Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 18:33

amoureux.jpgInvitée ce matin à une émission TV sur la sexualité. La présentatrice demandait comment faire pour que le sexe soit simple et comment faire pour entretenir le désir. Je me suis risquée à lui répondre- c’était en direct, pas de risque de coupe au montage- que je souhaitais que le sexe garde sa complexité et qu'on n’élucide jamais le mystère du désir.  Les gadgets et les scénarios érotiques ne fonctionnent que si on est déjà à l’aise avec sa sexualité.  Et pour être à l’aise, mieux vaut en reconnaître humblement la complexité. Paradoxalement, si on reste à un niveau superficiel, les rapports sexuels peuvent devenir pesants, alors qu’ils deviennent légers, ludiques, si on en reconnaît la profondeur et qu’on s’interroge sur les raisons pour lesquelles l’acte qui devrait être le plus libre et le plus épanouissant du monde pose tant de questions.  J’avais écrit là-dessus un papier il y a quelques années.

rodin-auguste-la-danaide-5700241.jpgLes hebdos parlent d’échangisme, la télévision d’agressions sexuelles, les magazines proposent 101 trucs pour rendre Jules  ou Juliette fous au lit, tandis qu’entre les cuisses virtuelles de blondes sans visage, les cadres internautes frissonnent d’excitation onaniste. Sexe à l’image du monde, consommateur et sécuritaire. Ce n’est pas l’organe qui fait peur, ni les gestes, mais l’invisible. L’imaginaire capable de transcender le génital en érotisme. Le désir, si puissant qu’une simple pensée redresse la verge masculine. L’abandon féminin, dont on ne sait où il peut mener... L’intimité partagée ouvre au mystère de l’autre et à ses propres mystères. Mais l’Homme, justement, déteste les mystères, déteste ce qu’il ne maîtrise pas ,qui ravive en lui d’archaïques blessures.

« Dieu créa l’Homme à son image et lui donna la Terre pour qu’il la fasse fructifier ». L’Homme- Etre humain, mais à la réflexion assez souvent le mâle- se crut donc le centre de l’Univers, proche du divin et supérieurement intelligent… jusqu’à ce que Copernic lui apprenne qu’il n’est pas le centre de l’univers, que Darwin lui assène sa filiation animale, que Freud lui révèle qu’il est mené par le bout d’un sexe lui-même sous l’emprise d’un inconscient indomptable.Trois découvertes, trois blessures narcissiques au cœur de notre sexualité.                                                                                                        Tableau de Julien Meunié

julien-94rogne.jpgNarcisse amoureux cherche son reflet dans le regard de l’autre : « Je suis le plus beau, le centre de son univers ». Qu’est-ce d’ailleurs que la jalousie, sinon le dépit de découvrir que d’autres planètes peuvent tourner autour de l’astre dont on se veut propriétaire? Malgré la multiplication des divorces et des remariages, l’idéal de l’amour exclusif est si ancré dans l’inconscient collectif que peu de gens se risquent à poser l’élémentaire question : « Pourquoi serait-il mieux d’aimer une seule personne que plusieurs ? » C’est ainsi. Point. Comme la Terre, longtemps, fût le centre du monde…. Et condamnés comme hérétiques ceux qui affirmaient le contraire.

Narcisse, donc, est amoureux. Il se sent beau, il est Dieu, et sublime l’être désiré. Mais au creux des draps, la chaleur des ébats produit des humeurs et des sécrétions, la peau est moite, les odeurs musquées. Narcisse explore des entrelacs humides et des profondeurs obscures, il gémit de plaisir… Sous  son poids de muscles, de sang et d’os, la femme s’ouvre à lui dans un  cri animal… tandis que sourit le fantôme de Darwin. A la mélancolie qui l’envahit ensuite, l’homme reconnaît sa nature animale : Post coïtum, omne animal triste…

Plus tard, son regard croise celui d’une Sylphide qui lui inspire des désirs inavouables : il la voudrait soumise, ou déchaînée. La voir s’offrir, s’ouvrir, souffrir… et jouir. La Sylphide a perçu le regard de Narcisse. Son cœur bat fort. Trouble, pulsions… Elle aimerait s’abandonner aux caprices de cet inconnu … Derrière la porte familière de son désir conjugal, elle découvre une autre porte qui ouvre peut-être sur une autre, encore moins maîtrisable…  Les fantasmes dessinent une ligne ténue entre conscient et inconscient. Pulsions non pas violentes comme on le dit souvent pour les condamner, mais puissantes. Le désir n’est pas seulement sexuel, il est l’énergie de toute vie, celle qui pousse à vivre au lieu de mourir.

sympho-et-jerry.jpg

Et c’est pourquoi l’angoisse de la mort, si humaine, est inscrite dans toute relation sexuelle, seul lien affectif pour lequel on s’interroge dès le premier jour : « Est-ce que ça va durer ? » Une mère ne se demande jamais combien de temps elle aimera son enfant, les ami(e)s n’imaginent pas la fin de leur amitié, mais Narcisse sait la fragilité du désir… 


Alors, dur, dur, le sexe ? (Si j’ose ainsi m’exprimer…) Non, dès lors qu’on est conscient de ce qui l’anime, car animer, c’est donner une âme… En réalisantque la sexualité révèle ces fragilités éminemment humaines, qui font de nous ni des dieux, ni des bêtes, mais des êtres complexes de chair et d’âme, on lui rend sa plénitude. Alors le plaisir quitte les rivages banals de la médecine et de la mécanique pour aborder ceux de l’extase

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

phylippe 25/12/2009 18:59


Il m'est inconcevable qu'aujourd'hui encore nous utilisions le mot homme où il devrait y avoir humain. Pas trop étonnant de la part des en-robés vaticanaux, mais fichtre pas de la notre.
Aujourd'hui nous inventons des néologismes à tour de bras, plus souvent des barbarismes d'ailleurs. De même à vouloir féminiser tous les termes, nous mélangeons fonction et individus qui les
tiennent quand nous ne les transformons pas en machines ou outils (ex: relieuse, c'est un des outils du relieur qu'elle soit femme ou homme). Constatez-vous plus de respect ? Pas moi et j'en suis
de plus en plus choqué.
La solution, je n'en ai pas de globale sinon que de me transformer et tenter d'être contagieux. 


paul 14/12/2009 11:58


@françoise
Pour les autres je ne suis pas sûr de ce  qui leur est arrivé
Pour moi, ça n'a jamais été une peur demon côté.
Au contraire, je suis tellement assoiffé et famélique de l'autre, écrasé de l'interdit de jalousie des autres, que je me jettais à corps perdu dans toute rencontre que le  hasard me faisait
croiser. C'est après la rencontre, après le rejet de l'autre,  après son mépris de  mon état de pauvre en demande, après le  subis de  ces valeurs de forts et de  gagnant
pour qui tout être en demande, tout être  pour qui autrui représente le devenir et la  vie, est une merde méprisable, aprèsavoir  essuyer les larmes,  avoir fait taire la 
haine etla souffrance, que la  peur naît, celle de revivre l'interdit de n'aître au bonheur du fait du poids écrasant de la jalousie d'autrui.
Savez-vous ce que c'est que de n'être le désir de  personne ?


françoise 13/12/2009 21:36


à Coeur noir: tant mieux, dans ces périodes agitées, c'est bon.
à Blutch: les turpitudes elles-mêmes sont sont belles et fraîches quand elle sont puissantes et profondes, à tous les sens du terme. :)
à Machine: ni religieuse, ni courtisane, humaine, tout simplement et ça demande déjà une vigilance de tous les instants!
à Paul: mais n'est-ce pas justement une peur, venant de vous ou des autres, qui vous a éloigné de ces désirs et plaisirs?
à Sara: n'hésitez pas à leur envoyer ces billets quand vous en avez envie.
à TB: ensuite, y a plus qu'à faire.
à Andiamo: dis donc, tu nous la joue frimeur rital :) En fait, ce proverbe latin signifie vide, fatigué plus que triste. Tu sais, cette délicieuse lassitude post-coïtale qui empêche d'y revenir
tout de suite, ce qui, parfois, rend triste le monsieur, justement, surtout si la dame réclame.
à SF: merci, mais encore faut-il être ouvert à ces pensées, ce qui n'est pas le cas de tout le monde;
à Benjamin: vive les poètes! En une strophe, tout est dit.




Benjamin L 13/12/2009 20:58


« Il importe que le mot amour
Soit rem­pli de mys­tère et non de tabou,
De péché, de vertu, de car­na­val romain
Des draps cou­sus dans le salace
Et dans l’objet de la poli­cière voyance ou voyeu­rie »
Léo Ferré


Marin 13/12/2009 08:31


Il y a un ou deux ans, un congrès de géographie internationnal qui porait sur les réseaux, leur histoire, leur présent. Il s'est dégagé une forme de réseau, le médiatique. Ce qui passe à la télé
est devenu la norme, la parole d'expert. A la question decette journaliste que vous rapportez - comment faire pour que le
sexe soit simple et comment faire pour entretenir le désir - il mevient de réflexion : 1 - cs experts sont verbeux et n'ont
d'expertise que le bruit qu'ils organisent, 2 - la fonction normalisatrice de tout intelligensia prend vraiment trop une forme industrielle depuis les années 80, au opint de nous ramener avant 1968
et qui a fait explosr la cocotte.

Et puis il y a lasacrosainteimage biblique, heureux les simple d'esprit. Donc pour jouir, il leur faut des choses simples. Mais apparemment, il veulent entretenir la flamme, l'enegie mais n'y
arrive pas, ce petit signe del'âme de dieu leur fuit des pattes, de l'entrejambe. Peut être devrait il essayer l'eau bénite à défaut de gel, ou sont ils entrain de glisser de l'eau au gel ? De tout
façon, je les juge personnellement vulgaire ( au senspremier du terme).

En fait dès qu'il n'arrive pas à ajouter la notion de performance et de fric, ils sont impuissants, voire frigides. Eh bien vive la frugalité etles petits salaire, aisni j'ai ma vie, mon temps et
je peux créer mon existance? Je ne me perds pas à la gagner, juste l'essentiel. Ces croyant ont perdu leur message d'origine, ce sont les athées qui le portent fianlement de nos jours
!


Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture