Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 11:51

manif-CPE-petit-mars-2006.jpg J’étais partie hier avec l’idée d’écrire un billet sur le Manifeste du Réseau de Résistance Alternatif dont un contact proche m’avait rappelé le passage sur la tristesse comme arme de pouvoir. Et l’idée de disserter sur l’aspect révolutionnaire du bonheur dans une société basée sur la peur et la méfiance de l’autre.

 

adresse.jpgEt brusquement, plus envie. Parce que ce manifeste- que je vous incite à lire tout de même, il est magnifique- a déjà été abondamment commenté sur le Net. Comme tout, d’ailleurs, de la recette de la tarte Tatin à la véracité des attentats contre les Twins Towers ou aux amours insolites. Rien de ce qui est humain n’échappe au Web. Rien de ce qui est inhumain non plus. Lorsqu’un homme a passé une annonce sur Internet pour trouver un partenaire qui accepterait de baiser avec lui, puis de lui couper le sexe, de le manger avec sa victime et enfin de tuer celle-ci, il reçut plusieurs réponses positives… et réalisa son macabre projet. On peut taper n’importe quelle requête, on aura une réponse. Sur 6 milliards de terriens, il existe forcément quelques internautes qui ont les mêmes préoccupations que vous.  

« Tu trouves tout sur Internet » avais-je dit à mon tonton cycliste en lui montrant comment surfer sur la toile. « Tout ? avait-il rétorqué. Mais est-ce que tout, ce n’est pas trop ? »  Parole de sage. Car cette abondance peut créer plus de vide que de vie lorsque  l’écran prend trop de place au détriment du réel.

revenge.jpgSur un blog, il y a une distance entre ce qu’on écrit et ce qu’on est. Le blog crée une alchimie particulière, entre réunion électorale- viennent lire en majorité des sympathisants heureux de partager des idées communes, plus quelques opposants venus chahuter- et le club de chouettes chics copains échangeant des « private jokes » ou compatissant avec le blogueur cafardeux les jours où celui-ci raconte son dernier chagrin d’amour ou ses tentations suicidaires. (ceci plutôt sur Facebook) Ca ressemble à de l’intimité, sauf qu’elle s’exprime entre personnes qui ne se rencontrent pas, ne s’approchent pas. Juste se lisent. Et ce lien cessera d’exister le jour où fermera le blog. Ca arrive.  Ou le jour où les lecteurs ne viendront plus. Cela arrive aussi. Faute de temps, et malgré l’envie que j’ai de découvrir mes contemporains, je ne lis régulièrement que trois ou quatre blogs, en parcours ponctuellement une dizaine, et c’est tout. Sur les 50 000 au moins rien qu’en France, sûr que je passe à côté de perles précieuses… mais après des heures d’écran professionnel, j’ai envie de rencontres charnues, même si pas charnelles.


27nov04.jpgEn un week-end de chargement de camionnette et de repas en commun j’ai plus appris de certains blogueurs qu’en les ayant lu trois ans,  plus échangé avec des lecteurs lors de la soirée bruxelloise ou en prenant un verre avec eux, plus compris certains et certaines le temps d’un massage en silence ou d’un concert partagé, épaule contre épaule. 

cahier.jpg

 

Sur un blog, il y a une distance entre ce qu’on écrit et ce qu’on est. Parce que c’est un espace public. L’écriture littéraire vient de l’inconscient- je suis parfois étonnée de relire ce que j’ai écrit dans mes livres- qui ne s’ouvre que dans la solitude ou le monologue psychanalytique, pas en public. C’est pour cela que les compilations d’articles de blog font généralement de mauvais livres. Parce que l’écriture en reste consciente, prudente,  inscrite dans le présent et non dans l’espoir d’universalité intemporelle de l’écriture romanesque. J’avais d'ailleurs conseillé à un aspirant écrivain d’arrêter de présenter ses textes- plutôt réussis- sur son blog, dans l’attente des appréciations ou des critiques, et de s’enfermer pour écrire le roman dont il rêvait. Je pense qu’il l’a fait, son blog est en sommeil depuis des mois.

A quoi donc sert un blog ? A rien au niveau des idées, sur une Toile encombrée des mêmes idées, et d’autant d’idées contraires. A pas grand-chose au niveau de l’écriture si on veut un jour sortir réellement ce qui démange les tripes. C'est une vitrine, juste une vitrine, mais comme on dit "demandez à l'intérieur ce que vous ne voyez pas en vitrine."

Voilà pourquoi je n’ai pas écrit de billet hier. Et ceci n’est est pas un.


P1000257.jpg


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Françoise 20/06/2010 17:17



à alainx: non, je n'y perds pas ma vie, puisque j'ai assez de lucidité pour ne pas lui donner plus d'importance qu'il n'en a.


à ambre: on peut parfaitement être éditée après avoir écrit sur un blog, mais les blogs édités ne font pas la meilleure littérature. En revanche, des textes que vous avez écrits en plus ou en
même temps que votre blog et qui sont édités, c'est tout à fait différent. Je continue à écrire des livres tut e rédigeant mes billets de blog. Cependant, au moment de l'immersion dans
l'écriture, j'ai besoin de concentration et de recul, tant vis-à-vis du blog que vis-à-vis de la vie quotidienne.



ambre 20/06/2010 13:40



je dois être l'exception qui confirme la règle alors car j'ai d'abord écrit sur un blog avant d'être éditée ;-)


 



alainx 14/06/2010 20:09



Ah lala !!


Pauvre de vous qui perdez votre vie depuis tant d'années sur ce blog !


Mais fort heureusement, ceci n'est pas un commentaire.


 



Françoise 07/06/2010 17:19



à blutch: il y a aussi des boutiques obscures, sans vitrine, où on trouve des merveilles, mais sûr que la vitrine permet de s'approcher avant d'entrer.



Françoise 07/06/2010 17:18



à Olivier: j'ai beaucoup pémé ton com' qui n'en est pas un. Et rassure toi, même quand je me demande "pourquoi?" j'aime toujours la vie. Heureusement, d'ailleurs, car des pourquoi? et même des "A
quoi bon?" j'en ai souvent en tête!


à TB: dans ton cas, je suis sûre que la boutique et l'arrière boutique regorgent de merveilles.


à Andiamo: alors j'espère que tu vas finir par accepter mes invitations puisque vous bougez à nouveau de chez vous.


à Frédéric: Magritte en mots, car en dessin et peinture je suis d'une nullité...


à SF: tu as raison, faut qu'on se voie :)



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture