Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 18:37

Comme tant d'autres, ce trentenaire m'avoue son angoisse à l'idée que l'amour est destiné à sombrer soit dans la routine soit dans la rupture, bref que c'est une denrée éminemment périssable et douloureuse.

amoureux.jpgCe n'est pas faux, jeune Padawan si tu confonds amour et passion, persuadé que tu n'aimes plus si tu n'as pas le ventre qui se tord quand l'aimé(e) s'absente, si tu ne passes plus tes journées à lui envoyer des textos torrides, si tu ne souffres plus. Ephémère aussi, l'amour, si tu t'imagines qu'il faut rompre ou renoncer dès qu'un être nouveau t'attire, alors que tu aimerais au fond garder les deux- voire les trois ou plus, la vie est longue et les rencontres multiples- mais bon, cela ne se fait pas et tes amis te répéteront que si tu as envie d'aller "voir ailleurs" c'est que tu n'aimes plus. Alors tu romps, tu quittes la mort dans l'âme, en sachant que tu renouvelleras ce scénario tôt ou tard en parfait sérial monolover, et te diras que l'amour, décidément, est une belle saloperie qui fait souffrir bien du monde. Ou alors si tu tiens bon et renonces à aller voir ailleurs, il y a quelque chance qu'après plusieurs renoncements, effectivement, tu n'aimes plus parce que la frustration sera trop grande...

A 30 ans, j'appréhendais pareillement la routine amoureuse, fille de la durée et du quotidien, pensais-je, et faisais mienne la chanson de Leny Escudéro (tiens, je viens de découvrir que Leny vit toujours et chante parfois, ça m'a fait rudement plaisir, ce type est un mec bien)

"Mais notre amour sera-t-il vrai lorsque 20 ans auront passé?"

 

Vingt ans, c'est parfois un peu court si cela ne mène qu'à 40 ou 45 ans, âge où bien des hommes n'ont pas fini leur crise d'adolescence. Quelques femmes non plus. Comptons assez d'années pour atteindre l'âge suffisant où l'on découvre que l'amour- les amours en ce qui me concerne- peuvent durer bien longtemps et gagner en profondeur ce qu'elles perdent en nouveauté. Encore que... la nouveauté est toujours là. Derrière les visages d'hommes rencontrés il y a 30, 35 ou 40 ans, mon regard infra-rouge décèle toujours l'étincelle qui m'a enflammée, jeune femme. Puis mon regard actuel décèle des détails nouveaux qui ravivent le désir et le plaisir de côtoyer des hommes que je connais depuis ma jeunesse.

La nature est bien faite. A 30 ans, même celui qui proclame que "la vraie beauté est intérieure", reste sacrément obsédé par le contenant et le souhaite parfait. Comme Ariane, dans "Belle du Seigneur", on ne veut voir et offrir qu'une esthétique sans défaut, en gommant l'idée même qu'un être aimé puisse se moucher, avoir la fièvre ou déféquer. Je suis sûre, jeune Padawan, que tu traques sur toi le moindre poil de trop, (léger) bourrelet à la taille ou cicatrice. Que ta copine s'applique à elle-même une égale sévérité, trouve toujours ses seins trop menus ou trop lourds, ses kilos excédentaires et son teint à chier, tous complexes savamment entretenus par la presse féminine qui font la fortune des marchands de cosmétiques.

vieux2.jpgA 50 ans ou au-delà, lorsqu'on se connaît depuis des décennies, on garde certes quelques rejets rédhibitoires- dents pourries, ventre depardiesque, fortes odeurs corporelles- mais on se surprend, parce que l'intimité avec les années est devenu intérieure, tout comme la beauté, à se troubler de détails qu'on aurait autrefois considérés comme éliminatoires.

" Passé quarante ans, le corps des hommes raconte leur histoire, leurs bonheurs et leurs blessures. Je passerai sdes heures à le décoder, le séquencer, Champollion du désir face à d'intimes hiéroglyphes... " (Des désirs et des hommes)

Les amoureux au long cours peuvent tout se permettre, même l'humour, trop souvent absent du sexe, hélas.

"Arrête, c'est trop bon!

-Je reconnais bien là ta rigueur judéo chrétienne: quand c'est bon, on doit s'arrêter... J'en ai connu qui criaient: "Oui, oui, continues...

Des salopes, d'infâmes séductrices! J'espère que tu ne les as pas crues?

-Pas du tout, je baise comme un pied.

-Montre moi, mon amour."

(Autres désirs, autres hommes)

La main sur le corps d'un homme plus tout jeune se heurte à des aspérités, des irrégularités, de la mollesse ou de l'osseux, c'est un paysage plus tout à fait lisse et ça tombe bien: on a perdu le goût du lisse, on a traversé ensemble des précipices, des chagrins, des combats et on aime ce qui est vivant. On s'est quitté parfois, puis retrouvé avec la pleine conscience de ce qui rapproche plutôt que le grief de ce qui éloigne. Si l'on continue à se voir, s'aimer, se désirer après tant de péripéties, parfois après de longues absences, c'est que le sexe n'était pas le seul ferment de l'amour et c'est bigrement agréable de se dire qu'on aime tout simplement partager des morceaux de vie avec un- ou plusieurs- êtres qu'on aime pour ce qu'ils sont. Avec la capacité que donne la maturité de savoir aussi vivre loin d'eux sans se sentir aussitôt amputé d'une part de soi.

On se surprend à être troublé(e) par un geste qu'on n'aurait même pas remarqué à 30 ans, à contempler le contenant plus tout neuf avec une gourmandise attisée par le fait qu'on connaît le contenu, ce mélange de connivence, d'échanges, d'humour, d'opinions convergentes ou divergentes et même de paillardise qui crée l'intimité.

On n'a plus rien à prouver ni à se prouver, on l'a vécu. Il reste à savourer l'amour juste pour le plaisir, avec ses jeux et sans enjeux. On se prend alors à plaindre la routine des amants "on dîne, on baise" bi-hebdomadaires, l'ennui des fêtes où l'on drague sans l'assurance de conclure mais avec la certitude de prendre la gueule de bois, la répétitivité de soirées libertines où les participants ne savent plus quelle géométrie érotique inventer pour pimenter les ébats, la monotonie des rencontres par sites spécialisés où durant l'entretien "en vrai" on a l'impression de passer un entretien d'embauche et d'en faire passer un (ses qualités correspondent-elles au profil affiché? La photo sur le Net ne date-t-elle pas de dix ans? Pourquoi affiche-t-il ses revenus, me prend-t-il pour une femme vénale?) avec une forte envie de crier "Au suivant", comme Brel.

78607-jacques-brel.jpg         Brel, qui, au final, chante si bien les amours durables.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Reynald 20/01/2013 17:33


@ Françoise
Ce serait dommage de ne pas réduire la distance à rien dans le cas de la contrepèterie:-)

Françoise 20/01/2013 00:03


à SF: tu m'en vois bien heureuse, et je vais rebrancher ma caméra pour en tourner d'autres.


à Reynald: je pense même qu'en cas de parasites qui brouillent trop l'écoute (célèbre contrepeterie) mieux vaut prendre le large et régler les ondes à distance.


à Andiamo: aimer, oui, mais pas à perdre la raison :)


à Pascal: on peut dire aussi un ventre francorusse.


à Lysa: merci, je vous embrasse itou

lysa 18/01/2013 10:38


Merci Françoise, une fois de plus de ces mots si justes...


Je vous embrasse

Pascal 11/01/2013 10:41


Superbe article ! Merci beaucoup...


Pour info, qu'est-ce qu'un ventre "depardiesque" ? Je vous taquine... ;)


 


    Pascal.

Andiamo 11/01/2013 10:35


Aimer même trop, même mal, mais aimer...  Aimer plusieurs fois, jusqu'au bout, même quand on est devenu vieux, une manière comme une autre de toucher du doigt l'inaccessible.


Belle journée merci Princesse.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture