Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 14:20

caresses2.jpgComme il est souvent dit que je suis « inclassable » à déambuler  ainsi dans le roman érotique, l’essai, le thriller écologique, le roman/roman… je me suis demandé si, tout de même, il n’y avait pas un point commun dans mes écrits, puisqu’il est courant d’affirmer qu’on écrit toujours la même histoire. C’est ainsi que j’ai découvert qu’il n’y a aucun couple dans mes livres.

Dans « Le jeune homme au téléphone » David papillonne, puis sort plus sérieusement avec Caroline, mais avoue à l’héroïne du livre: « Je joue avec de belles inconnues, je suis amoureux de Caroline avec qui je n’arrive ni à jouer ni à me livrer vraiment et je livre à vous dont je ne suis ni amant ni amoureux. »

trilogie.jpgOn retrouve Elle, l’héroïne, dix ans plus tard sous le nom d’Alice, dans « Les latitudes amoureuses », toujours liée au jeune homme et à quelques autres. Elle vit quelques semaines avec le bel Australien Neil dont elle tombe éperdument amoureuse… jusqu’au jour où celui-ci lui propose une vie de couple dont elle ne veut pas« Je suis capable d’aimer passionnément et d’aimer éternellement, mais je refuse de confier ma vie à un seul homme… Plusieurs fois, j’ai cru rencontrer, comme on dit, l’Homme de ma vie. Ce qui signifie en clair que plusieurs hommes étaient capables de l’être, et non pas un seul sur terre comme on l’enseigne aux petites filles.  Pour que le monde progresse, David, il a fallu des scientifiques, des littéraires, des maçons, des cultivateurs, des aventuriers, des danseurs, et même des flics et des épiciers à blouse grise et crayon sur l’oreille.  Pour qu’une vie s’épanouisse, je pense qu’il faut aussi des amours variées et qu’on ne peut pas abandonner son existence à un seul être, si brillant soit-il. Mais comment expliquer à un homme qui croit vous faire le cadeau du siècle en vous demandant de renoncer à votre liberté pour vivre avec lui que son cadeau est empoisonné ? Surtout lorsque cet homme vous attire de façon éhontée et vous émeut à en pleurer. » Neil reste et restera dans sa vie, pour l’homme qu’il est, aventureux, intègre, passionné, bourru, complexe, mais pas pour  sa proposition de mariage : « Elle revit les fonds marins qu’elle avait explorés avec Neil, les étoiles de mer bleu électrique et les coraux géants, elle retrouva dans sa mémoire l’odeur du hangar à avions… Elle se souvint d’une soirée où tous deux avaient joué au poker…  Elle se rappela les petits déjeuners rustiques, où Neil était capable d’avaler une demi douzaine de saucisses grillées en même temps que son café, et du plaisir qu’elle avait eu à bavarder avec lui certains après-midi tandis qu’il se douchait, nu dans le jardin, et la laissait le contempler sans aucune gêne… C’est de cet homme qu’elle était tombée amoureuse, de cet aventurier généreux qui lui ouvrait sa vie sans restrictions. C’est cet homme là qu’elle avait désiré, parce qu’il lui avait paru immense et sans limites, mais il avait suffi qu’ils fassent l’amour pour que surgissent des limites.  L’aventurier s’était mué en petit propriétaire soucieux de défendre son territoire. »

Pas de couple non plus dans « Ce qui trouble Lola ». La démarche est volontaire : « Elle ne cherche pas « l’homme de sa vie » ni même un modèle d’homme précis. Elle a trop de curiosités pour ces drôles d’êtres qui composent la moitié de l’humanité pour les résumer en un seul. Un jour, peut-être… Mais avant, elle veut les regarder vivre, les écouter, les toucher, les sentir, les questionner. Elle prendra le temps qu’il faut pour explorer leur monde, en gommant tous les enjeux qui altèreraient son impartialité, les questions d’argent, l’envie d’un enfant, les jeux de pouvoir, la peur de l’autre, la peur de soi, les mythes amoureux. »

algue.jpgOK, diront certains, mais il s’agit de textes érotiques, il est normal qu’on n’y trouve pas de couples. Curieuse remarque qui sous-entendrait que couple et érotisme sont incompatibles, mais soit. Dans « l’Algue fatale », thriller écolo le seul couple existant, un biologiste et sa femme avec qui il travaille, est en crise. « Elle s’ennuie avec toi » fait remarquer Mathias, l’adjoint du chercheur. Ce dernier soupire : « Je vois bien, mais je ne comprends pas. » - Tu sais, coucher avec le patron c’est drôle quand on veut le séduire. Mais quand on l’a déjà épousé, on a l’impression d’être toujours au boulot…  

bato.jpgHélène, la femme de Pierre, personnage principal, a pris de la distance sans pour autant souhaiter quitter son mari : « Ce n’est pas une question d’amants ou de maîtresses, (c’est) une question de vie. Il y a des années que je me regarde marcher à côté de la vie sans me sentir concernée par elle, que je me demande pourquoi tant et tant de matins et de soirs tous pareils, des années que je bous avec un couvercle sur la tête…  Il arrive fatalement un moment où la marmite explose. Ce n'est pas cet homme que tu as vu qui a fait sauter le couvercle. C'est parce que j'ai fait sauter le couvercle que j'ai pu rencontrer cet homme… J’ai 38 ans, Pierre, il est temps que j’existe enfin et il est hors de question que j'y renonce."

sexe cuisineMême réaction chez Julia, la jeune femme de « Sexe, cuisine et (in)dépendance : Et toi ? Comment ça va avec Vincent ? lui demande sa copine Marie.

- Moyen moyen… On a passé le cap des deux ans et demi…

-… et l’amour dure trois ans ?

- Même pas. Je crois surtout qu’il n’est pas ma priorité. Ce n’est pas que je refuse de m’engager ou de vivre une histoire sérieuse, mais pour l’instant ça me branche plus de voyager et de découvrir des tas de gens que d’avoir « mon mec à moi. » Comme je n’ai pas envie non plus qu’on s’engueule et qu’il soit malheureux- je l’aime bien, Vincent- on a décidé de faire un break et ça me fait un bien fou.

Reste Marine, l’héroïne de « Jouer au monde » qui croit avoir trouvé l’homme idéal avec Antoine, au point d’en devenir quasiment dépendante. Oui mais… il y a la mère d’Antoine, qui quitte un jour son foyer : « Elle avait atteint ce point de non-retour où il ne suffit pas de caresser un rêve de fuite pour arriver à vivre ».Ce n’est pas du désamour, elle laisse une lettre à son mari : « Il ne comprendrait pas, bien sûr, mais après douze ans de vie commune elle ne pouvait se résoudre à disparaître sans un mot, sans lui dire les sentiments qu’elle éprouvait toujours pour lui. Elle pensa qu’il allait la détester, et elle continuer à l’aimer. Curieux paradoxe. » C’est l’envie d’être libre : « Elle s’étonna du sentiment de liberté qui l’envahit soudain comme une jubilation. Il y avait des années qu’elle ne s’était pas aventurée seule sur une route déserte à cinq heures du matin… Durant douze ans, elle avait mené une vie lumineuse, sans un regard pour ses zones d’ombre. Elle s’était appliquée à domestiquer ses pulsions, à enfouir ses secrets… Elle ne se demanda pas de quoi serait fait son lendemain. C’est précisément pour ne plus avoir de réponse à cette question qu’elle partait. »

Et de la même façon, Marine s’affranchit de la dépendance à Antoine quand elle perçoit sa possessivité (je ne raconte pas, au cas où certains ici n’auraient pas encore lu cet excellent roman J)

baiser1.jpgCette constance dans le refus non pas de l’Amour ou d’un projet de vie avec quelqu’un mais dans le refus de l’entité « couple » aussi vague et étrange que « les marchés » dans la bouche d’un économiste, ce couple qu’il faudrait préserver, protéger, stimuler comme si point de vie amoureuse en dehors de lui vient de loin. Dans un manuscrit écrit à 24 ans « Entre les deux, la vie… » et jamais publié, j’avais imaginé Anne, héroïne moderne, publicitaire, marié à un bel architecte, couple ouvert sur d’éventuelles liaisons transparentes l’un à l’autre, etc… Mariage libre, comme on disait dans les années soixante-dix. Pourtant, à la fin du livre elle partait :

« Elle aura une petite valise toute légère, on ne se charge pas quand on part à la recherche de soi-même. Anne ne renie pas son bonheur, elle y tient beaucoup, le soigne, le cajole… mais il arrive toujours un matin, ou plus souvent un soir où l’on se dit : « Le bonheur, oui, et après ? » On se dit ce jour là qu’on a passé avec succès le cap de la naissance. Que l’autre cap, le grand, sera de bien savoir mourir. Et entre les deux, fragile et dérisoire, la vie. Alors un soir on quitte son travail sûr pour un autre imprévu et fragile en rêvant de biographies qui diraient : « il a été plombier, explorateur, marchand de chaussures et savant » au lieu de dépeindre le fil monotone d’une carrière brillante menée de l’enfance à la mort. .. Savoir en somme renaître seul. Et recommencer. »

mari_s4.jpgLa fuite omniprésente dans mes livres. Pas étonnant qu'« Eloge de la fuite » de Henri Laborit soit un de mes livres préférés, ni que je fasse mienne la phrase de Benoîte Groult : « Aimer, c’est rester deux, jusqu’au déchirement parfois. »

« Luc sourit,  Lola verra si elle le vit un jour, c’est une vérité soigneusement cachée, on préfère parler d’amour et de partage, la grande escroquerie du couple c’est de ne pas révéler qu’en fusionnant, chacun s’est amputé d’une part de lui-même et n’aura de cesse de la retrouver au prix d’un affrontement quotidien avec l’autre, tout être humain n’a qu’une obsession : se sentir exister, l’ego est mille fois plus puissant que l’amour,  ne s’en détachent vraiment que les saints ou Bouddha, mais pour y parvenir, la plupart ont vécu solitaires !  «Vois-tu Lola,  dès qu’on est amoureux le compte à rebours commence,  on se croit en sécurité, mais c’est déjà la tendre guerre. Christine est avocate, chaque jour elle reçoit des couples qui se séparent, des gens qui se sont aimés au point de vivre ensemble et de faire des enfants, mais qui sont capables de se haïr avec une force inouïe lorsqu’ils divorcent. » (Ce qui trouble Lola)

C’est peut-être pour avoir su cela très tôt, pour avoir regardé autour de moi vivre, s’aimer et se déchirer tant d’hommes et de femmes, pour les avoir vus refaire promptement leur vie après un deuil ou une séparation- rien de tel pour remettre l’ego à sa juste place !- pour avoir librement et passionnément exploré la planète masculine, que je peux  vivre avec un homme sans jamais penser « couple », laisser la porte ouverte et l’aimer depuis 40 ans malgré toutes nos différences et nos divergences.


jerry-contrejour.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

lysa 21/05/2012 16:39


Merci Françoise de vos mots une fois de plus qui m'éclairent...


Mais je n'ai pas le courage. Et je m'en veux. J'ai pensé à vous tout à l'heure lorsqu'un de mes amoureux, marié et agissant donc en toute illégalité (quelle horreur !) et que je dois retrouver
pour 2 jours mercredi me dit "je rentre finalement chez moi demain"... Moi : bah oui, tu rentres fêter ton anniversaire de mariage ! Lui : tu m'en veux ? Moi : mais pourquoi t'en voudrais-je ??


Pas moyen de lui faire comprendre que je ne "veux" pas de lui en dehors de nos moments... Il arrive à se culpabiliser doublement, voire triplement ! Vis à vis de sa femme qu'il "trompe", vis à
vis de moi car il a le sentiment de ne pas me donner assez, vis à vis de lui car il ne sait plus être "bien" nulle part...


Pourtant lui ai envoyé plusieurs de vos articles...


 

Angelina 20/05/2012 19:03


Bonjour,


 


Je viens de lire un ouvrage "Les 7 plumes de l'aigle" d'Henri Gougaud que j'ai vraiment apprécié. J'ai pensé à vous lors de la présence du chaman El Chura. Seriez-vous, Françoise, une sorte de
chamane au féminin? En effet, El Chura explique que ce qui importe dans la vie c'est de se créer des mondes à partir de nos émotions positives, de jouer avec la vie. J'ai vraiment songé
alors à votre blog: jouer au monde.


Merci d'être là et de montrer que la sensualité est une source d'épanouissement et d'amour de son prochain, non l'oeuvre du diable comme on l'entend souvent dans la culture judéo-chrétienne.


 


Voici un petit résumé de ce livre (Les 7 plumes de l'aigle d'Henri Gougaud) pour vous en faire une idée:


J'ai beaucoup aimé cet ouvrage qui donne un regain d'énergie, de souffle vivant à qui en manque ou simplement le cherche. On découvre le coeur du chamanisme, basé
sur le SENTIR et non sur le cérébral. On s'ouvre à une nouvelle culture: l'amour de la nature, des autres, la recherche de l'éveil à travers l'histoire vraie de Luis Ansa -peintre et écrivain-,
devenu un ami d'Henri Gougaud, qu'il a connu dans une brasserie parisienne proche du faubourg St-Antoine à Paris. Luis Ansa a livré son expérience durant deux années au conteur qui en a fait un
très bel ouvrage. Les deux hommes ont d'ailleurs écrit plus tard un ouvrage en commun: "Le Secret de l'aigle."


La culture chamanique est basée sur la sensualité (souvent décriée dans notre culture judéo-chrétienne, oeuvre du diable),  lorsque celle-ci est tournée vers
des puissances positives, elle peut rendre l'homme heureux, présent à sa vie miraculeusement joyeuse. Si on devait résumer le chamanisme en une phrase, on pourrait le décrire ainsi: un VOYAGE
dans le SENTIR, au coeur de nos émotions positives, dans notre CORPS sacré. "Le vrai savoir ne peut pousser qu'en pleine terre, enraciné dans la chair même de notre vie, sinon il n'est rien
qu'une croyance périssable." Le chaman est donc un être à l'écoute de son corps, qui le respecte et en cueille les fruits les plus savoureux pour nourrir son esprit.


Le récit initiatique de Luis Ansa est émaillé de belles citations qui disent l'essentiel de la vie, laissent place à un imaginaire fécond et vivifiant. Son maître,
El Chura, lui apprend que peu importe de différencier réel et imaginaire. Il faut savoir jouer avec la vie et la faire jubiler en nous. Un bel ouvrage spirituel!



...........................................


CITATIONS qui ont retenu mon attention:


1)Sur le NEANT: "Le néant est le lieu de celui qui ne sent pas. Le cerveau ne sent pas."


2)Sur les OPINIONS: "On se construit des opinions comme autant de prisons où l'on s'enferme avec des images."


3)Sur la liberté: "Regarde l'aigle et apprends la liberté."


4)sur le CHAMANISME: "Le sentir ne peut s'allumer que si la conscience carrée se repose." / "La conscience carrée ne veut pas de l'inexprimable, elle veut des
preuves. Elle ne veut pas être libre, elle veut être sûre."


5)OSER pour grandir(dicton de Siao, maître dans l'art de la laque chinoise): "Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles qu'on n'ose pas les faire. C'est
parce qu'on n'ose pas les faire qu'elles sont difficiles."

françoise 14/05/2012 17:22


à reynald: c'est pour cela que le kangourou, animal sage et équilibré, est campé sur ses deux pattes et s'appuie sur sa queue.

Reynald 14/05/2012 16:42


Une histoire de couple, c'est celle de trois vies.
Celles que chacun vit individuellement dans ses actes, ses pensées et ses rêves, et cette vie qu'ils se construisent ensemble.
Si l'une des trois est absente, le couple est boiteux et perdra l'équilibre...
C'est sans compter Guitry, qui disait que le mariage est une institution si lourde qu'il faut souvent être trois pour le supporter...

françoise 14/05/2012 11:56


à Sara: merci Sara, j'espère que tout va bien pour vous sur cette route ardue de l'autonomie amoureuse


à Andiamo: merci mon Prince!


Usclade: j'aime beaucoup votre dernière phrase "Oui il nous faut envisager sa sécurité
amoureuse autrement que par un acte de propriété croisée qui nous garantirait la jouissance totale de l'autre, au prix de l'hypothèque totale de soi..." C'est un résumé parfait de la recherche
que nous menons.


à Ménalque: je n'ai pas tout saisi, mais ça a l'air intéressant... 


à Fleur des champs: bien vu


à Lovis: fin du couple en tant que cette entité dont nous bassinent régulièrement les
magazines, qu'il faut maintenir et sauver "à tout prix", y compris au prix de soi; Cela n'empêche ni d'aimer, ni d'avoir un ou des projets de vie avec les gens qu'on aime.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture