Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 23:17

photo Pierrick Bourgault

 

Ce moment où l'on se retrouve, longtemps après. On ne s'est pas quitté, il n'y a eu ni rupture, ni dispute, juste l'effilochage presque naturel d'une relation qui hésite entre routine et... rien. Tout, donc rien, plutôt que la routine, que l'habitude de se voir parce qu'il faut se voir. « Il faut que je l'appelle », phrase terrible. Donc, peu à peu on cesse d'appeler et on se perd de vue. On s'étonne de ne pas même en souffrir. 

Puis un jour on se croise par hasard. Coïncidence de calendrier, de lieu.  Ou vrai hasard. Mais est-ce le hasard qu'une foule anonyme un après-midi glacé d'hiver dans laquelle, tout à coup, se détache une silhouette?  Le coeur l'a vue avant les yeux, sinon comment expliquer son accélération soudaine? 

Deux sourires volent  au-dessus des arômes blonds d'un verre du soir,  goût fruité de raisin vert, excitant comme un baiser très longtemps désiré. Du bout de l'index, il dessine les contours de ses lèvres : « Je suis content de te voir ».  Elle lui caresse la joue.  Instant surprenant où se renouent des sensations familières après des semaines, des mois, des années. Il a changé, elle a changé. Premières strates. Au-dessous, un regard infrarouge infaillible détecte les strates d'avant, visage et voix, reconnaît la grâce d'un geste, le grain d'une peau. Déferlement d'images, que les plus intenses, comme des cartes postales amoureuses qu'on effeuillerait à toute vitesse pour revivre en trois minutes trois siècles de sensualité brûlante, joyeuse,  unique évidemment. Tous les amants ont vécu une aventure unique. 

Dans la chaleur de la chambre, bienvenue après le brouillard givrant du dehors, savourer du bout des doigts et à pleine bouche son désir, sans qu'il soit besoin d'en parler, sans qu'il soit besoin de le chercher : il est là,  tapi dans un coin de  mémoire, familier et nouveau à la fois.  S'enivrer d'odeurs, de goûts, de convoitise gourmande. Il a changé, elle aussi, mais leurs corps n'ont rien oublié.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

S@m 28/11/2007 18:30

Il y a le pire et le meilleur. Le pire ressemble souvent à cette chromatique inversée des négatifs des photos, où toutes les couleurs de la vie s'inverse. Les photos, la douleur du souvenir, de présents heureux malheureusement passés. Mais un négatif peut se développer et les souvenirs reprendre toutes leurs couleurs comme dans ce "goût de revenez y".Le pire n'est pas tant le pire que le meilleur. Que le pire passe, cela fait partie des bons moments de la vie, mais que le meilleur passe, cela fait partie des mauvais moments. Et le pire n'est pire que lorsqu'on a connu le meilleur, car la conscience du pire n'en est qu'accrue sachant qu'il y a meilleur, mais...:)

dido 27/11/2007 18:37

est ce que le pire ce n'est pas de ne plus rien ressentir, ..dans son coeur il n'y a plus rien...quand on voit l'autre partir .. s'éloigner et qu'il n'y a même plus une larme..qui coule sur la joue...c'est ce que je deteste le plus au monde ne même plus pouvoir pleurer..ne même plus pouvoir ressentir qu'au fond de moi quelque chose pleure..

dido 25/11/2007 21:53

mais est ce que je n"ai pas essayé de dire la même que vous.?;;sur le corps comme gardien des pensées, et une peau comme souvenirs..;quand je dis "on ne peut pas être et avoir été .." j'essaie de dire qu 'il y a peut être une certaine candeur que la dureté de \'existence nous fait perdre au fils du temps..et que peut être on est un peu désenchanté..mais en contre partie..peut être que l'aquisition d'une certaine sagesse pâlie à cette perte de la candeur..bien sûr qu'on est toujours, mais on ne peut plus jamais être le même..est ceque vous ne vous regrettez pas à un instant de votre vie ...un instant que vous ne parvenez plus à saisir..dans la rencontre que vous comptez..les deux amants se retrouvent ..mais est ce que leur amour leur sentiment n'est pas un peu affaibli parce qu'ils savent la lassitude et l'échec, et que leur étreinte n'a plus cet abandon merveilleux,  ce fleuve, cet espoir d'une éternité qui prendra fin, car ils savent le néant qui viendra s''installer..et que leur corps et leur esprit se sépareront au petit jour lassés..et qu 'ils ne ressentiront même plus rien ..enfin chaque sensibilité est différente..mais chaque personne fait l'expérience de la perte différemment, sur l'amour après 50 ans j'imagine qu'il est plus profond que ces amours d'enfants..

françoise 25/11/2007 21:07

C'est fou ce que les gens ne lisent qu'à travers le filtre de leur propre vécu. Par ce post, je voulais justement dire combien les liens sont au-delà de la beauté physique puisque le temps n'a pas de prise sur eux, combien, si les corps changent, ils n'oublient pas ce qui est impalpable, ce qui est de l'ordre de l'imaginaire et de la pensée. Combien, en somme- et c'est là que je diverge par rapport à vous- on peut avoir été... et être. A 25 ou 30 ans, on s'imagine que la vie, l'amour s'arrêtent à 50 ans à cause des corps qui changent; Une femme de 87 ans, m'a confié récemment, avec les yeux pétillants: "Jusqu'à 70 ans, l'âge n'est pas un problème".  Mais là encore, tout est affaire du regard qu'on porte sur la vie...

dido.. 25/11/2007 19:50

..c'est fou comme les consciences abordent l'existence différemment, et ont peuplé les forêts de leurs imaginaires amoureux différemment, le vécu de conscience  transforme le monde différemment, chacun aime différemment, et je suis souvent blessée par votre façon d'aimer, blessée malgré vous bien sûr, mais je retiendrai cette phrase magnifique  qui arrachent des larmes...."leurs corps n'ont rien oublié.."le corps comme une mémoire de l'imaginaire, une mémoire des images et des mots, mais qu'est ce que le corps face à la pensée..n'est ce pas l'âme qui séduit et attire, que peut le corps devant l'âme, .. la conscience qui aurait poétisée le corps..je disais à un ami, qui ne se trouvait pas très beau, que sans doute était ce ses pensées qui le rendaient beau..est ce que la beauté n'est pas simplement la pensée, ..on ne peut pas être et avoir été..

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture