Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 18:56

dieux1.jpgElle le rencontra dans un bar. Un dealer propre sur lui, qui lui inspira sur le champ confiance. Après quelques verres de bon vin et une petite fumette partagée, il lui souffla à l’oreille qu’il avait quelque chose de meilleur à lui proposer, du genre qui fait planer non seulement pendant mais après… avec la décharge d’adrénaline, d’endorphines, de dopamine, bref de tous les trucs en « ine » qui signent le very good trip.

feux d'art1Il n’avait pas menti. Une seule dose de sa came suffit à la faire planer si fort qu’elle réclama « encore ! » mais il rit : « Pas ce soir, j’ai à faire, je te promets de revenir demain. » Il était à peine parti que déjà elle rêvait au lendemain, regrettant dans le vertige qui l’avait saisie de ne pas avoir pensé à lui demander son numéro de mobile.

homme4.jpgLe second jour, il doubla la dose et ce fut dantesque. Elle ne savait plus qui elle était ni où elle habitait, tout ce qu’elle savait c’est qu’il lui faudrait désormais sa dose quotidienne, tant le manque la saisissait quelques minutes à peine après son départ. Avant, elle avait pourtant goûté à l’herbe, de la bonne rapportée par un ami d’Afghanistan, elle avait testé des comprimés qui font rire lors d’un festival techno, bref elle n’était pas une débutante, mais jamais encore elle n’avait été aussi intensément et rapidement addict. Elle appela des copines pour leur raconter cette merveille et toutes l’envièrent. Seule sa meilleure amie, Polly Sirène, fronça les sourcils. « Fais gaffe, t’es en train de partir en vrille. »  Elle pensa que son amie était une rabat-joie, et ne voulut pas entendre l’avertissement, passant les dix jours suivants dans l’attente éperdue du dealer et ne se ranimant que lorsqu’il sonnait à sa porte.

Un soir, il ne vint pas. Elle connut une nuit blanche où elle se tordit de douleur sur son lit, en proie au manque qui lui creusait le ventre et la laissait en sueur, en larmes en désespoir… Le cinquième jour, il arriva comme si de rien n’était : « Désolé, j’étais en voyage et n’ai pas pu te prévenir. » Elle se précipita sur lui, il l’écarta de ses deux mains tendues, sourit : « Une seule dose pour te réhabituer, ou tout de suite deux ? » La question ne se posait même pas. Elle en voulut, une, deux, trois, avec la sensation de ne vivre pleinement que durant ces minutes là.

Elle lui dit qu’elle avait besoin de sa came quotidienne, qu’il devait la lui fournir, après tout c’est lui qui l’avait rendue addict, il ne pouvait pas la laisser tomber. Il ne répondit pas et elle fut prise d’une angoisse intense à l’idée d’avoir été trop insistante. Elle lui proposa une grosse somme d’argent, il la refusa. « Plus tard, rien ne presse. »

cerise_sensuelle.jpgUne fin d’après-midi où l’orage donnait à la ville des lueurs de crépuscule, elle l’aperçut dans un café, parlant à l’oreille d’une femme qui riait en l’écoutant. Elle en fut offusquée. Ce sale type dealait partout ! Elle appela Polly pour lui crier son indignation. Polly essaya de calmer le jeu : « Réfléchis : il te fournit tes doses, n’est-ce pas ? Alors pourquoi te mettre dans un état pareil ? – Mais Polly, c’est insupportable, je ne veux pas qu’il deale ailleurs. -C’est sa vie, tu ne peux pas l’enfermer chez toi, tout de même ! »  Elle en convint, tout en se disant intérieurement que si, c’est ce qu’elle aurait voulu : l’enfermer et qu’il devienne son dealer attitré. Elle ne supportait pas l’idée que d’autres qu’elles goûtent cette drogue exquise. Il ne lui suffisait plus d’en profiter, elle en voulait l’exclusivité. 

lego_monstre2.jpgLe soir, après sa dose car elle aurait été incapable de lui parler avant, elle lui révéla qu’elle l’avait vu dealer dans un bar et qu’elle ne le supportait pas. Il se leva pour partir, elle se traîna à ses pieds, il se dégagea, elle tenta la froideur : « Fiche le camp, je trouverai d’autres dealers, tu n’es pas le seul à avoir de la bonne came. » Mais quand il ouvrir la porte, elle hurla : « Reviens, sinon je vais mourir ! ». Elle écouta décroître le bruit de ses pas dans l’escalier et crut effectivement qu’elle allait mourir tant le manque se faisait aussitôt sentir.

Elle  se procura une arme, guetta le dealer à la sortie du bar où il officiait ce soir là. A peine avait-il franchi la porte qu’elle tira deux fois. Elle visait bien, il s’écroula, elle s’enfuit en courant et monta quatre à quatre chez elle.

Quelques jours plus tard, averti par son employeur qui s’inquiétait de son absence et n’avait pu la joindre au téléphone, les pompiers enfoncèrent la porte et la trouvèrent morte sur son matelas, un flacon de comprimés ouvert sur la table de nuit. A défaut de sa dose, elle avait avalé une overdose de somnifères.

« Encore un drame de la drogue, soupira le flic qui les accompagnait.

-Ou un chagrin d’amour, suggéra le jeune pompier ému par la beauté de la jeune femme.

- Rien à voir avec l’amour, fit le flic en haussant les épaules. La drogue dont je te parle est hyper dangereuse et pourtant non seulement tolérée, mais encouragée par la société. On l’appelle la passion dite abusivement « amoureuse » qui rend les gens fous et peut les amener au crime ou au suicide, à s’avilir et à devenir dépendants pire que des cocaïnomanes. A part l’argent, je ne connais rien d’aussi addictif. Enlève la passion et l’argent, la jalousie et l’avidité, tu élimines 80% des faits-divers. D’ailleurs, étymologiquement, passion signifie souffrance. » (ce policier cultivé avait fait du latin).

Lyrique, il leva les yeux au ciel : « Seigneur, délivre-nous de la passion et apprend nous l’amour. »

 

img_0109.jpg

 

Je ne résiste pas au plaisir de faire connaître cette chanson aux jeunes générations, c'est un monument!

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Reynald 26/07/2012 10:12


J'espère pour elle que l'amante en question soit passée à des relations plus enrichissantes.

françoise 25/07/2012 14:33


A Saoul fifre, Reynald et Marin à terre: merci pour vos interventions qui témignent de l'amitié qui nous unit. Mon cher et tendre, lui, a remarqué: "Droit de réponse, dit ce monsieur? De quel
droit parle-t-il, puisque tu ne t'adressais pas à lui et ne le mettais nullement en cause. Il est nul en droit, ça c'est sûr". 


Moi, je crois surtout qu'il a vu rouge à l'idée qu'une de ses amantes pouvait lire le Guide des amours plurielles, et lui suggérer ainsi qu'il n'était pas le seul l'Unique à pouvoir l'aimer.
Jalousie, quand tu nous tiens... Ou plutôt orgueil.


 

marin à terre 25/07/2012 10:12


Je vous suis depuis quelques temps maintenant et nous avons parfois échangé quelques mails. ceci ne permet pas d'affirmer vous connaitre. Je vais pourtant me permettre d'émettre une opinion sur
vous, vous êtes humaine, totalement humaine. Je veux dire que vous accepter toutes les facettes de nôtre genre et cherchez à les identifier, les comprendre voire les expérimenter. Vos écrits, vos
récits m'apparaissent plus comme un témoignage, un regard et la volonté d'en débattre. Je peux même personnellement témoigner de vôtre tolérance.


Voilà ce monsieur semble ne pas tolérer d'autres pensées, d'autres chemins, d'autres rêves que les siens. Je le pense machiste, surtout machiste et réactionnaire - oui, là je juge car je le
connais pas, mais c'est mon ressenti. Il vous reporche d'être une femme libre autant que vous le pouvez. Son propos aurait put être intéressant s'il ne vous avait pas jugée. Il confont
éthymologiquement, dispute et jugement, je vois pas ses arguments et je lis  ses douleurs et autres frustrations. Il a mal, très mal, c'est un passionné.


Bon  c'est l'été, j'ai la chance du soleil, je retourne à ma pastorale. Mes amitiés.

Reynald 19/07/2012 08:58


Que dire des propos de Monsieur Bassaler?
Parlant de ses femmes et ses maitresses comme il le fait, il semble faire preuve d'une activité sexuelle débordante et non exclusive.
Telle qu'elle est vue actuellement, la passion  est irraisonnée, exclusive et monomaniaque.
En exigeant de ses femmes la passion, donc l'exclusivité,  il semblerait qu'il soit plus dans l'idée d'avoir un harem plutôt qu'un foisonnement d'amours. Et ça me semble très hypocrite.
Le commentaire de ce monsieur se voudrait poser, analytique et "raisonnable", il n'est que d'une froideur pédante et antipathique.

De manière plus générale, il faudrait remettre l'Amour dans ses pompes et cesser de confondre passion et ferveur.
Oui la passion fait fouffrir, rend triste, dépressif et même suicidaire. Certaines de mes amies s'y étant laissé prendre trop longtemps ne veulent plus "aimer" de peur de souffrir.
La ferveur rend joyeux, rieur, optimiste et heureux; ce qui est nettement plus adapté pour l'Amour (sentiment altruiste et bienveillant s'il en est).

Dans tout ce que fait et tout ce que pense Françoise, FERVEUR (ardeur, enthousiasme) est toujours le maître-mot  dans un joli numéro de duettistes avec FIDELITE.



Saoul-Fifre 19/07/2012 01:13


Héhé on dirait qu'over-blog a prévu une taille maximale pour ses fenêtres, c'est bien pratique ;-) Un commentaire plus long qu'un billet, ça ne respecte pas trop la netiquette mais bast, il
s'agit d'un droit de réponse ?


 


Nul complet, le droit de réponse ! Insultant, pauvre en idées, verbeux (j'ai enfin trouvé mon maitre d:) et surtout complètement à côté de la plaque, quand on connait Françoise un tant soit peu.
Avant de pondre de longues pages redondantes, il conviendrait de s'entendre sur la passion ! Françoise n'oppose pas passion et froideur, comme vous l'insinuez ridiculement mais amour et passion.


 


L'amour est d'un autre niveau. Il est altruiste, respectueux, sincère, phorique et mon tout petit doigt me souffle qu'il n'a rien de commun avec votre "passion".

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture