Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 19:45

Je reviens de quelques jours en Auvergne sans TV et sans journaux, non pas que cette belle région parsemée de volcans et doucement ombrée de courbes nonchalantes où le blé d’hiver dessine des mamelons émeraude ne possède aucune maison de la presse ou antenne cathodique, mais entre le Festival International du court-métrage de Clermont-Ferrand, une joute gargantuesque de poulet braisé, saucisses/lentilles, potée au choux, Fourme d’Ambert, St nectaire et crème renversée miraculeusement conservée dans son caramel après un transport épique sur un chemin pavé de bonnes intentions, plus d’intéressantes digressions sur les mérites comparés de vins divers et variés bus dans de confortables fauteuils ou en dansant d’un pied sur l’autre pour se réchauffer dans la froidure d’une cave dispensant un picrate sévère mais juste, râpeux comme la barbe d’un conseiller municipal se demandant comment trouver des candidats pour les prochaines élections car être maire rural comporte plus de sujétions que de compensations financières ou honorifiques, il ne reste plus une seconde pour penser au monde virtuel des banques en déroute et aux frasques amoureuses de Pimprenelle et Nicolas (j’allais écrire Nico-la-biroute juste pour la rime avec déroute, mais j’en connais qui iraient encore me reprocher mon absence de sens littéraire, mon Dieu comme Rabelais, Vian, Verlaine et Gainsbourg seraient malheureux dans ce monde peau-lissée !)  Et comme l’on se sent bien dans cette région où une prof avoue avoir giflé un jour un élève, s’être excusée le lendemain et avoir vécu en paix avec lui pendant tout le reste de l’année, il y a des raccourcis pédagogiques plus efficaces que de rameuter un flic en port illégal d’uniforme et un juge pour régler un différend scolaire.  

 

Quel rapport avec le titre de ce billet ? Aucun, si ce n’est que j’ai aussi lu « le sexe et l’effroi » de Pascal Quignard, qui explore comment le sexe, chez les Romains, a abandonné la légèreté qu’il avait dans la tradition grecque pour devenir quelque chose d’extrêmement codifié et compliqué où le phallus (phallos) des grecs devient chez les romains « fascinus », objet de fascination. La sexualité n’y est pas ludique ou procréatrice, ni hétéro ou homosexuelle (les deux mots sont apparus seulement au 19ème siècle, affirme Pascal Quignard, j’en ai été surprise) La grande distinction se fait entre l’actif, domaine réservé de l’homme libre, du patricien, et le passif, domaine de l’esclave. Quant à l’affranchi, il lui est recommandé par Sénèque d’accepter parfois d’être passif pour complaire au patricien. J  Il découle de cette organisation qu’un patricien ne pouvait être sexuellement soumis ni un esclave dominateur. A tel point qu’un patricien surpris en train de se laisser pénétrer ou un esclave pénétrant un patricien étaient tous deux punis de mort.  Chez les Romains, la fellation n’existait pas, car elle suppose un acte actif de la part de celui qui suce,  chose impensable puisque c’est aussi le pénétré. On parlait donc « d’irrumation », c’est-à-dire de coït buccal effectué par le patricien dans la bouche de l’esclave, supposée n’être qu’un réceptacle.

 

De même la femme n’était-elle que le réceptacle de la semence de l’homme.

 

Certes, tout cela a évolué en vingt siècles. Il n’en demeure pas moins que dans le parler populaire, l’injure n’est jamais « enculeur » mais « enculé » (excepté dans l’expression « enculeur de mouches »)  et que pour se vanter d’avoir eu le dessus dans un conflit, bien des hommes affirment « je l’ai bien baisé » ou encore « je l’ai eu bien profond ». Baiser et pénétrer restent associés au pouvoir que le riche patricien exerçait sur l’esclave. Argent, sexe et pouvoir sont intimement mêlés. Et c’est pourquoi les hommes font de la politique.

 

Finalement, ma nouvelle « Erection présidentielle » (dans « Autres désirs, autres hommes  ») était réaliste et prémonitoire… (il est toujours possible d’en télécharger une partie sur le site www.pocket.fr )

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

S@m 16/02/2008 06:06

Comme vous pouviez vous en douter, j'avais un long texte en guise de complémentaire en cours de décantation, mais je me contenterai de ceci.

Il y a deux bonne raison d'en faire autant sur votre blog :
1) Vous vous familiarisez avec les bannières qui ne nécessite qu'un copié coller.
2) Je doute avoir besoin de m'étendre sur le sujet !
 

Lung Ta 14/02/2008 06:00

j'ai souvent en tête ta nouvelle qd je vois les "nouvelles" "politiques" bling bling people et je me dis que tu as eu la préscience du personnage & le courage de l'écrirebises

S@m 09/02/2008 00:18

Ainsi, la fascination pour la phalocratie viendrait de l'empire romain ?!? L'empire contre-attaque ? L'empire, ne pas lâcher prise ?!? L'emprise ? La logique romaine montre une forte volonté de maîtrise tout comme le puritanisme dans un autre sens et que de plus capricieux à maîtriser que l'érection ?!? Jamais là quand on veut - dirait un romain - et toujours là quand on ne veut pas - dirait un puritain ! Personnellement, j'y vois une facétie de la nature... Merci pour le renseignement de cette lecture.

françoise 06/02/2008 17:52

Celle du travail et du self control!  Les leaders qui font en permanence attention à leur image ne savent pas lâcher prise et sont souvent de piètres amants, appliqués, laborieux mais pas très énivrants. Ce n'est pas le plaisir qui les motive, mais la conquête. On revient à l'esprit patricien! Lisez ce livre, il est ardu, érudit et passionnant.

Vagant 06/02/2008 14:57

Voilà un livre qui doit être bien instructif, et le résumé que vous en faites rejoint tout à fait ce qu’en disait Guillebaud dans la tyrannie du plaisir. La sexualité est si importante pour l’homme qu’elle dépasse le domaine du privé et tombe sous le joug de la société, que ce soit chez les Romains ou les puritains du 19ème. J’ai tendance à penser, comme le Don Juan d’Eric-Emmanuel Schmitt, que cette intrusion sociale était due aux dommages collatéraux de l’acte sexuel, c’est à dire la procréation qui devait rester sous contrôle pour éviter la dispersion des richesses. Par conséquent, une contraception efficace démocratisée depuis les années 60 et un usage généralisé du préservatif depuis les années 90 devraient, en toute logique, dédramatiser le plus capiteux des péchés capitaux pour rétrograder la luxure au rang de simple gourmandise… Mais est-ce bien tout ? Comme vous le soulignez, les interdits sexuels des romains étaient motivés par des considérations d’un autre ordre qui n’ont plus cours de nos jours, même si nous ne sommes pas si éloignés d’eux, il suffit de lire Ovide pour s’en convaincre. Alors après avoir balayé l’écueil des castes et celui de la procréation intempestive, quelle nouvelle entrave inventerons-nous pour nous brider le plaisir ?

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture