Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 15:20

auvergne-son.jpgRencontre avec la responsable  livres du « Transfo », organisme régional voué à l'art et la culture en Région Auvergne, qui œuvre notamment à former les artistes afin de leur donner des armes juridiques pour se défendre dans ce monde cruel. Je suis émerveillée par le bouillonnement artistique de cette région, au point que dans ma médiathèque du 92, une rubrique est consacré au « rock clermontois » et que la région a déjà sorti trois CD regroupant des musiciens débutants ou confirmés. Pépinière de talents, l'Auvergne, tout comme d'autres régions: il suffit de se déplacer « en province » comme disent les Parisiens, pour découvrir des pépites dans l'écrit, la musique, les arts plastiques ou les spectacles de rues. Des gens « qui n'en vivent pas », comme on dit, mais animés d'une passion à surmonter tous les obstacles.

P1000840.jpgA propos de « qui n'en vivent pas », j'exprime à mon interlocutrice l'énervement que m'inspire la phrase « on ne vit pas de sa plume », comme s'il était normal de ne pas vivre d'un travail qui prend la tête et énormément de temps. En France, moins d'une centaine d'écrivains ne vivent que de leurs romans, les autres y ajoutent une activité de journaliste, enseignant, infirmière, médecin, plombier, kiosquier, agriculteur... pour ne citer que les métiers d'auteurs qui ont réussi à se faire publier. Même chose pour les musiciens, les cinéastes ou les intermittents du spectacle qui travaillent comme des malades pour des sommes faramineuses, genre 600 euros par mois, ou dépendent pour vivre d'allocations ô combien menacées par les temps qui courent .

Le leit-motiv qu'entendent les créateurs, c'est qu'ils ont de la chance d'avoir un métier/passion, et du coup on les paye au lance-pierres.

-C'est vrai, et on les habitue à penser qu'ils sont et resteront précaires. Ça commence par les jeunes artistes, parce que personne ne les plaindra (« Si t'es pas content, va bosser dans le bâtiment, on cherche des bras »)et ça gagne peu à peu tous les emplois.  On habitue les gens, et surtout les jeunes, à penser que la précarité est un état durable, paradoxe linguistique ! Il est vrai que la précarité favorise la crainte et la soumission.....

Qu'il semble d'autant plus démagogique, le discours du candidat pas encore ex-président-mais-bientôt- espérons-le, qui divise les gens- c'est sa devise « diviser pour régner »- entre ceux qui bossent, ceux qui pourraient bosser avec une bonne formation (que n'a-t-il mis en place ces formations durant son quinquennat ? Avez-vous essayé d’obtenir une formation en étant demandeur d'emploi ? Un vrai parcours du combattant...) Ensuite, selon NS, il y a les assistés, dont on entend derrière ce mot méprisant que ceux-là « profitent du système », (c'est son obsession, les profiteurs pauvres, mais pas les autres), et enfin ceux « qui n'en peuvent plus et ont besoin de la solidarité nationale », sans doute les SDF dont il avait promis en 2007 audiovisuel.jpgque s'il était élu il n'y en aurait plus un seul fin 2008. Sait-il au moins, ce candidat qui gouverne la France depuis 5 ans et découvre le peuple qu'il n'avait pas daigné voir quand des millions d'entre eux défilaient contre ses projets de lois socialement régressives, sait-il qu'en France plus de 5 millions de chômeurs- oui, 5 millions, car si vous bossez quelques heures par mois, vous n'êtes plus chômeur recensé mais n'avez pas pour autant un emploi permettant de vivre- que 5 millions, donc, de personnes, ont envie de travailler, mais qu'avec seulement 200 000 offres d'emploi non satisfaites en France, 4 800 000 personnes n'ont quasi aucune chance de rebosser, sauf à créer des emplois dans des secteurs novateurs avec l'appui des Pouvoirs Publics, puisque depuis trente ans, l'exonération de charges sociales et les cadeaux fiscaux aux entreprises n'ont aucunement contribué à réduire le chômage.

LASCAUX.jpgOn est loin de la culture par quoi j'ai commencé ce billet ? Malheureusement oui, on en est loin car, l'avez-vous remarqué, la culture est quasi absente des joutes électorales actuelles. On n'y parle que d'argent, d'emploi, de compétitivité et de sécurité, comme si l'humain n'avait besoin que de cela pour vivre. Pour survivre, oui, sans doute. Mais ce qui rend l'humain humain, c'est la culture. J'ai déjà écrit ici que si l'homme préhistorique, après une journée épuisante à traquer le mammouth, avait éprouvé le besoin de dessiner sur les grottes sans espoir d'avoir un public et des acheteurs pour ses œuvres, c'est que la culture était plus qu'importante : essentielle. L'essence même de la civilisation. Que retient-on d'un pays? Les Pyramides d'Egypte, la muraille de Chine, les églises de tous styles, la Bible, Léonard de Vinci, Victor Hugo, Bach, Mozart ou Miles Davis, les thermes romains, les temples Incas ou Hindous, les peintures aborigènes, les sculptures du Zimbabwe, les masques Vaudous, toutes les musiques... Si la France demeure la première destination touristique au monde, c'est certes parce que ses paysages sont magnifiques et qu'on y mange bien- la cuisine étant en elle-même une culture- mais aussi parce qu'on y trouve, sur un territoire pas très grand, un concentré unique d’œuvres d'art de toutes les époques. Si les Américains et les Australiens découvrent sur le tard les Indiens et les Aborigènes qu'ils ont massacrés et appellent désormais « natives» pour signifier qu'ils sont à l'origine de leur pays, c'est bien parce qu'il est important de savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va.

Une civilisation qui néglige la culture cesse rapidement d'être civilisée. J'ai connu un homme avec qui les discussions s’achevaient souvent par une explosion de violence de sa part quand nous n'étions pas d'accord. Un jour où je lui en fis la remarque, il répondit : « Oui, mais toi tu maîtrises les mots, moi je n'ai pas fait assez d'études. Alors quand je ne trouve pas les mots, ça me donne envie de crier ou frapper. » (il n'avait que crié, sachant qu'un geste de trop m'aurait fait fuir à jamais.). Les mots, comme antidote à la violence...

Oui, la culture est un des meilleurs vecteurs de cohésion sociale et de construction de l'identité de chacun. Gérard Depardieu, Djamel Debbouze, Fabrice Luchini, et bien d'autres l'ont raconté : les livres et l'art les ont sauvés. C'est bien pourquoi il est significatif, et inquiétant, que la culture soit à ce point absente de la campagne électorale. »

livre.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Reynald 19/02/2012 03:32


Changer le monde, sera avant tout de gommer cette illusion du président messie qui fait le boulot à notre place...
Le prix de la liberté est une vigilance perpétuelle (Jeffferson) C'est plus que jamais vrai.

Artistes ou artisans, souvent ils se confondent. En fait, je ne sais trop comment faire une distinction nette entre eux. J'ai failli dire que l'artisan crée des choses utiles, mais le beau est
aussi nécessaire, dans tous les arts. Même si une peinture ne sert pas pour s'asseoir, elle est une œuvre d'art tout autant qu'une chaise ciselée, et réciproquement.
Bises
Reynald

françoise 17/02/2012 18:39


à Reynald: navrés ou catastrophés, de toutes façons il ne faudra pas lâcher la vigilance. Une élection permet de se débarrasser d'un fâcheux, mais pour changer le monde, il faudra beaucoup,
beaucoup de personnes décidées à le faire


à TB: il m'a semblé voir une évocation de la culture dans les programmes de Eva Joly et JL Melenchon, mais ils sont zappés par les medias, qui se cristallisent sur "le combat des chefs". La
campagne est une campagne de pub, pas politique.


à SF: les livres sont un des moyens les moins chers pour s'évader, voyager, comprendre, s'amuser. Ca dure longtemps, une étagère de livres est un excellent isolant thermique, une pile de livres
peut remplacer un tabouret, et quoi de plus jouissif que de lire aux toilettes?


à Nurja: j'adore cumuler les activités et vous avez raison ce que j'apprends de chacune d'elles nourrit mes livres. Mais pas seulement les activités rémunérées: l'amitié, les rencontres, les
promenades, le spectacle de la vie nourrissent l'inspiration. Ce qui m'a gênée souvent, c'est qu'après 7h de journalisme, je n'avais plus trop envie d'écrire en rentrant chez moi, et que cet
impératif alimentaire a certainement réduit ma créativité, tout comme l'infirmière écrivain avoue qu'après une journée dans un service de malades mentaux, elle a plus envie de se reposer que
d'écrire. Car même si c'est une passion, écrire est fatigant et c'est difficile à faire après une journée de boulot.


à Marin: à chacun ses façons de cultiver sa culture, mais il est important de la cultiver.


à Andiamo: tu es optimiste! Je ne suis pas sûr que tu auras tant de bonnes réponses sur Beethoven ou Victor Hugo. Mais d'accord avec toi: les artistes sont aussi les inventeurs, les physiciens,
les chercheurs,  mais la mémoire retient plus facilement ceux qui procurent des émotions, comme les musiciens ou les peintres. Quoique j'ai de vraies émotions en regardant travailler un
ébéniste ou un carreleur.

Andiamo 17/02/2012 09:54


Qui a inventé le moteur à explosions internes ? Pas grand monde ne peut répondre, qui étaient Van Gogh, Beethoven ou Victor Hugo ?  Et là une foule de bonnes réponses.


Pourtant on se sert d'un moteur à explosions internes chaque jour...

marin 17/02/2012 09:43


Pas de culture équivaut à une régression psychologique : les bébés qui n'ont pas toute la possibilité du langage qu'il doivent apprendre avec le temps, se manifeste physiquement pour communiquer
joie ou peur. Privé nos jeunes d'éducation et d'école sérieuse nous promet une société violente.


Depuis les années 80, peit à petit, otus les gourvenment ont fait e nsorte deremplacer la culture par le marketing. Ils cherchent à ce que nos émotions se m"étamorphosent en actes compulsifs mais
orientés : société d'exclaves.


Ma réponse à cela, est de monter dans ma montagne limousine avec mes gosses, livres ,pinceaux et godasses, sans internet, peu de téléphone et pas de télévision. Sur une vieille cuisinère à
bûches, on fait nos plats tradits. On est dans notre berceau familliale, au milieu de terres cultivés par nos pauvres ancêtres et qu'est ce qu 'on se regénère. Cela aussi, ils cherchent à tuer
les hsitoires familliales. A l'école le sgosse sapprennent l'histoir ede la bourgeoisie, au pays, ils apprennent les caches d'armes de mon grand père opur lutter contre l'occupant, ils se
baladent sur les chemins qui menaient à la minotterie, ils parlent avec de vieux ouvriers à la retraite qui quand ils étaient jeunes étaient payés par leurs anciens, illétrés, pour qu'ils lisent
les livres de Hugo et Zola. etc etc.


Honnêtement, grecs, ou nous, nous sommes armés par nos histoires personnelles et cultures famailliales pour résister à ces guerriers du triple A. Car ce sont nous les dépistaires de l'histoire et
de la culture. Les aninmateurs aussi. Non ?

Nurja 17/02/2012 09:26


Ca ne me semble pas nécessairement un problème de diversifier les activités qui procurent un revenu. J'ai l'impression que c'est ce qui permet de nourrir ses activités, justement. Et puis, l'art
devrait pouvoir être présent dans la vie de chacun, et pas seulement en tant que "consommateur" mais aussi en tant que créateur.


Sinon, c'est sûr que tout travail mérite salaire. Du moins quand c'est du travail qui ne nuit pas. (je pense par exemple aux personnes qui travaillent pour aidr les plus riches à payer moins de
taxes ou aux constructeurs de 4x4 qui rouleront en ville ou...) Avec la difficulté qu'on ne sera pas tous d'accord sur ce qui nuit ou pas.


 


Pour NS, j'avoue que j'ai la nausée quand j'entends son discours pour se faire réélire. NS sauveur, c'est à pleurer. A pleurer aussi de voir le ramdam médiatique qui est fait autour de son
annonce.  L'indépendance des médias a vécu... Je suis contente de ne pas être française.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture