Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:51

 

Il n’est pas très tard, la soirée d’été laisse des fragments de lumière résiduelle illuminer la ville, comme des coups de pinceaux dorés posés sur la grisaille à venir. Quelques notes de piano lui parviennent à travers le brouhaha de la circulation. Elle tourne la tête, reconnaît un bar à musique où elle vient parfois dîner avec son mari. Ce soir, il n’est pas là. Parti pour deux jours à un séminaire commercial.  

caf_.jpgSon bus arrive au loin, ralentit… Elle le regarde s’arrêter, hésite, puis s’en détourne et entre dans le bar. Deux musiciens dînent à une table, l’un d’eux a posé sa guitare sur la banquette voisine. Il la regarde s’avancer, s’excuse : « Je peux l’enlever, si vous voulez vous asseoir. »  Le voisin du guitariste intervient : « Vous êtes seule ? Asseyez-vous  avec nous. Prenez un verre sur la table voisine. » Elle obéit, il remplit le verre de Bergerac blanc et tous trinquent : « A la fin de l’été ! » Elle se sent légère, euphorique. Dix minutes plus tard, les musiciens se lèvent et gagnent la scène.  

rockers.jpgDans la salle, les dîneurs mêlent leurs bruits de fourchettes aux premières notes du piano. Elle se lève, se dirige vers le bar. Le patron l’a reconnue : « Vous êtes seule ? Votre mari n’est pas là ? » Il sourit, lui offre un verre, lui parle des spectacles à venir. Il la présente à un ami qui arrive. L’ami lui sourit. Ce soir, tout le monde lui sourit. En couple, elle avait oublié qu’elle était une femme… Elle s’accoude au bar et écoute le premier morceau, puis le second… De ses pieds  monte un souvenir de danse qui lui fait esquisser quelques pas sur place, discrètement, puis son corps se lâche et retrouve les figures imposées du be-bop et du madison.  D’ordinaire, jamais elle n’oserait. Face à elle, une table bondée de convives,  qui applaudissent machinalement à la fin de chaque morceau, bien calés sur leurs chaises, tandis qu’elle danse et boit à la fin de chaque morceau quelques gorgées d’une boisson forte et glacée. Un couple l'observe en souriant, tous deux lui font un discret signe de connivence.

clermont-ferrand3.jpgElle retourne au bar poser son verre, le patron lui en offre un autre. Il bavarde avec elle comme si elle faisait partie de la maison. D’ailleurs, elle en fait partie, elle se sent ici comme chez elle. Mieux que chez elle. Chez elle où elle va à présent rentrer, avant le dernier bus du soir. Elle sort, il fait nuit. Ses talons claquent sur le macadam. Elle n’est pas souvent seule le soir dans la ville. C’est bigrement agréable. Regarder la vie d’après 20h,  le pas des noctambules si différent de la marche des travailleurs du matin, l'odeur fugace et miellée d'un tabac, les vendeurs ambulants et furtifs, un homme endormi- hélas- sur une grille de métro d’où s’exhale un souffle d’air chaud, un autre qui esquisse d’un mouvement de hanches aérien une figure de danse sur ses rollers.

galaxie.jpgLe bus arrive, elle y grimpe d'un bond avec un sentiment de liberté immense, jubilatoire. La dernière fois, elle était rentrée du concert en voiture avec son mari. Tous deux avaient dit : « On a passé une bonne soirée ! », puis ils étaient montés se coucher.

Durant le trajet elle se gave d’impressions nocturnes et de la fraîcheur qui caresse sa nuque que la danse avait rendue moite. Comme Bohringer, elle pense « C’est beau, une ville la nuit », et se dit qu’il faut être seule pour en apprécier toute la beauté.

Si elle en a envie, elle se couchera à deux heures du matin, après s'être fait une tartine de rillettes en écoutant les dernières nouvelles du monde.

(en réponse à la question « pourquoi aimes-tu  sortir seule ? » d’une amie qui  n'ose pas  le faire)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Françoise 05/09/2010 18:17



à Artemisia: et il y a aussi des femmes qui ne veulent pas que "leur" homme sorte seul, soyons justes


à Blutch: c'est de la fiction, dans la réalité je sors souvent seule, c'est quasi professionnel, le seul moyen pour moi de m'imprégner d'atmosphères, de personnages... que je recrée ensuite dans
mes livres. Mais effectivement, j'ai passé une délicieuse soirée jazzistique il y a peu.


à Andiamo: Sainte Mère!



Andiamo 02/09/2010 08:40



C'est beau comme du SIMPERE !



Blutch 02/09/2010 00:51



Donc la soirée fut belle. Mais comment auraient-ils pu ne pas être pris par "son" charme.....
Amitié
Blutch.



Arthémisia 01/09/2010 23:09



Je pense à toutes ces femmes qui se retrouvent coincées devant la télé parce que Monsieur ne veut jamais sortir, qu'il y a foot ou Patrick Sébastien. Autant
dire un remède à l'amour....



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture