Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 23:54

J’ai bossé une dizaine d’années pour le magazine « Sécurité au travail » de EDF, qui s’appelait VIGILANCE et n’avait pas peur de regarder la réalité en face. Forte de ces 100 000 salariés à l’époque, EDF avait conscience qu’elle ne pouvait pas, statistiquement, échapper aux maux qui frappent le reste de la population, alcoolisme, drogue ou SIDA. Et même folie, pétage de plombs en un lieu stratégique. C’est ainsi que j’ai appris qu’il suffirait d’une poignée de personnes un peu allumées (c’est le cas de le dire) pour bloquer ou perturber l’alimentation électrique du pays via les « centres de dispatching » où l’électricité est dérivée là pour être expo rtée ailleurs, ouverte ou fermée. Qu’il suffirait d’un grain de sable dans les consignes de sécurité pour qu’un « presque accident » (c’était la dénomination officielle) comme il s’en produit chaque année dans une centrale nucléaire,  devienne une catastrophe. Tchernobyl n’a été qu’une succession de grains de sable…, dont chacun aurait dû être maîtrisé. Voilà pourquoi en France les consignes de sécurité sont doublées, triplées…

 Voilà pourquoi on ne doit pas mettre une centrale nucléaire entre n’importe quelles mains. En tout cas pas entre les mains de pays qui n’ont pas fait la preuve d’un fonctionnement démocratique et d’une absence de tentation totalitaire, pas entre les mains de pays où la culture de la sécurité est absente. Vendre des centrales à qui veut en acheter comme le fait NS chaque fois qu’il voyage, c’est encore plus inconscient qu’allumer un barbecue en été en plein maquis corse. 

Les ingénieurs EDF n’étaient pas tous des crânes d’œufs, certains, bac+15 fortement neuronés du côté des maths et de la physique, étaient capables aussi de monter une étude sur la complémentarité des cerveaux gauche et droit, des matheux et des littéraires, ou de passer cinq semaines de vacances sac au dos dans la forêt Amazonienne « histoire de voir des singes plus humains que ceux que je croise chaque jour au bureau » disait un ingénieur sécurité. A propos de sécurité, si tous étaient persuadés que l’énergie nucléaire était une énergie formidable au sens premier du terme, énorme et puissante, tous disaient qu’elle ne serait ni propre, ni sûre tant qu’on n’aurait pas résolu le problème de stockage des déchets et celui du démantèlement des centrales vétustes. 

On n’a résolu ni l’un ni l’autre en 2008. Le traitement des déchets nucléaires reste LE problème qu’on lègue allègrement aux 10 000 générations futures, mais par un biais de communication incroyable, l’énergie nucléaire est présentée partout- et même par certains écolos , c’est un comble- comme une énergie « propre » sous prétexte qu’elle ne participe pas à l’effet de serre. (elle produit tout de même de la chaleur : vapeur d’eau et rejets de calories dans les eaux froides avoisinantes, les circuits de refroidissement d’une centrale en consomment des millions de litres). 

Le changement climatique est grave, c’est sûr. Mais la toxicité des pesticides et des solvants (cancers et troubles de la fertilité), la démographie galopante (6,5 milliards d’humains en constante expansion tandis que dans le même temps les tigres, les rhinocéros et les abeilles disparaissent peu à peu…) et les problèmes d’eau potable (première cause de mortalité en Afrique, plus que le SIDA ou le paludisme) aussi. Or on en parle bien moins.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

S@m 25/02/2008 05:31

La dernière fois, je n'ai pas eu le temps de poster mon commentaire. J'allais écrire que j'étais de ceux qui dorment sur leurs deux oreilles concernant l'énergie nucléaire, mais... ... c'est juste que j'avais perdu de vue la question. Au niveau du développement de certains pays, le nucléaire est une opportunité de développement indéniable qui - comme vous insistez - exige de prendre des PRECAUTIONS DRASTIQUES sans jamais perdre de vue le fait qu'il s'agit d'une énergie extrêmement polluante à long terme dès qu'il y a du laisser allé. A maints égards, l'IRAK, selon moi, constitue un excellent exemple. Rien qu'avec les munitions d'uranium appauvri utilisées pendant la première guerre du Golfe, le taux de malformation à la naissance à décupler. Après l'armement nucléaire, le nucléaire civile, viennent les munitions à tête perforante à base d'uranium appauvri ??? pour une simple question de meilleur perforation ??? La deuxième guerre du Golfe n'a pas échappé à la règle et en matière de règle, même l'entraînement avec ces munitions ne respectait pas les lois en vigueur sur les taux d'irradiations autorisés aux USA. Ne fut-ce qu'à ce titre, l'IRAK est un excellent exemple de POLITIQUE DE L'AUTRUCHE, mais celui auquel je voulais en venir est celui-ci, le fait qu'il s'agissait avant la première guerre du Golfe, voire la guerre contre l'IRAN d'un des premiers de la classe des pays en voie de développement. En guise de développement tout ce qui leur a été proposé, c'est 1) de taper sur leur voisin, l'IRAN - si cela peut s'appeler une proposition vu la manière dont l'IRAK y a été obligé - 2) un embargo, puis... ... entre, il est possible qu'en Belgique il y ait eu la commande d'une centrale nucléaire restée en rade au port d'Anvers - ça daterait des années 90. Plus que probablement, les contrats aurait été signés avant l'embargo. Quant à savoir qui a été perdant dans l'histoire... travaillé à perte ou payé pour rien, là, je ne sais rien, mais elle a bien du partir quelque part. (Si vous connaissez quelqu'un intéressé par les questions relatives au commerce du nucléaire, je veux bien transmettre le peu d'informations que j'ai.) Pour le reste, lorsque je ne sais pas, je prend l'idée qui me fait le plus rire et j'imagine que si personne n'a trouvé de nucléaire en IRAK lors de la seconde guerre du Golfe, s'il est resté au port d'Anvers... c'est LOGIQUE : LA BONNE BLAGUE. Ca, je sais à qui refiler l'information. Pour revenir au conflit en question, simplement en termes d'énergie et non plus d'énergie nucléaire - je ne parle même pas ici des sites visant à produire de l'énergie civile qui ont été pris pour cible durant ce conflit... considéré comme crimes de guerres. Produire de l'énergie pollue, mais produire des moyens de production d'énergie pollue aussi tout comme les détruire. Ainsi, la plupart des conflits armés polluent pendant et même après, lors de la reconstruction quand ils ne stigmatisent pas l'environnement pour des générations et des générations comme avec l'utilisation des munitions à l'uranium appauvri. L'armement ?!? Tout ce que nous faisons pollue ! Tout, toute activité est source de déchet. A une époque, je me plaisais d'observer que mon mode de vie était très peu polluant, puis je me suis rendu compte que j'utilisais fréquemment l'avion... et enfin que, mis à part les fils d'or, quasi rien n'est récupéré d'un PC une fois qu'il termine dans un casse en INDE ou quelque part dans la région. La désagrégation de ses nombreuses pièces produit des rejets extrêmement toxiques dont les premières victimes sont les enfants qui travaillent sur ces sites. Avant, pendant, après... perpétuellement, il y a l'exigence de penser le coût écologique de notre activité - l'empreinte écologique. Cet après-midi, au réveil, je suis allé boire un café dans un bistrot et j'entendais un client pester avec véhémence sur l'écologie de ne pas savoir ce qu'elle veut à propos des centrales nucléaires. Je lui aurais bien expliqué qu'il y a une nuance entre prôner la sortie du nucléaire et tolérer le nucléaire en insistant sur des conditions de sécurité drastiques de sécurité dont la satisfaction n'est qu'un strict minimum par rapport auquel il ne faut jamais perdre de vue le traitement des déchets dont les risques de pollution représente un danger pour des générations et des générations d'êtres humains - cela fait long, surtout au réveil alors qu'il va falloir enchaîner une nuit de travail. Pourtant, cela tient en quelques mots - que je n'ai pas vu dans la constitution belge, mais bien française : principe de précaution. Beaucoup de personnes ont l'impression que l'écologie agite les catastrophes environnementales comme un épouvantail pour faire son business, mais j'aimerais dans ce cas les voir assumer leurs convictions jusqu'au bout soit, commencer par oublier l'usage des WC, des poubelles, BREF, leur hygiène quotidienne. L'hygiène ne s'arrête pas au nombril, à l'hygiène personnelle : elle est aussi sociale... avec la récolte des déchets ménagers, par exemple. Et lorsque l'on parle d'écologie, soit d'environnement, c'est que cela concerne les générations futurs. Bref, la plupart du temps, je constate un fort égocentrisme chez ceux qui critiquent avec véhémence l'écologie. Fils de biochimiste, le résultat des recherches de mon paternel sur une maladie bovine s'est soldé par le constat que ses recherches était inutiles puisqu'en fin de compte il développait, certes, avec succès, des vaccins que, néanmoins, les pays les plus intéressés ne pourraient jamais se payer - sans parler du simple constat que cette maladie était surtout le fait d'un manque d'hygiène : promiscuité, etc. Cela a définitivement achevé ses convictions scientifiques. Pour ma part, je constate souvent que l'on croit souvent pouvoir résoudre les problèmes d'écologie avec la technologie alors que cela ne fait qu'en rajouter d'autres, bien que... (Atlas Environnement du Monde Diplomatique) NEW YORK, afin d'assénir son sous-sol plutôt que d'employer une technologie coûteuse a préféré reboiser les grands plateaux qui l'alimente en eau : d'une pierre deux coups à plus d'un égard. C'est que souvent, il n'est pas nécessaire de traduire "science" par "technologie" : la nature même - ô combien plus développée que nos technologies - se suffit à elle-même... à condition de lui prêter la main - si vous me passez l'expression au vu de la longueur de mes masturbations intellectuelles. LE LAC BAÏKAL, la plus grande réserve d'eau potable dispose ainsi d'une eau quasi pure alors que la plupart de ses affluents sont fortement pollués. Les scientifiques ont observé une faune d'eau douce unique en son genre puisqu'elle a évolué de sorte à agir comme un filtre naturel sans qu'ils ne sachent en donner une explication scientifique satisfaisante, mais le résultat est là : malgré le fait que son niveau diminue d'années en années, l'eau reste quasi pure et nombre de régions environnantes sont approvisionnées en eau par ce lac. L'un de mes profs d'unif martelait qu'il fallait mettre fin au continuum entre science et technologie. Oui, il existe un rapport, mais ce rapport ne définit pas nécessairement la science et j'espère que l'exemple de la ville de NEW YORK et du LAC BAÏKAL suffit à prouver que cette vieille garce a raison. Reste que je ne suis pas d'accord sur le fait que l'écologie n'est qu'une question de science qui n'a rien avoir avec des questions de morales - soit de moeurs - lorsque je vois le nombrilisme de ceux qui pestent avec véhémence et, plus encore, la désinformation le plus souvent sciemment voulue - parfois à la tête même des gouvernements comme le montre "An inconvenient truth" réalisé avec AL GORE. La plupart des personnes avec qui je parle me rient au nez lorsque j'affirme apprécier ce documentaire et commencent à me citer toute une kyrielle d'arguments scientifiques : comme quoi il n'est pas le premier à en parler (Le documentaire le dit.) ; comme quoi il y a des approximations (Le docomentaire le dit aussi.) ; comme quoi il y a des personnes autrement plus qualifiées (Le documentaire le dit aussi, çà.) Evidement que AL GORE n'est pas un scientifique, c'est un politique et lorsque l'expression "An inconvenient truth" sort, l'autre expression qui gravite autour, c'est "Fraude scientifique" et AL GORE fait explicitement référence à une fraude semblable en la matière à celle qui a eu lieu en URSS au nom de l'idéologie communiste et ce, au sein d'une enquête du congrès américain. Cà, personne ne le voit. Ma vieille garce de professeur clâmait : "La science, juste la science." - mais après, elle enchaînait sur la politique et cela n'avait, selon elle, rien avoir avec les moeurs. La morale est une chose trop faible, comme la justice, pour lui laisser en main de telles questions et fallait-il presque crier en coeur : "La science, juste la science." "Le chien aboie et la caravane passe." J'adore cette expression. La plupart du temps, les gens entendent cette expression comme s'il ne s'agissait que d'un roquet qui ne représente aucun danger, sans se figurer que le roquet essaie de représenter, d'avertir d'un danger. AL GORE me fait penser à ce genre de roquet lorsqu'il court la planète, à cette différence que l'on pourrait parler du message qu'il fait passer comme d'un caviar - une passe impossible à manquer - que nombre d'écologistes pourtant très pointus, mais justement trop pointus dédaignent... comme si on leur volait la vedette : nombrilisme ! Nombreux sont ceux qui ne voient qu'un roquet, mais certains pressentent le danger et si, finalement, la caravane passera, ce ne sera certainement pas grâce aux premiers et encore moins à ceux-là qui savent et qui pensent en eux-mêmes : "Moi, je le sais ! Et je suis moins con que ceux qui ne le savent pas !?! Tous des cons !" Et pour conclure sur le nombrilisme des premiers et des derniers : oui, c'est un problème de moeurs - nos modes de vie polluent. Et lorsque l'on naît avec tous les moyens de satisfaire son hygiène personnelle sans devoir se torturer les méninges pour résoudre ces problèmes parce que les générations passées l'on fait à notre place, ce n'est pas trop demander de se torturer les méninges pour regarder plus loin que son nombril - le plus souvent, dégueulasse. Qui se lave le nombril ?!? Moi, une fois tous les trois ans ! Désolé pour cet emportement lyrique, certains propos aurait mieux fait d'être adressé à ma vieille garce de prof de philo des sciences, mais lorsque l'on n'est qu'un numéro auquel on a explicitement fait comprendre qu'il a juste le droit de se taire, vous comprendrez que ce n'est qu'ailleurs qu'il est possible de s'exprimer. Sinon pour revenir et conclure sur le nucléaire, je ne peux que vous conseiller le dernier tome de BLACKSAD... histoire de vous détendre, sinon les trois tomes.

françoise 18/02/2008 20:22

On ne remplacera pas, en tout cas pas tout de suite l'énergie nucléaire par les économies d'énergies, la diversification des énergies, la moindre consommation des appareils, la découverte d'autres formes d'énergies. mais c'est vers là qu'il faut tendre, comme le font d'autres pays engagés dans ce qu'ils appellent "la sortie du nucléaire", et en attendant, faire gaffe à ne pas disséminer cette énergie extraordinaire mais qui demande d'immenses précautions. Quant aux déchets... bigre énorme problème!!! A moins de les expédier dans le cosmos très très loin, mais on n'en est pas là.

Andiamo 18/02/2008 19:42

SSSSSS j'ai oublié le  "S" de Françaises, on voici plusieurs, choisis en un  au hasard pour ajout, MERCI

Andiamo 18/02/2008 19:26

Fort bien chère Françoise, mais comment remplace-t-on les 53 ou 54 centrales nucléaires Française ? Je ne hurle pas avec les loups,  je ne veux pas être l'avocat du diable non plus, mais bon Dieu comment remplace -t- on toute cette énergie dont nous TOUS friands ?

Tant-Bourrin 16/02/2008 08:17

Je crains que tous les problèmes (ceux dont on parle et ceux dont on ne parle pas assez) ne se résolvent un jour par la fin de la race humaine, sur une terre transformée en décharge invivable. L'homme est le roi Merdas, qui change en excrément tout ce qu'il touche.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture