Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 15:33

 

bruxelles2.JPGCa Bruxellait tonique à Bruxelles le 6 juin dernier. Au programme : auberge espagnole riche des plats et desserts concoctés par les participants, présentation de mes livres et échange sur le thème : « Peut-on changer le monde si on ne change pas soi-même. » Avec Polyphil de Polyamour.be (tee-shirt rouge) Thomas ( en blanc) de l’association Bruxelles Laïque et une septantaine d’heureux pluriamoureux (terme que je préfère à polyamoureux) ce qui ne signifie pas béats, ni exempts de tout questionnement, au contraire. Ce n’est pas parce qu’ils s’aiment que tout est définitif. Les pluri s’intéressent aux variations naturelles du désir et des sentiments qui ne veulent pas dire qu’il n’y a plus désir ou sentiments mais que ceux-ci sont évolutifs, comme la vie. 

Mais pour ne pas figer l’Amour dans un écrin qui sent la poussière, ni s’accrocher à UN modèle qui devrait être comme ceci et pas comme cela, pour inventer en permanence les liens qui font que telle ET telle personne donnent envie de faire un bout de chemin avec elles, pour accepter sereinement que toutes les amours sont passionnantes mais pas forcément uniques ni éternelles, il faut forcément s’interroger sur ce qui fait croire le contraire à des milliers de personnes.

La soirée avait lieu à l’association Bruxelles Laïque. Ce n’est pas indifférent si l’on songe à l’influence des religions. La France longtemps, fut « fille aînée » de l’Eglise et ses lois s’en ressentent, tout comme le débat sur le voile islamique a amplement prouvé que même dans un Etat laïque la religion reste prégnante. Débattre dans un lieu voué à la défense de la laïcité, était donc l’occasion rêvée pour relier nos vies privées à la vie publique.

 bruxelles 1« Est-il possible de changer le monde sans changer soi-même ? », question choisie en référence à deux expériences passées : le couple « open » des seventies où la liberté sexuelle obligatoire par simple réaction à la  « morale bourgeoise » est vite devenue un diktat aussi pesant que ladite morale, avec de surcroît des sursauts de possessivité hystérique dont on se souvient encore dans le landernau des gentils communautaires, qui prouvaient qu’il est difficile de changer ses relations amoureuses si on n’a pas profondément changé sa logique de pensée. Autre expérience : la communauté, justement, quand on théorisait à donf sur la non-propriété et la gestion collective et qu’on se retrouvait à gueuler sur le mec qu’avait pas nettoyé la tondeuse communautaire. « Puisque c’est comme ça j’en achète une rien que pour moi et personne n’y touchera ! », réaction de propriétaire aisément transposable aux rapports de pouvoir qui unissent et défont les groupes et les couples : le goût de posséder, dominer, mépriser… C’est ce que font 20% des terriens qui s’approprient 80% des richesses de la planète au détriment des 80% d’humains laissés pour compte. C’est ce que font les machos désireux de s’approprier une femme en la dominant par la brutalité si besoin est, par le mépris ou l’argent dans les sociétés plus policées.  ( lire le texte de la causerie ici, c'est un cadeau à télécharger)

amoureux trio 

La brutalité, le mépris et l’obsession pour l’argent, voilà justement ce qu’on oublie pendant une elle soirée. J’aime, chez la majorité des pluriamoureux, leur façon d’être naturellement attentifs aux autres, leur tolérance, leur humour. Leur joie de vivre aussi : gourmandise pour la nourriture, appétit pour les discussions de toutes sortes. Pour la sensualité aussi. Ce sont des personnes tactiles sans être lourdes, et ça, c’est bigrement agréable. Pouvoir se toucher ou être touché- à tous les sens du terme- sans se demander avec anxiété jusqu’où il va « falloir » aller. On n’ira que là où on le souhaite, sans pression d’aucune sorte. Qu’il est reposant de pouvoir sauter au cou d’un homme sans crainte de se faire harponner par sa copine jalouse ! Qu’il est délicieux de parler de sexe et de plaisir avec sensualité et plaisir, sans grivoiserie. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup… 

amis.jpgQuand les pluriamoureux seront assez nombreux à vivre  ouvertement leur choix et que les autres verront qu’il leur apporte plus de bonheur et de sérénité, cela induira forcément une évolution de la société vers ces valeurs de l’Etre plus que de l’Avoir. Puis forcément vers des liens sociaux plus fraternels, faits de joie de vivre plus que de plaisir de consommer. Ce n'est pas du militantisme, c'est de l'imprégnation. Certes, il existe des pluriamoureux résolument carnivores, conducteurs de 4x4, consommateurs de gadgets et amateurs de jeux vidéo. Néanmoins, ce n’est pas un hasard si on rencontre chez les pluri autant de personnes adeptes d’une vie sobre et de relations humaines chaleureuses, hostiles à la compétition, curieuses de tout, en recherche de valeurs spirituelles et de relations égalitaires et démocratiques. Ce n’est pas un hasard si plusieurs d’entre nous se sont retrouvés en phase avec les « indignés »…

 

Mais ceci fera l’objet d’un prochain billet.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cyril 07/07/2011 17:45



Ha, ma bonne dame, c'est bin vrai ce qu'vous nous dites, là !


Bien cordialement,


C



Caroline 28/06/2011 15:50



Oui, merci Françoise. Je vous lis toujours et apprécie toujours. Aujourd'hui, votre billet me fait comme l'effet d'une chanson d'amour ou d'une chanson triste qu'on entend à la radio et dont on a
l'impression qu'elle parle exactement de notre histoire personnelle. Enfin. Je me comprends. Mais je voulais vous dire merci.



Miller 28/06/2011 10:34



merci pour ce joli billet dans lequel je me retrouve: non agressivité, ouverture aux autres, "gentillesse" en fin de compte (cette qualité si bêtement méprisée).


Le seul truc qui m'a fait tiquer :-), c'est "jeux video": tiens, moi j'aime bien les jeux video: pas ceux où on se tire dessus, mais ceux où on découvre, on s'amuse, on joue... Vous vous êtes
permis un cliché très en vogue dans la presse, là: les jeux video c'est malsain, ça rend agressif, alors qu'ils ne peuvent être rien d'autre qu'un jeu comme les autres, voire pour certains jeux
exceptionnels, un art véritable comme le cinéma... mais bon, passons, ça prendra du temps pour que la perception des jeux video change, comme ça a pris du temps pour le cinéma, le jazz ou la BD.


Amicalement



Andiamo 27/06/2011 12:55



Je reviens de petites vacances, il a fait beau, et ton billet est un petit plus... Merci, tu parles si bien d'amour et des amours ];-D



françoise 26/06/2011 12:01



à Denis: et elle ne s'achète pas, cette richesse


à Anne: merci, et heureuse que cette note vous ait fait du bien


à Reynald: la vôtre aussi, cher jumeau astrologique



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture