Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 15:17

teeshirt-001.jpgSouvent je suis surprise que tant de gens, accaparés par mille choses à faire, remettent au lendemain le fait d’appeler leurs amis alors qu’un coup de fil peut ne prendre qu’une minute, le temps de  dire « je pense à toi, on se voit dès qu’on a un moment, OK ? »  Tellement plus chaleureux que le rituel : « C’est sympa d’appeler, justement  je pensais à toi ce matin ! » auquel je réponds généralement « Si tu pensais à moi, banane, fallait appeler, ça m’aurait fait plaisir.  Le temps est court, si court…

Un premier copain est mort quand j’avais 15 ans, un second l’année de mes 19 ans. Depuis, il y en a eu foule d’autres… dont l’un m’avait inspiré ce texte.

Depuis des années, depuis que toute la bande s'était dispersée, nous ne nous rencontrions plus qu'épisodiquement. Il m'est arrivé de rester un ou deux étés sans l'apercevoir, parce qu'il avait pris ses vacances ailleurs, fuyant comme tous les méridionaux le midi grouillant d'estivants. Cela ne m'affligeait pas excessivement. Je laissais un mot dans sa boîte à lettres, un message à la voisine qui m'assurait, appuyée des deux mains sur son manche à balai, qu'elle ne manquerait pas de lui transmettre "bien des choses" de ma part.

P1010369.jpgOn s'écrivait peu, on se téléphonait rarement. Il n'empêche qu'on pouvait le faire. On aurait dû le faire plus souvent. Aujourd'hui, je regrette les mots qu'on ne s'est pas dit, les moments qu'on n'a pas vécus, ces années opulentes où nous nous permettions de gaspiller des heures entières. A vingt ans, vingt-cinq ans, nous dilapidions les années avec une insouciance extrême. Notre ennemi d'alors était l'ennui bien plus que la fuite du temps. Le bougre avait parfois même tendance à s'étirer trop pour notre goût. Entre la sieste aux heures les plus chaudes, l'heure de l'apéro et celle de l'après-dîner, il nous arrivait de nous demander que faire pour tuer le temps.  C'est plus tard qu'on s'aperçoit qu'il s'est sournoisement accéléré. C'est plus tard qu'on ressent le désir de se poser face à la mer en respirant le plus lentement possible, de regarder les vagues sans esquisser le moindre geste qui pourrait précipiter le mouvement des aiguilles de la montre, et de garder le silence, parce qu'on s'est aperçu que le bruit, lui aussi, est dévoreur de temps.



 Ce n'est pas pour vous plomber, mais j'adore cette chanson... c'est un frisson.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Andiamo 19/12/2011 13:08


Je reviens de la plage, une plage de la Manche, avec ses lumières d'hiver, ce pâle soleil qui a du mal à percer les nuages venus d'Angleterre (cette salope qui nous envoie que du mauvais, xéno
moi ?) Tu as raison, ça file, tous mes copains s'en vont, nous avons l'âge me diras-tu... Mais j'aimerais pouvoir le dire combien ils m'ont marqués.

Françoise 19/12/2011 11:57


à Olivier: l'âge certain ou le certain âge dépend aussi des événements de la vie. D'avoir réalisé à 15 ans qu'un garçon avec qui j'avais dansé deux heures avant était mort le soir m'a donné très
tôt une conscience aigue de l'impermanence. Ce qui explique sans doute que j'entretiens les amitiés, agis au présent, savoure chaque instant, etc.


à  Reynald: j'y viens, j'y viens à ce désir de trier entre les crétins et les autres alors que pendant des années, j'ai poursuivi l'absurde utopie de les rendre moins crétins :)


à Lovus: c'est vrai, j'ai des amis de quand j'étais au lycée que je retrouve instantanément même si on est restés des mois sans nouvelles. Cependant si ces amitiés vont sans dire, elles vont
encore mieux en le disant, ça fait un immense plaisir le jour où on reçoit un signe de vie, justement. PS. Se voir dès qu'on a un moment? Why not, mais je ne sais pas qui est Lovis...

Lovis 19/12/2011 02:17


Je suis très sensible à ce que tu écris. Autant sur les amis et comment alimenter ce lien si précieux


Et sur le temps qui passe et notre relation à lui (d'abord on chercher à le tuer, puis à le sauvegarder)


Tous les jours, vraiment, je pense beaucoup à des personnes qui me sont très chères. Peut-être que je pourrais le leur dire encore plus souvent, mais si chaque fois que je pense à eux ils
auraient de mes nouvelles ... is m'auraient déjà supplié d'arrêter   


Et puis dans l'amitié il y a aussi parfois ce lien qui semble si fragile, distendu, presque oublié tellement on a passé de temps sans se voir, et pourtant, il suffit d'un contact et TOUT est
là ...


Merci de nous rappeler un des essentiels


Lovis


PS: Je pense à toi, on se voit dès qu'on a un moment ?   


 

Reynald 18/12/2011 21:10


Alors frissonnons ensemble... Le temps est un barbare. Après chaque année qui passe une heure, toujours la même de 60 minutes pourtant, une heure donc représente une plus grosse part de ce qui
nous reste. C'est peut être pour ça que j'insupporte de plus en plus la bêtise humaine lorsqu'elle me fait perdre mon temps, tellement mieux placé avec des amis...;-)

Olivier de Vaux 18/12/2011 16:29


J'adore à la fois cet article et la chanson de Léo Ferré, alors je te le dis, tout bêtement. Avec le temps, va, tout s'en va ... Bien sûr, on ne peut pas comprendre vraiment avant d'avoir un
"certain âge" comme on dit, et même un âge certain !

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture