Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:54

poly2A l’occasion de la polypride à New-York qui a eu lieu du 8 au 10 octobre dernier, le magazine GRAZIA se penche sur les polyamoureux (pluri-amoureux, lutins, amoureux pluriels, etc) français. J’y ai été interviewée mais n’ai pas relu l’article. Ce sera une surprise pour vous comme pour moi en espérant qu’elle sera bonne.

poly1En fait, pour les américains, le polyamory désigne le fait d’avoir plusieurs relations amoureuses, mais aussi celui de conjuguer des attirances sexuelles multiples : hétéro, homo, bi et également une réflexion intéressante sur la notion de genre, différente de celle de sexe. Le sexe, c’est biologique, le genre  serait une construction psychique et culturelle. Ce qui n’exclut pas une part de biologique, car la frontière entre inné et acquis n’est pas étanche, nos gènes s’expriment différemment selon l’environnement qui leur est offert.

Le terme pluri, que je préfère à poly, inclut aussi, à mon sens, l’idée de biodiversité amoureuse :on n’aime pas tout le monde pour les mêmes raisons et de la même façon. Ce caractère unique de chaque relation devrait nous rendre à la fois humble : « non, je ne peux pas tout apporter à quelqu’un car je ne suis pas universel » et confiant « mais ce que je lui apporte est unique, l’alchimie particulière entre nos deux corps et nos deux cerveaux. » Sans la guérir à 100%, ça atténue fortement la jalousie…

poly3Cela étant, je reste perplexe devant cette polypride, tout comme devant les gaypride ou les « marches des fiertés lesbiennes, gays, trans… »  Fier de quoi, fier pourquoi ? Etre pluriamoureux tout comme être homosexuel(le) n’est pas un choix, c’est juste une composante de notre personnalité. Les homosexuels- j’en ai rencontré un bon nombre - disent que leur orientation sexuelle ne procède pas d’une décision, mais d’une constatation : ils sont comme cela, point.  De même, les pluriamoureux ne décident pas de l’être, ils découvrent qu’ils le sont en constatant que la robe ou le costume de marié monogame les serre aux entournures et que dans ce modèle, ils ont le sentiment de marcher à côtés de leurs pompes, l’étrange impression, que j’ai décrite dans « Aimer plusieurs hommes », d’être à côté de leur vraie nature et de mener une vie qui ne leur ressemble pas…  Pas de quoi être fier, ni honteux.

La seule fierté qu’on peut avoir, peut-être, c’est d’arriver un jour à se dire paisiblement: « je suis comme cela, et alors ? » et de s’aimer tel(le) qu’on est, en s’affranchissant à tout jamais du poids du regard des autres, pas seulement pour ses amours, mais pour tous ses choix de vie.  Fierté du même ordre que celle de l’enfant qui vainc un jour sa peur du noir ou des araignées.  Ce qui ne nécessite pas pour autant d’organiser une communauté des ex-arachnéophobes avec défilé annuel et embrassades obligatoires entre les membres…


  Toutes les photos viennent du site new-yorkais

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Françoise 19/10/2010 23:04



pluri, comme amor vient du latin. Poly vient du grec et pour être étymologiquement correct on devrait l'associer à une des façons de dire "amour" en grec, mais il y en a tellement... Preuve que
les amours sont multiples. Multiples en nombre peut-être, mais aussi en façon d'aimer.


Quant au Mongol, bien évidemment, il s'est envolé :)



calune 17/10/2010 16:50



La différence entre "pluri" et "poly", à part la différence entre latin et grec, c'est quoi ?


On perd un peu de vue le Mongol, au cours de l'article, non ? ;-)



Françoise 17/10/2010 14:09



à la Poule: venant de toli, le compliment me va droit au coeur


à Usclade: c'est côté défensif des prides en tous genres qui me gêne. Qd on n'a plus honte de ce qu'on est ou vit, on n'a pas besoin de le proclamer en groupe, on le vit, c'est tout.


à TB: je crois aussi que la tendance communautariste, quelle qu'elle soit, est gênante, en classifiant les gens. Comme disait Bertrand Delanoë: "je suis homosexuel, c'est une composante de ma
personnalité certes importante, mais ce n'est pas la seule..". Moi aussi, cela m'insupporte quand on ne m'interroge que sur les amours plurielles, alors que mille autres choses font ce que je
suis;


à Andiamo: Henri Tachan a fait moult chansons qui remettent bien les pendules et les préjugés à leur juste place


à Blutch: pour faire la fête, on peut aussi célébrer les jours sans anniversaire...


 



Blutch 14/10/2010 12:39



Tu es comme toujours "pile-poil" dans le ton juste.
Lorsque l'on s'est accepté tel que l'on est, çà devient pour soi d'une telle banalité que je ne comprend pas qu'on puisse en faire un étendard. (quelle que soit la nature du "çà")

Si c'est un prétexte pour faire la fête, il n'y a pas besoin de créer une sous classification de plus dans le genre humain. On peut glorifier une date, parce qu'elle est unique dans l'histoire
(enfin, pour moi, ce serait un motif suffisant qui permet de convier tout le monde....)
Blutch.



AndiamoDUR, dur 14/10/2010 09:30



Pourquoi pa sun défilé des polycons ? Les avenues seraient trop étroites sans doute ?


Merci pour la chanson ))



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture