Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 13:05

18365063-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20031024 023207Deux couples, Jacques et Carole, d'âge mûr, Edith et François, juste mariés. Ils sont voisins, deviennent amis : François, médecin, est le successeur de Jacques, Edith trouve auprès de Carole une amie joyeuse et maternelle. Tous les quatre s'entendent à merveille : dîners champêtres, promenades, rires... Le bonheur. Au cours d'une partie de pêche, Jacques et Edith se trouvent en tête-à-tête et échangent un regard émerveillé. Ce regard qui s'appelle Désir. Pas seulement le désir de l'un pour l'autre et de l'une pour l'autre, non : le désir comme énergie de Vie quand tout-à-coup, sans qu'on puisse l'expliquer, une personne nouvelle entre dans votre univers et lui donne un éclat supplémentaire. C'est un bonheur indicible que cette sensation de plus de vie, plus d'envie, plus de force que donne ce désir, qui dépasse largement le cadre sexuel. Murmure d'un spectateur : « Ca  sent le dérapage... »

 


baiser1.jpgEdith et Jacques s'aiment, sans pour autant cesser d'aimer leurs conjoints respectifs, et on voit sur les deux personnages (J.Pierre Bacri et Isabelle Carré, excellents) la lumière s'épanouir et les rendre plus beaux. L'amitié entre les deux couples reste intacte, Carole adore Edith, qui le lui rend bien. Jusqu'au jour où, allant chercher une bouteille à la cave, Carole voit Jacques et Edith s'embrasser. Patatras et vaudeville... François, le jeune médecin, quitte la maison en trombe, poursuivi par une épouse en pleurs qui lui demande pardon. Le lendemain, dispute violente entre Jacques et Carole qui tourne au drame lorsque Carole se blesse grièvement contre une baie vitrée. Elle s'en tire, retrouve Jacques et sa vie d'avant, tandis que le jeune couple déménage et qu'on aperçoit Jacques, nez contre la vitre, s'assombrir doucement en voyant partir la jeune femme. Perte de lumière.

Commentaires sur le film, entre amis. Certains com', plutôt masculins, y voient la preuve que « l'amitié entre homme et femme est vouée à déraper » ou regrettent que les deux amants n'aient pas eu l'intelligence de mieux se cacher. D'autres, plutôt féminins, constatent que, comme d'hab, « la laissée pour compte est la femme plus âgée et le séducteur l'homme mûr », ou regrettent elles aussi que pour « une passade, ces deux là aient détruit la belle harmonie entre les deux couples. »

entrepot2.jpgJe remarque que ce n'est pas une passade, mais de l'amour, qui n'aurait jamais dû mettre en danger l'harmonie entre les deux couples qui continuaient à exister et à s'aimer. « Mais quand même, Carole surprend son mec en train d'embrasser la voisine... - Ben oui et alors ? Qu'elle ait un moment de surprise, voire de colère en s'apercevant qu'on lui a caché quelque chose, c'est logique, mais pourquoi en rester à cette réaction viscérale et brusquement ne plus pouvoir aimer Edith ? La jeune femme n'est pas devenue sans intérêt juste parce qu'elle aime Jacques ! Au contraire, ca ajoute même un point commun entre les deux femmes:) Ca me fait penser aux personnes qui lorsqu'elles cessent d'aimer traitent leur ex de tas de noms d'oiseaux ! Ca arrive qu'on n'aime plus ou qu'on ne soit plus aimé, c'est évidemment douloureux, mais ça ne devrait vous rendre ni odieux ni idiot. »

Blanc dans la discussion, comme si j'étais une martienne parlant une langue inintelligible, que j'ai interrompu en concluant: « C'est un film grand public, il répond à ce qu'attend le public : un coup de cœur, un coup de désir, ça doit forcément se payer et au final l'ordre est sauf puisque les deux couples se referment sur eux-mêmes.

cerise05.jpgDeuxième anecdote : sur le site polyamour.info, je poste la question que m'a posé un ami de 65 ans : « Comment fait-on pour satisfaire plusieurs amoureuses quand on vieillit et qu'on a des problèmes de santé et particulièrement d'érection ? » Sous-entendu : votre truc, c'est pour les jeunes qui ont les moyens et l'énergie d'assurer. La réponse de Tentacara ne tarde pas: «Que ton ami se rassure, la satisfaction de son (ses) amoureuse(s) ne reposant plus sur ses seules épaules, il peut profiter de ce que son âge peut offrir de plus précieux : DU TEMPS! ! Puis celle d'un pluriamoureux plein d'humour : « J'ai 65 ans, et parfois mes érections tardent à se manifester, mais je ne suis ni manchot ni sans langue. Aucune ne trouve à redire. »

 gary.jpgBref, les amours plurielles, en permettant à chacun d'offrir ce qu'il peut offrir au lieu de se lamenter de ce qu'il ne peut plus offrir, et en ne s'offusquant pas de ce que d'autres participent au bonheur des aimé(e)s prolongent la vie amoureuse au delà de la limite qui faisait si peur à Romain Gary.

De ces deux anecdotes récentes, je me dis que bien au-delà de « l'adultère dédramatisé » comme le présentent trop souvent les medias, les pluriamoureux apportent un regard autre, fondé non sur la possession ou sur la performance, mais sur le désir et le bonheur de découvrir d'autres personnes et d'autres façons d'aimer, qui n'entrent pas en rivalité mais en résonance, en complémentarité.

C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. A savoir que ce changement radical de logique amoureuse permet d'imaginer des désirs stimulants et des amours joyeuses au lieu des drames de la jalousie, drames de l'ennui et autres conflits qui empoisonnent et tuent tant de relations. Cet abandon d'une logique de possession et de compétition dans la vie privée pourrait s'étendre à des sphères de la vie publique, ce qui fera l'objet de prochains billets.


 

 

Une des chansons les plus cruelles et les plus belles que je connaisse sur l'âge...

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

monique 25/10/2012 20:28


J'ai adoré le contenu de cet article.


Je n'ai pas vu le film dont vous parlez mais par contre je suis entièrement d'accord sur le fond.


Ce sujet est d'une grande complexité car il y a ce dont on rêve, ce qui devrait être la norme. Je veux dire une sexualité gaie, des relations intelligentes sans jalousie ou coups bas. Mais voilà,
il y a le vécu de chacun  et là selon les cas, tout peut changer !


Je crois que chaque histoire est personnelle et qu'à ce titre chaque histoire pourrait être l'objet d'un article.


Bravo encore une fois !

rêveuse 12/10/2012 00:12


Merci Françoise de défendre cette belle façon de voir l'amour.


Je trouve cela beau de pouvoir se laisser aller à nos désirs sans y voir une trahison, sans générer de blessure pour notre mari, sans mettre en péril notre famille.


Je sais que j'aimerais parfois mettre en application ce mode de vie. Je ne peuxle faire, car je n'ai pas choisi le bon mari pour cela. Mais votre blog me fait du bien. Il me permet de rêver, de
m'évader le temps d'une pensée. Et pour moi, le rêve est déjà un moyen de vivre une multitude de choses merveilleuses que l'on ne peux vivre autrement.


Finalement, tout comme mon mari, mes enfants, vous apportez une touche supplémentaire à mon épanouissement en toute complémentarité.


 

Paule 05/10/2012 13:59


J'adore ce film...quelle joie, quelle vague de plaisir et d'amour emportent Isabelle Carré et Jean Pierre Bacri...à l'époque où le film est sorti, je vivais exactement la m^me émotion avec le
mari d'un couple d'amis. c'était plus que troublant. Alors la fin...oui prévisible, bien dans la norme...Sans doute était-il beaucoup trop subversif d'imaginer le triomphe du désir et des
sentiments.

Pierre 03/10/2012 22:49


Je vous lis généralement "en silence", Françoise, parce que vos billets se suffisent à eux-mêmes, sont bien argumentés et vont souvent plus loin que ma connaissance des sujets abordés. J'apprécie
la tonalité générale de ce blog, sur lequel je me suis arrêté à l'origine parce qu'il évoquait la polyfidélité.


Aujourd'hui, en lisant votre réponse à Anne, je constate que le côté "martienne" vous a sans doute pesé plus que je l'imaginais. Je suppose que ça n'a pas dû être facile de "défendre" vos idées
publiquement...


Alors voila, j'ai envie de vous (re)dire qu'exposer vos idées à certainement permis à pas mal de gens (c'est mon cas) de mieux vivre leur différence par rapport à l'exclusivité amoureuse. Votre
expérience a en quelque sorte "légitimé" des aspirations vis à vis desquelles je ressentais autrefois une attirance teintée de culpabilité. 


Merci :)


 

Marc 03/10/2012 18:56


Comme toujours quand je n'ai pas le moral en amour, je viens vous lire et cela me redonne de l'espoir et me fait du bien. Vous raisonnez si bien, vous êtes si forte. Parfois, je me sens lâche
face à mes désirs, pas la force d'aller jusqu'au bout et je subis du coup. Cela me fait du bien de lire ce que je voudrais vivre. Je n'ai pas eu la chance de rencontrer des gens qui se battaient
pour cette idéologie. Finalement, on trouve beaucoup  de gens qui réagissent comme dans le film. C'est la norme et une norme qui nous conduit plus vers les voies de la jalousie, de
la haine et de l'enfermement que de l'amour.


 


Merci pour ces pages si bienfaisantes.          

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture