Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 18:22

Manou, honorable mère de famille , me demande d’expliquer poétiquement aux ados les positions amoureuses. Faut-il leur expliquer ou leur laisser tout loisir de les découvrir eux-mêmes ? Je pose la question mais réponds cependant à la demande en commençant par  « les cuillères ». 

« C’est un petit matin paresseux, après une soirée délire.  Le drap a glissé du lit, un léger courant d’air te fait frissonner. Pour te réchauffer, tu te colles contre le dos de ta copine,  tout doux, tout chaud, un bonheur. Elle soupire, encore toute ensommeillée, et niche ses fesses contre ton ventre avec un irrésistible mouvement en 8 qui te met dans un état… proche de l’Ohio.  La coquine copine qui a senti frapper les trois coups dans son dos se saisit de l’objet frappeur et le met d’autorité là où il ne demandait qu’à  entrer. Vous entamez alors un mouvement de tangage/ roulis langoureux, tandis que ta main libre s’agrippe à son sein et tes lèvres à sa nuque. » 

Empruntons la conclusion à Anne Hooper, célèbre sexologue américaine : « Chez les primates, la région anale concentre les signaux sexuels et les humains vraisemblablement ne sont guères différents des singes. C’est sans doute ce qui explique que cette position dite « des cuillères » (qui met les fesses en contact direct avec le sexe mâle) entraîne généralement un état d’excitation. L’avantage de cette position est qu’elle économise l’énergie. » 

D’où son appellation d’amour « à la paresseuse ».  

 

Veux-tu que je te dise, Manou : autant c’est bon à faire, autant c’est chiant à expliquer, et pas érotique pour deux sous. Quand je pense que des livres entiers sont consacrés aux 436 positions!  Après une seule, je me sens déjà délibidinée.

 « Mais pourquoi t’appelle ça les cuillères ? glapit le jeune pubère. 

-Parce que, mon chéri, tu auras remarqué que les cuillères rangées dans un tiroir, s’emboîtent à peu près comme toi et ta copine dans la position susdécrite…. Je dis bien, à peu près. »

cuillère acrobatique

                                     échangisme, orgie

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Luisa 11/12/2007 04:26

Le cunnilingus, est-il une mise en bouche appréciée par toutes les femmes ? Cette pratique sexuelle ne plaît pas à toutes, certaines n'ayant d'ailleurs jamais autorisé un homme à stimuler leur clitoris avec la bouche et la langue. Pour d'autres, c'est aussi une façon de faire passer un oral à un homme, s'il loupe cette épreuve, c'est limite "bye-bye".. En revanche, je n'ai pas trouvé d'hommes qui n'aiment pas cela... Samedi dernier, dans un bar parisien, je retrouve Prune (28 ans), Chloé (27 ans), Eve (23), Sabine (27 ans) et Sophie (30 ans). Si les deux premières sont des amies, les trois suivantes sont des amies de mes amies. Un peu plus tard dans la soirée Grégory (31 ans) et Sofian (28 ans) nous rejoignent. Je leur propose de répondre à cette question : "aimez-vous qu'un homme goûte votre sexe avec sa bouche ? (je trouve le mot "cunnilingus" pas très joli, et bien trop compliqué)". Ouf, la question ne choque personne, mieux, les réponses ne se font pas attendre. Chloé est la première à se lancer : "il n'y a rien de meilleur comme préliminaire. Le mieux, c'est le matin, c'est un réveil plutôt agréable non ? Sentir sa langue caresser mon clitoris, doucement d'abord, puis un peu plus vite, puis plus vite, avec gourmandise... Le pied ! Forcément, on n'en reste pas là, l'excitation que ça engendre est différente de celle déclenchée par les autres préliminaires." Pour Prune, ça dépend : "il faut que je connaisse bien le type. Hors de question de laisser un homme découvrir mon sexe de si près si on n'a pas commencé un semblant d'histoire. C'est comme si je le prenais dans ma bouche le premier soir... même pas en rêve ! Mais si toutes les conditions sont réunies, alors oui, il a le droit. Reste ensuite à voir s'il le fait bien. Il suffit pas de lécher, il faut y mettre toute son envie. Je sens direct quand un mec fait ça mécaniquement comme si il suçait un cône à la vanille !! Ou aussi quand un mec te titille mal, limite il te fait mal... l'horreur !" Sabine est de cet avis aussi : cette pratique relève de l'intimité, faut se connaître et avoir un minimum de sentiments. Elle ajoute : "le top c'est quand le mec prend le temps de faire le tour de ton corps, qu'il y va doucement, qu'il prend son temps, du coup toi t'es carrément excitée et t'as juste envie de lui dire : "là, ici, là !" Il m'arrive de prendre sa tête et de le faire activer un peu ! Et quand il va un peu vers l'anus, ça c'est excitant aussi." Pour Sophie, c'est moins simple, moins tranché : "je ne l'ai fait qu'avec un seul homme, et j'ai pas trouvé ça terrible. J'étais gênée qu'il découvre mon sexe aussi avec ses yeux. Je ne sais pas si mon sexe est "beau", s'il est somme les autres, et puis les odeurs... du coup, ça me bloque. Je dis pas que ça me dégoûte mais..." Elle est finalement gênée et préfère écouter les autres. Les deux garçons arrivent. On arrête de parler. Sofian dégaine : "c'est Louise encore avec une de ses questions "intimes", c'est ça ? " Oui, Sofian. Je balance ma question. Le sujet leur plaît, penses-vous ! "Lécher le sexe d'une femme, c'est juste un pur bonheur. En plus, quand tu sens qu'elle aime, ça me rend fou. Tu donnes du plaisir et t'en prends. En plus, si c'est bien fait, la fille se lâche vraiment après et là..." Pour Grégory, même point de vue : "tu vois si elle est bien dans son corps, si elle est prête à se laisser aller." Une femme qui s'autorise à prendre du plaisir de cette manière renvoie souvent à une femme bien dans son corps qui va s'autoriser à lâcher prise pendant un rapport sexuel. Mais alors, une femme qui n'aime pas ça, pour des raisons personnelles qui la renvoient à son propre corps qu'elle ne connait peut-être pas très bien, ça dit quoi ? Et si c'était juste parce qu'aucun homme n'avait jamais su la mettre en confiance, ou pire parce qu'un homme aurait bâclé la chose. Si jolie chose pourtant. Lorsque l'on sait qu'une grande majorité des femmes a besoin d'une stimulation clitoridienne, la pratique du cunnilingus n'est-elle pas le préliminaire par excellence ? Et vous, messieurs, ça vous fait quoi au juste de sentir le sexe humide d'une femme sous votre langue ? Enfin, comment explique-t-on à l'autre que l'on n'aime pas ça, que ce n'est pas son truc ?

arthémisia 09/12/2007 18:24

j'attends de voir le mélange des genres avec mes fleuries de la Redoute!

arthémisia 09/12/2007 18:22

je viens d'en acheter aux  puces de très chouettes avec des manches en ébène et des virolles en argent...Ah! les jolis calins que je me prépare!

S@m 07/12/2007 04:42

Les corps donnent l'impression d'être une plage de sable fin bercée par les marées des rêves... qui soudain semble prendre forme humaine...... je crois que j'ai laissé retomber plus de soufflé que je n'en ai réussi, pourtant j'ai essayer de combiner brocoli et noisette. De plus, j'étais accompagné d'une experte en la matière, ce qui n'empêchait que je reste comme un imbécile à surveiller le four, me ridiculisant d'effets d'annonces en effets d'annonces : "Cà monte !?! Non, mais là, çà monte ce coup ci !" Je me demande finalement, si je n'ai même jamais eu l'occasion de laisser retomber un soufflé ?!? Pour cela, il faudrait qu'il y en ait au moins qui soit monté, non ?

S@m 07/12/2007 04:25

J'oubliais l'élément le plus croustillant de la version timide : chacun peut rougir en toute quiétude, sans avoir peur de se prendre un four et s'abandonner à la chaleur du premier four. Alors pour ce qui est du gratin, particulièrement au matin où même les moins timides sortent timidement le nez de leur couette, l'effet est assurément gratiné, passant d'un état de timidité à... à... couper le souffle, un gratin soufflé, le gratin de la sensualité dans ce qu'elle a du plus spontané, où les corps parlent quasi d'eux-mêmes sans avoir à les forcer comme mis au diapason du souffle de la respiration. Comme vous l'évoquiez, la cuillère est la position la plus confortable pour que les corps se rencontrent. En sieste, sa simplicité est comme une courbe dynamique autour delaquelle s'élabore une esquisse, l'esquisse de la chorégraphie des mouvements des corps s'abandonnant au sommeil. Cela donne parfois des poses encore plus agréables et tout aussi confortable qui feraient pâlir un artiste peintre ou un photographe, mais surtout impossible à répéter : des chefs d'oeuvres des marées oniriques.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture