, nourriture, compliments… (Autre citation : « Les louanges sont comme l’eau salée, plus on en a plus on a soif.) Toutes choses qu’on veut au-delà du nécessaire.  Les prédateurs de l’économie qui accumulent de colossales fortunes qu’ils ne dépenseront jamais, qui ne leur apporteront pas une once de bien-être supplémentaire, sont dépendants du chiffre sur leur compte en banque.  Ceux qui changent de voiture, de mobile ou de montre à chaque saison sont addicts à la nouveauté, chaque achat ne faisant qu’attiser l’envie du suivant. La définition de l’addiction est que la satisfaction du désir ne l’apaise pas mais fait augmenter la dose nécessaire. Jusqu’à la mort pour les drogues dures, jusqu’à la ruine pour le jeu ou la spéculation, jusqu’à la dictature pour le pouvoir.

Nous vivons une société toxicomane dont la seule chance réside dans une désintoxication joyeuse. Joueuse. Journée sans voiture ou sans achat comme proposait Longues jambes, pour le plaisir de s’apercevoir qu’on n’en meurt pas et qu’on se sent mieux exister quand on résiste à la dépendance que lorsqu’on y cède. Journée de masturbation câline pour se désintoxiquer de l’idée que le plaisir et l’amour dépendent d’autrui, pour le plaisir de découvrir qu’on les porte en soi, dans ce qu’on accepte de donner et non pas de recevoir. « Se masturber et payer soi-même son loyer » sont les deux premiers pas vers l’émancipation disaient les féministes des années 70.  Journée sans TV et sans Internet ( sans téléphone aussi, chiche ?) pour le plaisir de sortir et de dire au premier venu, au second et au troisième aussi : « Auriez-vous envie qu’on prenne un café ensemble ? » J’en rêve, je le ferai, pour le plaisir de savoir ce que ressent un homme lorsqu’on lui dit « oui » ou lorsqu’il prend un râteau. 

Il y en a des choses à expérimenter hors des addictions com merciales.

 

PS qui n’a rien à voir, spécial jeunes filles : j’ai commis une nouvelle érotique dans le numéro daté décembre du magazine « Bien dans ma vie » actuellement en kiosque. Intitulée « l’inconnu qui partage ma vie », elle parle du désir retrouvé en prenant de la distance, comme un tableau dont on s’éloigne révèle des richesses inattendues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

Frédéric 14/11/2007 11:32

charmante idée que voilà... et il est vrai que les moyens techniques et technologiques permettent de mieux en mieux d'organiser ce type d'emploi... et d'emploi du temps!je souligne aussi dans votre réaction l'intérêt à valoriser les valeurs conviviales plutôt que financières... lesquelles ont à mon sens plus beaucoup d'années devant elles... apr la force des choses... mais qui sait, on peut tenir artificiellement en vie des tas de cadavres (gloups)...

françoise 13/11/2007 18:51

Bien sûr, on ne légifère pas sur la liberté personnelle et la capacité à ne pas être dépendant. En revanche, la liberté s'exerce mieux dans un contexte qui favorise la responsabilité des uns et des autres et qui prône des valeurs sociales et conviviales plutôt que strictement financières. La législation du travail, si elle favorisait le statut de salarié à employeurs multiples (celui des journalistes pigistes notamment) en faisant respecter strictement les droits et devoirs des salariés et des employeurs, permettrait d'être plus libre au travail en ne dépendant pas d'un seul patron pour vivre, mais aussi plus responsable car dans ce type de boulot, il faut être très autonome pour s'organiser sans être débordé. Ce n'est qu'un exemple, pour dire que l'environnement favorise tel ou tel type de comportement.

Caroline 13/11/2007 16:38

Oui et non.  L'humain est humain et il y a des choses difficiles à changer.  Mais comme au sein d'une famille, lorsque ce sont des valeurs comme l'amour, le partage, la "responsabilisation", l'entraide, l'écologie, la liberté de conscience, l'importance de la lecture et de la culture, et ainsi de suite, qui sont encouragées et mises de l'avant, il en résulte des individus plus épanouis et plus heureux avec une conscience sociale et pour qui la recherche du pouvoir n'est pas une priorité.
Ne me dites pas que les politiques sociales et économiques encouragent ces valeurs...  Il y aurait tant à faire, à commencer par le domaine de l'Éducation et de la Famille.  Oui, je crois qu'il aurait été possible pour l'Homme de créer une société plus humaine.  Il est peut-être trop tard. Oulala... je retourne travailler avant de...

Frédéric 13/11/2007 16:15

Vous croyez que l'on peut légiférer sur base de ces principes de vie?
sur le principe de la liberté?sur le principe d'éviter toute dépendance? et tout contrôle?

caroline 13/11/2007 16:10

La vie est mal fichue... Ça devrait être des gens comme vous qui se fassent élire au Parlement.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture