Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 22:21

« Science et décroissance : mariage impossible ou nécessité vitale ? » c’était la question posée par l’Association Sciences citoyennes le 29 novembre.   

 

Le débat partit dans des directions bizarres : le premier orateur parla des indices de développement : PIB fondé sur la croissance économique, Indice de satisfaction de vie (World happiness database, émanation de… la Banque Mondiale)  BIP 40 qui prend en compte la santé, les revenus, l’emploi, l’éducation (www.bip40.org ) et enfin indice d’empreinte écologique proposé par le WWF qui montre que les occidentaux consomment 4 à 12 fois plus que ce qu’ils devraient pour que la Terre n’en souffre pas.  Et encore, cet indice n’inclut ni l’impact écologique des pollutions toxiques, ni celui du nucléaire ! Bonne nouvelle : alors que certains redoutent que stopper la croissance économique nous ramène à l’âge de pierre, il paraît que le bilan écologique de la France restait correct jusqu’au beau milieu des années soixante, période assez festive (68, âge du pavé mais pas de la pierre J 

En 2007,  la science peut-elle participer à un mode de vie plus écologique et néanmoins confortable ?  Oui, affirma un orateur en citant les énergies renouvelables, les voitures sobres, les habitats bien isolés, les ampoules basse consommation, Internet qui permet de communiquer en évitant des déplacements énergivores, etc.  « Foutage de gueule, lança Thierry, ethnologue qui a vécu 13 ans près des indiens Wayampi d’Amazonie. Il n’y a pas besoin d’inventer quoi que ce soit, les modes de vie équilibrés existent dans de nombreuses ethnies. On y subvient à ses besoins sans épuiser la nature, on travaille trois à quatre heures par jour et on est heureux ! » 

Exact, mais peut-on vivre comme un Amazonien hors de l’Amazonie ? 

Déjà, les bouddhistes avec leur épaule nue se les gèlent quand ils viennent en France en hiver,  les cornemuseux bretons se font jeter de leur studio parisien dès qu’ils soufflent dans leur instrument et les gens râlent si on élève des poules dans son HLM, alors qu’autrefois en France, hommes et animaux cohabitaient : les bovins servaient de chauffage d’appoint (la  vache dégage beaucoup de chaleur,  indépendamment de ses flatulences méthaniques) et les poules d’aspirateurs à insectes, vers et autres vermines qui vous gâtent un habitat.  

Bref, difficile de transposer un mode de vie dans un lieu pour lequel il n’est pas fait. De plus, je me méfie du mythe du « bon sauvage » depuis que j’ai vu un aborigène passer vingt minutes à allumer un feu en frottant deux bâtons jusque à ce que l’étincelle se propage à une crotte de kangourou bien sèche- pas facile à trouver sous nos latitudes, la crotte de kangourou- puis aux brindilles, puis au bois…. mais s’empresser de convertir le pourboire qu’il avait reçu en canette de coca… Enfin, ayant dû dans mon enfance allumer des feux de camp à la loupe et au soleil (épreuve scoute), j’ai une pensée émue pour l’inventeur de l’allumette. 

Pourquoi consommons-nous tant de superflu ? Une sociologue expliqua que l’achat est passé d’un statut utilitaire à un statut identificatoire : « Dis-moi ce que tu achètes, je te dirai qui tu es » et même pire : « J’achète, donc je suis ».  Dès lors, l’acte de consommation dépasse de beaucoup les besoins, puisqu’il sert à l’affirmation de soi. La publicité s’appuie d’ailleurs sur cela pour créer des besoins ciblés et inventer des signes de reconnaissance sociale symbolisés par des objets : la montre Rollex, les costumes Prada, les soirées au Fouquet’s, les vacances aux States, les week-end s sur un yacht, etc…

casterman/l'Internaute

 C’est alors qu’une forêt de doigts se leva dans l’assistance pour lancer la complainte de l’écolo désespéré :  Pourquoi les gouvernants et les décideurs économiques ne font-ils rien depuis 30 ans? » Je devais partir, j’ai vite saisi le micro : « Parce qu’ils sont arrivés là où ils sont grâce à la société telle qu’elle est ! Pourquoi voudriez-vous qu’ils aient envie de changer un monde qui leur a si bien réussi et pour lequel ils ont été formatés ? » En termes trop longs pour les relater ici, j’ai dit mon étonnement de voir que les écologistes ont du mal à parler de politique. Pourtant comment parler d’écologie sans critiquer  un système dont le moteur est la croissance économique et financière, moteur invivable sur une planète par définition limitée ? Donc même si nous pouvons- c’est même tout ce qu’il nous reste- refuser de céder à la fièvre acheteuse (c’est mal parti vu le raz-de marée de clients pour acheter l’I-phone et les foules qui préparent Noël…) l’écologie ne peut se réduire à des comportements individuels. Elle est forcément politique. 

 

Voilà, Lorent (pigiste éminent de Blogborygmes dont je vous recommande toujours chaudement la vivifiante lecture) le compte rendu demandé. Avec une remarque : en guise de science, on nous a parlé de technologies. Or, ce sont deux démarches très différentes, même si les technologies découlent souvent d’une découverte scientifique. La science cherche à comprendre le monde et à en saisir la complexité, pas à  le dominer. La technologie utilise le monde au profit de l’homme. 

Qu’aujourd’hui un colloque consacré à la science parle uniquement de technologie est à mon sens extrêmement révélateur…

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

françoise 04/12/2007 10:29

De plus en plus de gens y réfléchissent, et pour passer à l'acte, pas besoin d'aller aux extrêmes. Déjà, se demander avant un achat "en ai-je vraiment besoin, envie?" réduit sa consommation d'au moins 30%. Si tout le monde le fait, la planète est sauvée!  Quand on voit la gabegie de jouets de noël, les lumières partout dans la ville six semaines avant, on se dit que sans retourner à l'âge de pierre, comme disent les tzechnocrates d'EDF opu d'ailleurs, on peut décroître, au profit de ceux, nombreux, qui manquent encore du minimum vital.

lunairia 03/12/2007 23:29

Nous sommes envahis de superflus :trop de nourriture, trop de tout.
Je réfléchis de plus en plus à cette "décroissance volontaire"
La communauté d'écolos de Beuzec dans le Finistère m'a fait beaucoup réfléchir ( voir leur site fermeautrement.free.fr et l'article dans le dernier Elle et un autre article dans le Psychologies de septembre ou octobre) Bon c'est un peu extrême, ils construisent leur maison en terre, ne sont pas raccordés au réseau EDF ni à l'eau courante. Ils cultivent leur légumes bio, font leurs pains. Mais franchement pour eux c'est un choix de vie qu'ils assument et ne font pas de prosélytisme.
Je ne serai pas capable d'en faire autant (en tout cas sur le long terme) mais ça me fait beaucoup réfléchir;
 
 

Saoulfifre 03/12/2007 11:00

Les communiquants trouveraient ce slogan à chier, mais j'aime bien l'expression "la pauvreté volontaire". J'avais fait la constatation en Ariège qu'un pauvre avait tout intérêt à venir à la campagne où les loyers étaient dérisoires, où il pouvait crouter ses légumes, ses œufs, son lait, faire des gaches au noir chez les paysans, rendre service, revenir à une économie de troc, et surtout retrouver une dignité dans le "faire" au lieu du "mendier"...

Le bonheur est au cœur de ce genre de vie. Les conditions d'un nouveau retour à la terre sont presque réunies, si ce n'est que la moindre masure a été rachetée pour en faire des résidences secondaires et que les prix sont montés en flêche. Il faut revenir aux huttes gauloises ou aux tentes mongoles q:)

françoise 03/12/2007 09:44

100% d'accord, SF, se retirer de cette société sans qu'ils s'en doutent, juste en vivant autrement. Et en plus, qu'est-ce que c'est bon...

Saoulfifre 02/12/2007 22:53

"La fièvre acheteuse" : ça m'a fait me resouvenir du génial et si touchant "clown atomiste" Jean Kergrist.

http://pagesperso-orange.fr/kergrist/vie.html

Il est très certainement l'inventeur de cette expression si reprise par la suite.

Je crois surtout que l'on peut faire beaucoup, au quotidien, sans grands discours, sans faire de politique... L'arme la plus fantastique contre le système est sans conteste le boycott, et ils se pratique chez soi. En refusant de consommer l'inutile, le dispensable, le jetable, de cautionner la mode, les produits dérivés, les gadgets, les artistes formatés "tube", et j'en passe, en désobéissant à la pub et aux injonctions des commerçants, on peut faire s'écrouler des piliers de ce monde déraisonnable et, accessoirement ... retrouver du pouvoir d'achat q:^)

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture