Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 10:44

happy few« Douches froides », de Antony Cordier, tout comme son dernier film « Happy few » parle des amours plurielles et de la difficulté à les vivre, de la culpabilité, du regard social, etc. Toutes choses abondamment débattues sur ce blog et sur les sites de pluriamoureux.

Dans le même temps, des artices enthousiastes célèbrent les familles recomposées et on cite comme une simple statistique le fait qu’un mariage sur 3 (un sur deux à Paris) s’achève par un divorce. Etre enfant de divorcés  devient plus courant qu’être enfant de parents qui s’aiment durablement, même s’ils connaissent par ailleurs d’autres désirs, d’autres amours…

happy few2Une femme découvre un jour que son mari la « trompe ». Terriblement banal, mais l'amour et le sexe restent très surestimés dans nos sociétés, alors qu'ils sont le résultat d'un compromis entre culture et nécessités économiques (lire à ce sujet "Amours" de Jacques Attali, c'est édifiant de voir combien ce qu'on croit sentiment viscéral est influencé par d'autres paramètres.) Désespérée, furieuse, notre dame flouée quitte son époux  du jour au lendemain, lui laissant les trois enfants.  Dont le père s’occupe bien, mais en refusant d’évoquer ce qui s’est passé avec sa femme. La fille aînée est persuadée qu’elle est coupable de cette séparation. Il paraît que c’est fréquent. Faute d’explication, le ou les enfants pensent que c’est à cause d’eux que papa et maman ne s’aiment plus. Autre histoire véridique:  un homme quitte sa compagne à l'aube parce qu’il a l’impression que « leur amour n'est  plus comme au premier jour », ce qui est exact, mais rigoureusement normal... Ils n’ont pas eu d’enfants ensemble, mais lui s’était beaucoup occupée de ceux qu’elle avait  d’un premier lit. Quinze ans après son départ, il reçoit un coup de fil de la petite fille qu’il avait pratiquement élevée, devenue adulte. Elle veut le revoir. Pour lui dire combien avait été grand le choc de ne pas le trouver au réveil. De ne pas comprendre pourquoi il l’avait abandonnée. Elle lui  dit : « Mon père est parti avec une autre femme, vous êtes parti juste pour vous. Ni l’un ni l’autre n’avez pensé à nous, les enfants. Et à cause de vous, je n’arrive à faire confiance à aucun homme. Je voulais vous le dire. » Elle a bien fait, car lui-même en était abasourdi. Il avait quitté une femme, il n’avait pas pensé qu’il quittait aussi les enfants.

  Accepter ses aléas sentimentaux comme le font les plutiamoureux, avec parfois des tiraillements et des remises en cause personnelles, mais sans en faire porter le poids à ses enfants , est infiniment plus mal vu que divorcer et devenir serial monogame, en imposant ses ruptures amoureuses aux enfants. Pourquoi ?  La réponse est peut-être dans la réflexion d’un anti- Lutin, déplorant que ces derniers veuillent avoir une famille, des amours extérieures, une vie heureuse et un métier épanouissant. Le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière, en somme.   Assumer ses choix de vie en toute responsabilité mais sans culpabiliser, ça heurte. Au moins, les divorcés, ils en chient pendant la rupture qui se passe rarement dans la joie et la bonne humeur, ça leur coûte cher et les familles monoparentales ont souvent du mal à joindre les deux bouts! Donc la morale est sauve, peu importent les conséquences, ils ont payé!


P1010376.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Val 17/12/2011 22:59


Qu'est-ce que cet article me parle !


en chier ! Voilà exactement le bon mot. Dans la vie il faut en chier sinon on ne vaut rien.


L'autoflagellation généralisée. Le sadomasoschisme ambiant.


Mais être effectivement épanoui, dans son boulot, être créatif, et libre dans ses relations, vivre en harmonie en respectant ses propres rythmes, sa propre façon d'être au monde, ça c'est
complètement impensable, et intolérable pour la société dans laquelle nous vivons.


 

Françoise 07/10/2010 16:03



à Starshop tripper: vous n'êtes pas Lutin, vous êtes le mari d'une femme qui a utilisé le Lutinage pour vivre tranquillement son adultère. Vous avez tout accepté, dans une relation qui, si ce que
vous racontez est vrai, devient déséquilibrée et où vous n'avez pas votre mot à dire. Le Lutinage, ce n'est pas une autorisation d'adultère, c'est une relation claire et franche entre gens qui
s'aiment et continuent à s'aimer malgré, ou avec la présence d'autres amours. C'est une relation où la liberté va de pair avec l'attention à l'autre, à ses fragilités, à ce qu'il peut ou non
vivre. C'est une relation où les partenaires choisissent et mettent au point ensemble leur mode de vie, expriment leurs ressentis, et surtout ont une liberté équilibrée. Pas forcément une liberté
sexuelle- on ne prend pas une amante pour égaliser la relation- mais tout simplement la liberté de multiples intérêts et relations dans une vie. Apparemment, cela n'a pas grand rapport avec ce
que vous vivez, vous ne semblez pas avoir ouvert votre vie à d'autres horizons, et votre amertume est compréhensible. Cela étant, vous avez aussi la liberté de refuser cette situation qui vous
rend malheureux, de renégocier, ou de partir.



Starshop Tripper 07/10/2010 01:30



Moi, je suis lutin depuis que mon épouse lutine. Avant, je me suis empêché d'aller voir ailleurs, pensant que ça la blesserait et que ce serait un manque de respect envers elle et ma promesse de
mariage. Elle a un amant qu'elle aime et avec qui elle partage tout ce qui est bon. J'ai pensé qu'à force d'acceptations son bonheur rayonnerait sur notre couple et que tout ce que je souhaitais
vivre avec elle, depuis des années, viendrait aussi. Mais il n'en est rien. Du moment que j'ai "laché" ma jalousie et que j'ai accepté qu'elle ait deux hommes dans sa vie, elle n'en a
plus qu'un, et ce n'est pas moi. Les charges du quotidien sans joie, sans tendresse et sans sexe pour moi, le bon pour eux. Reste la responsabilité du bien être de nos trois enfants qui nous
fait vaguement tenir ensemble. Je me demande s'il n'y a pas une erreur quelque part. Et pour en chier, j'en chie. Mon amour finit par s'effriter, et c'est mon grand malheur : vivre sans elle et
voir s'effondrer mes rêves.


La morale je m'en suis toujours balancé. Je n'en suis pas prisonnier.


La possessivité, j'ai lutté contre et je crois ne l'avoir empêché de rien.


Le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière, c'est bien. Mais je regrette de ne pas connaître la bonne crèmerie. Moi, je paie.



Andiamo 17/09/2010 12:43



Attention les enfants regardent.


C'est vrai qu'il n'y a pas de solution "miracle", et les enfants doivent toujours s'accomoder du choix des parents.



LuLutine 17/09/2010 00:20



"Je refletais juste l.dee des anti, quji pensent qu. on a choisi la facilite... "


Je comprends bien, mais je trouve que ce n'est pas forcément clair et que certains lecteurs (qui ne te connaîtraient pas) pourraient le prendre au premier degré...



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture