Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 15:04

entrepot2.jpgCes phrases que l'on dit, qu'on entend, que l'on répète parfois, juste parce qu'elles imprègnent si profondément notre inconscient que beaucoup de gens sont déçus lorsqu'ils se trouvent face à la réalité amoureuse.

L'Amour est aveugle : cette phrase absurde (serait-ce merveilleux, un sentiment qui rend infirme ) explique le désarroi de ceux (celles) qui, lorsque leur regard devient critique envers l'être aimé(e), se demandent s'ils (elles) aiment encore. Pourtant, c'est précisément quand on accepte l'Autre avec ses imperfections qu'on commence à l'aimer vraiment. Pour ce qu'il (elle) est. Pas pour ce qu'on souhaiterait qu'il ( elle) soit.

( à partir de maintenant, je ne préciserais plus « il » (elle), étant entendu que ce billet s'adresse de la même façon aux femmes et aux hommes, qu'ils aiment des hommes, des femmes, ou les deux.

caresses.jpgCoup d'un soir ou histoire sérieuse? Seul le temps le dira. On peut passer une nuit d'anthologie avec une personne et s’apercevoir qu'on n'a pas du tout envie de la revoir, ou à l'inverse découvrir une complicité d'enfer avec une autre, qui ne nous a pas fait grimper aux rideaux.  

Je t'aimerais toujours : promesse de Gascon ! C'est à la fin de sa vie qu'on sait si on a aimé et qui on a vraiment aimé, pas au moment où on tombe amoureux (tomber, bizarre que l'Amour commence par une chute...).

Je ne te reverrai jamais, jamais !!!: colère de Gascon. Des ruptures peuvent se transformer en retour de passion, d'amour ou d'amitié. Des liens distendus par le temps ou les circonstances se renouer lors de retrouvailles inattendues.

Toujours ou jamais sont des mots à bannir de l'univers amoureux. Ils l'enferment alors que l'amour a besoin de portes ouvertes et d'inattendu.

P1000946.jpgOn s'aime comme au premier jour : Eh non... Dès le 2ème jour, l’amour commence à évoluer, alors trois, cinq ou dix ans après... Si l'on veut exprimer qu'on est toujours amoureux, pourquoi pas, mais cela ne garantit pas la solidité dudit amour. Voir la séparation de DSK et Anne Sinclair après que celle-ci eût maintes fois déclaré : « On s'aime comme au premier jour ».

Avec toi, ce n'est plus comme au premier jour ( variante : ce n'est plus comme avant) Heureusement ! Si l'amour se figeait dans l'état du premier jour, ce serait terrible ! Signe qu'aucun des deux amoureux n'a grandi, appris, évolué... Signe d'une infinie monotonie de la relation et surtout d'un refus du temps qui passe et crée notre histoire commune comme nos histoires personnelles.

Si on va voir ailleurs, c'est qu'on ne s'aime plus : si on va voir ailleurs, c'est qu'on a des yeux pour voir- ouf!- et découvrir qu'il existe de par le monde bien des personnes intéressantes, stimulantes, aimables, ce qui est plutôt réconfortant. Que le désir puisse s'en mêler est plutôt bon signe, signe de vitalité...

bonobosSi on n'est pas pas jaloux, c'est qu'on n'aime pas vraiment : pour ne pas être jaloux, il faut aimer tellement une personne qu'on se réjouit de tout ce qui la rend heureuse, même lorsque ce qui la rend heureuse ne nous concerne pas. Être jaloux, c'est vouloir que le bonheur de cette personne dépende exclusivement de soi. Ce peut être désir de pouvoir, orgueil de se croire universel et merveilleusement « aimable », ou au contraire crainte d'être abandonné et manque de confiance en soi, mais ce n'est pas signe d'amour.

Je ne peux pas vivre sans toi : mais si, mais si... Jusqu'à ce qu'on se rencontre, tu as vécu sans moi. Tu le pourrais encore, même si toute rupture ou deuil restent douloureux. La réalité oblige à surmonter des épreuves dont l'idée même semble insupportable avant qu'elles ne surviennent. Enfant, l'idée de perdre ses parents est inimaginable. Lorsque cela arrive, le chagrin est immense mais- heureusement- la majorité des gens continuent à vivre et même à être heureux.

émeuSi tu me quittes, je te tue : logique absurde. Certes « partir, c'est mourir un peu », mais mourir c'est partir beaucoup » ! En me tuant tu t’infligerais d'être quitté pour toujours, alors que la vie aurait pu, peut-être, nous faire nous retrouver.

Pour ranimer l'amour en temps de crise, rien ne vaut un week-end (une semaine) en amoureux :autant un week-end est merveilleux entre amoureux, autant ce peut être un cauchemar entre des personnes qui s'interrogent pour savoir si elles s'aiment encore. Mieux vaut prendre des distances pour réfléchir posément, sans agressivité, avec respect. Comme il est souvent nécessaire, dans un musée, de s'éloigner d'un tableau pour en apprécier pleinement la beauté.

Je veux sauver (préserver) mon couple ! Marronnier périodique des magazines féminins. Primo, le couple est-il la seule ou la meilleure façon d'aimer, au point que hors le couple, point de salut ? Pas forcément. Et même en optant pour la vie de couple, pourquoi vouloir le planifier comme un couple idéal avec des exigences et des enjeux qui le rendent angoissant ? Les gens qui passent plus de trente ans ensemble le disent souvent : « Ça c'est fait sans qu'on y pense et au final, ça a passé très vite ». Vouloir un « projet de couple » comme on a un projet professionnel fait de l'amour une composante marketing peu affriolante pour cet enfant de Bohême...

Architeture eros IILe cul est le ciment du couple : pas vraiment... Le désir et le sexe sont les déclencheurs de la rencontre, l'eau qui rend le ciment humide (et pas que le ciment!), mais comme pour toute construction, il faut que l'eau s'évapore peu à peu pour que le ciment prenne et que la construction soit solide. Passée la « phase hormonale », le cul (le sexe) reprend donc sa vraie place, importante mais pas primordiale. Les sexologues rencontrent même des couples quasi platoniques mais heureux et très amoureux l'un de l'autre, qui ne consultent pas parce que le sexe leur manque, mais parce qu'ils se demandent s'ils sont normaux.

A la ménopause, le désir s'éteint :faux! A la ménopause, les hormones féminines destinées à la maternité cessent progressivement, mais la testostérone (hormone mâle, mais aussi hormone du désir) reste stable chez les femmes. Une femme ménopausée a donc physiologiquement tout ce qu'il faut pour désirer autant, sinon plus que lorsqu'elle était jeune ! Seul l'en empêche l'idée qu'elle se fait d'elle-même... et des hommes qui l'entourent. Plus le tabou social.

Pour finir, une phrase que j'adore :

gays.jpg« Aimer, c'est partager tout ce qu'on a envie de partager. Pour le reste, que chacun mène sa vie comme il l’entend. Seul cet amour est durable. » (Benoîte Groult)

Et un principe:

En amour, pour toute décision importante, se marier, concevoir un enfant ou se quitter, ne jamais décider dans la phase hormonale du désir (soit entre deux et trois ans) durant laquelle le jugement est fortement altéré.

 

 

o igor


BONNES VACANCES, AVEC DEUX CHANSONS AMOUREUSES :)  LA SECONDE SPECIALEMENT POUR ANDIAMO

 



 

 





Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Audrey 09/08/2013 01:43


C'est vrais que les congés sont propices aux amour,aux flirts et à tout type de rencontres. On est clairmeent plus disponible en vacances .Voir ici une infographie sur le
sujet:http://kimidate.com/infographie/

Comme une image 28/07/2013 13:01


Ah, face à cette hécatombe de poncifs, je demanderais la grâce de celui qui ouvre le billet, l'amour est aveugle, qu'il faudrait peut-être transformer en la passion est aveugle.
J'ai en mémoire la relation qu'avait eu une amie avec un homme. Nous étions un petit groupe de proches de cette amie à se demander « mais qu'est-ce qu'elle lui trouve » sans oser dire le peu de
confiance que nous inspirait l'individu. Bref, il y eut passion, emménagement commun, et puis fin de la relation et elle brûla ce qu'elle avait adoré.


La passion des premiers mois n'aide pas vraiment à porter un regard lucide sur l'être aimé – mais lorsque l'autre est accepté avec ses imperfections, c'est autre chose bien sûr !


Bonnes vacances !

françoise 28/07/2013 11:00


à Audren: merci!


à Andiamo: ton goût des belles châsses ne trompe perrsonne, dans chaque paire d'yeux verts ou turquoise c'est la belle Marie que tu retrouves.


à SF: t'embrasse aussi, gentil déser'teur (ceci en référence à ton dernier billet, dernier signifiant "récent" et non pas sultime!


à Marylin: je change de couleur suivant le sujet du billet, je vais donc éviter le rouge, même quand je me sens d'humeur rubiconde, peut-être du Bordeaux à la place?

Marylin 22/07/2013 18:27


Et ben ! Très joli billet qui s'ent le vécu !


J'aime beaucoup !


Si je peux me permettre de vous suggérer d'utiliser une autre couleur pour écrire par contre, c'est assez rude à suivre, ce rouge...


Et bonnes vacances alors !

Saoul-Fifre 21/07/2013 15:03


Ha Françoise, tes billets limpides, nécessaires et évidents... Je t'embrasse.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture