Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 18:25

caron-toutsoncorps.jpgIl y a quelques années, les magazines se penchaient avec sollicitude sur le drame des éjaculateurs précoces, aujourd’hui sur l’absence de désir masculin. Rarement en revanche on vous parle des mecs qui durent, durent, durs, durs… Je me rappelle un de ces coïts interminables, de ceux qui font penser « Tiens, faudrait repeindre le plafond », d’autant plus qu’il se déroula dans une chambre en travaux qui empestait la peinture et le white-spirit. C’était ça, ou l’arrière d’une camionnette bourrée de tracts gauchistes que j’aurais risqué de retrouver imprimés à l’envers sur mon postérieur, les feuillets ronéotés- je vous parle d’un temps et d’une technologie que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître- les feuillets ronéotés, donc, ayant une fâcheuse tendance à se dupliquer sur toute surface un tant soit peu humide. Il n’y eut pas d’orgasme ce soir là, mais un tel fou-rire que j’ai gardé en mémoire ce partenaire de militantisme et de coquineries d’un soir à l’endurance de bûcheron canadien, alors que certains Byzances du Dunlopillo s’estompent dans la brume des souvenirs, comme quoi…

elisabrune2.jpgLe hasard faisant bien les choses, voici qu’en faisant le vide dans ma bibliothèque  j’ai retrouvé le livre que m’avait offert Elisa Brune il y a deux ans. J’avais rencontré cette jolie Belge dans un Thalys et nous avions spontanément sympathisé, tant son parcours : journaliste scientifique, spécialiste de l’environnement, auteur de livres de sexologie, ressemblait au mien. Son livre, hélas indisponible actuellement, fallait l’acheter avant, raconte le sexe avec une verve délicieuse qui vous le rend immédiatement familier et sympathique, ce qui est bienheureux en ces temps où l’on ne vous en parle que sous l’angle risque (MST, viol, agression) ou consumériste (orgasme obligatoire, clubs libertins, sex-toys). Qu’y trouvé-je ? Un paragraphe sur les mecs qui durent : « Les pires, ah ! Les pires, ce sont ceux qui travaillent sans relâche et dont on ne parvient pas à savoir s'ils l'ont eu ou s'ils ne l'ont pas eu, s'ils l'ont jamais eu un jour, s'ils savent seulement ce que c'est. Il y en a ainsi qui s'échinent à répétition et sans point final, on ne sait pas où ils veulent en venir, ça va ça vient et jamais rien ne se passe, on en viendrait à souhaiter la crise cardiaque. De deux choses l’une : ou bien ils jouissent sans que ça se remarque (bizarre tout de même), ou bien ils n'y arrivent jamais et continuent à besogner en espérant un miracle. »

glatigny_-_sonnet.jpgHeureusement, il y a les autres, dont l’orgasme est une illustration saisissante de la biodiversité amoureuse : « On voit des hommes hurler à la mort là où d'autres pincent à peine les lèvres, et cela suffit à régler la question de l'égalité. Un homme qui jouit, ça peut vraiment ressembler à tout ce qu'on peut imaginer : Ariane qui vrombit, un train qui entre en gare, un chiot qui gémit, la bombe atomique, un cheval qui éternue, un gloussement de poule, une porte qui grince, un rire gras, un claquement de cigogne, un râle de malade, un hoquet de pape, un âne qui brait, un grondement de volcan, un spasme de souris, un cri de flamenco, un froncement de lapin, un délire de martyr, un vol de bourdon, un bruit de tonnerre... (Mesdames, classez vos hommes et faites-moi part des catégories manquantes.) Un infirmier me racontait que l'un de ses patients du service psychiatrique se retirait dans sa chambre une bonne vingtaine de fois par jour, emportant dignement quelques magazines sous son bras, pour y soulager ses gonades en feuilletant... des catalogues de bricolage. Imaginez la scène, le type qui éjacule quand il arrive à la scie à métaux. Faut-il parler ici d'un excès de bonne santé, devenu pathologique ?

auberginebio2.jpgMine de rien, rappeler que les hommes sont tous différents dans leur façon de faire l’amour et de jouir quand tant de femmes restent persuadées que chez le mâle l’éjaculation signe de façon identique et simple la fin de l’acte est une grande déclaration d’amour à nos partenaires de jeu : on vous observe, les garçons, et on aime vous voir dans le plaisir ( et y participer) au lieu d’attendre comme des bergères séduites par un Prince que vous fassiez tout et de le considérer comme un dû. Alors, quand on s’amuse avec votre trois-pièces avec poutre apparente, ne le prenez pas mal comme certains qui s’offusquent : « Ce n’est pas un jouet ! » Si on vous habille d’une coquette capote noire dont l’extrémité devient lumineuse dans l’obscurité comme une flamme de bougie : « Ouvre les yeux : bon anniversaire ! » ne laissez pas la bougie s’effondrer sous prétexte que « ce n’est pas un jouet ! » Mais si, c’en est un, le plus beau jouet du monde pour se faire du bien à deux ou plus. A le considérer comme cela au lieu d’en faire un objet de culte, de frayeur ou pire : une preuve d’amour (alors que de bons amants sont de piètres aimants et inversement), on réglerait bien des difficultés sexuelles sans médecin ni médicament.

(merci à F.B. pour ces dessins d'il y a longtemps que j'ai précieusement gardés.) 

 eros.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Aline Tilleul 03/10/2011 22:51



 


 


Délicieux !



françoise 08/09/2011 11:43



à Bee: il s'es levé d'un bond? Faut croire qu'il croyait que le clitoris était une bête maléfique et dangereuse, il y en a encore des comme ça?


à osteoclem: je ne peux que souscrire à cet éloge de la flânerie amoureuse, qui n'a rien à voir avec ceux qui durent durs.



osteoclem 06/09/2011 23:04


Les hommes qui durent durs, les femmes qui attendent tendues... l'orgasme n'est pas la jouissance, il n'en est qu ' un élément. Il y a tant de plaisirs à partager, dans de rires à s'aimer, dans de
caresses à inventer, tant de repos calé contre un corps tendre à profiter, tant d' odeurs à explorer, de sensations à découvrir... durer point trop il ne faut, mais recommencer lorsque les corps
sont prêts, les sensations affutées, les désirs renaissants, dans les vapeurs des plaisirs et les moiteurs tendres.


Bee 30/08/2011 17:05



Bonjour,
Je découvre votre blog grâce à un ami et le parcoure avec enthousiasme.
Ca me rappelle des souvenirs aussi...
Pas évident de dire à un homme 'tu sais, ça commence à faire longtemps et nous avons passé le stade de l'agréable, en tout cas en ce qui me concerne."
Je me souviens d'un garçon qui ne voulait pas s'arrêter tant que je n'avais pas eu d'orgasme. Deux solutions: la simulation ou la franchise. J'ai joué la carte de la franchise en lui avouans
n'être que clitoridienne. Il s'est relevé d'un bond et m'a traité de frigide avant de quiiter la chambre.
Depuis, je suis toujours franche, ça évite les deuxième mauvaise fois! :)



Reynald 28/08/2011 12:16



Je sais apprécier les bonnes choses, c'est moins facile à obtenir que la légion d'horreur. Là, il faut faire ses preuves.....
Je viens de vérifier que la grande porte est toujours fermée.....
l'Oberführer d'Overblog démontre que les valets serviles sont toujours pires que les maîtres.... ;-)
Bises ma belle
Reynald



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture