Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 23:51

J'ai vu par hasard un film de Louis Malle sur Arte: « Fatale ». L’histoire d’un ministre portant beau (Jeremy Irons) passionnément épris de sa jeune maîtresse Anna (Juliette Binoche) qui est aussi, découvre-t-il plus tard, la petite amie de son fils Martin.  La femme du ministre est comme il se doit aimante et fine, la maîtresse torride et quelque peu dérangée par un traumatisme ancien (le suicide de son frère, amoureux d’elle), la mère de la maîtresse est gaffeuse mais sensée. Martin, jeune homme gentil et propre sur  lui, souhaite épouser Anna, qui accepte, mais ni elle ni son amant ne savent renoncer à leur liaison passionnelle. Tout ceci nous vaut un drame familial fort réaliste. Le brave Martin surprend les deux amants et, de saisissement, tombe de cinq étages en reculant horrifié. La mère est désespérée par la mort de son fils et la trahison de son mari. Bref, les gentils finissent mal tandis que les amants maudits refont leur vie : le ministre se retire dans un lieu ma foi assez coquet, genre petit village historique où il découvre la solitude et le temps qui s’écoule sans heurt, Anna épouse un ex-amant. Conclusion superbe de cette histoire tragique. « Je n’ai revu qu’une fois Anna, dit le ministre, en coup de vent dans un aéroport. Elle portait un enfant dans les bras. Elle ne m’a pas semblé différente des autres femmes. »

Tant de passions, indignations, amours ou haines capables d’engendrer des violences meurtrières sont solubles dans le temps. Les journaux vieux de six mois sont emplis d'événements qui semblaient cruciaux à l’époque et paraissent à présent dérisoires … Un chagrin d’amour apparemment incurable s'évapore au fil des jours et on se réveille un matin en se demandant pourquoi Diable on s’est mis dans un pareil état pour un homme (ou une femme) finalement tout à fait ordinaire. Dérisoire…

Cela n’empêche aucunement de goûter l'éblouissement de la passion, les  indignations, les ardeurs, mais préserve d’en mourir dès lors qu’on sait que le temps les estompera et qu’il ne serait pas très sérieux de se prendre trop au sérieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

philippe fréchette 24/02/2008 12:38

bonjour francoise :)j'ai vu un reportage hier sur canal-vie ici au canadaou tu parlais de toi je t'ai trouvé superbe je ne parle pas que du corps mais ta facon de voir les chosebonne journée :)bye

françoise 16/02/2008 00:14

J'ai une particularité parfois gênante, Vagant: en moi coexistent deux femmes, l'une sage, l'autre non, indépendantes l'une de l'autre. La pas sage vit ses excès, la sage la regarde et la critique d'une voix aigue (j'ai parlé de cela... dans "ce qui trouble Lola", une fois de plus!) Les deux se bagarrent, quand la pas sage gagne, bonjour la passion folle, sinon bonjour la lucidité. J'avoue que j'ai souvent envie d'envoyer balader la sage, mais qu'en même temps je lui suis fort reconnaissante d'exister, pour ma survie.

Vagant 14/02/2008 22:46

Sans doute me suis-je laissé emporté par un élan lyrique qui aura masqué l’aspect cartésien de mon propos, oui cartésien car expliquez-moi donc Françoise : comment peut-on être passionné sans y croire, c’est à dire à la fois excessif et mesuré, fou et raisonnable ? À partir du moment où on relativise la passion, ce n’en est plus vraiment une. En se protégeant de la dimension excessive et délétère de l’amour, on se prive forcément d’y goûter. Cela dit, il y a certaines expériences dont il vaut mieux se passer, n’allez pas croire que je me fais l’avocat des amours excessifs et destructeurs : je ne suis pas un passionné de la passion.

françoise 14/02/2008 10:19

D'accord avec toi, Lung Ta, sur la répétition du traumatisme. La répétition est un fondamental de bien des vies :) Sur la leçon qu'a tiré le ministre de cette histoire, il y a de quoi discuter, et nous le ferons de vive voix, car je commence à mettre en pratique ma décision de 2008: rencontrer en vrai mes amis du virtuel! Tu es évidemment en bonne place dans mes intentions.

Lung Ta 14/02/2008 05:57

Merci Françoise de cette "vision" de ce film, que j'avais vu en son temps et que j'ai revu avec plaisir l'autre soir (encore qu'à la TV, cela faisait un peu longuet, alors qu'au cinéma, j'étais plus pris dans l'ambiance)j'aime cette vision "attentiste" pour laisser aux choses leurs justes placesj'avais une autre vision du filmAnna avait besoin (cherchait) à repasser par le "même" traumatisme pour s'en libérer (Martin ressemble à son frère) et du coup "elle devient une femme comme les autres"mais le ministre, découvre lui la "vie", c'est à dire la passion (souffrance) jusqu'au bout, ce qui lui permet de passer outre la superficialité (politique & cocktails) dans laquelle il était pour vivre comme un moine quasimentmais la dernière image (photo poster de lui , sa maîtresse & son fils) veut elle pouvoir dire qu'il est resté accroché à ce passage de sa vie ou au contraire que GRACE à ce passage il a pu arriver à ce statut de "monos" ?bises

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture