Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 23:27

mari_s2.jpgC'est quoi ce délire selon lequel « le gouvernement serait anti-famille ? » Que nenni gentes dames et jolis damoiseaux, (à manif moyennageuse, réponse médiévale): le mariage pour tous, la possibilité d'adoption pour les adultes de même sexe, la reconnaissance des familles recomposées avec un statut des mari_s3.jpgbeaux-parents (en attendant un statut des polyfamilles ?) ne peuvent qu'aboutir à multiplier les familles, qui ne sont donc aucunement en danger, ce qui ne signifie pas qu'elles soient sans danger. Entre les violences conjugales, l'inceste et les enfants ou les parents maltraités, l'idée selon laquelle la famille est la base de la sérénité psychologique me laisse dubitative, il suffit de lire les dizaines de romans consacrés au douloureux « secret de famille » qui a gâché la vie de tel ou tel auteur... dans des familles pourtant papa/maman hétéros.

La vraie question est donc ailleurs. Dans un machisme teinté d'homophobie, curieusement porté par des leaders femmes. Comme quoi le macho peut porter jupon et ne pas être homosexuel.

lecture.jpgVous l'aurez remarqué, aucune de ces contestataires ne s'est offusquée à l'idée qu'une petite fille pourrait mettre un jean et un blouson. Elles sont les premières à les acheter dans des boutiques de luxe pour leurs gamines. L'effrayant pour ces femmes n'est pas qu'une petite fille s'habille comme un garçon, c'est qu'un garçon puisse ressembler à une fille ! Manière quasi subliminale d'avouer un machisme profond : être un garçon, voire « un garçon manqué » comme on disait autrefois, c'est valorisant. Faire de la trottinette pour une fille, aucun problème, mais jouer à la dînette ou à la poupée pour un garçon, ouh la la ! Et s'il allait devenir homosexuel, efféminé, folle quoi ! Être femme c'est tellement moins considéré qu'il suffit que des métiers se féminisent (enseignement, médecine, assistance sociale) pour qu'ils soient moins bien payés.

homme_tricot.jpgBien sûr, il y a eu des progrès, bien sûr de plus en plus de jeunes hommes sont capables de s'occuper d'un enfant ou de faire la vaisselle sans se sentir dévirilisés, de moins en moins d'hommes déclarent « Chérie, je T'ai descendu TA poubelle », de plus en plus de métiers autrefois interdits aux filles leur sont à présent ouverts... avec un salaire en moyenne de 24 % inférieur. Bien sûr on condamne plus qu'avant les viols et les violences conjugales...

Mais le sexisme demeure, inconscient, innocent presque :

 

  • Lorsque Patrick Cohen sur France-Inter, parlant d'un humoriste qui après Dieudonné s'est mis lui aussi aux blagues antisémites remarque: « D'ordinaire, son registre c'est le machisme et là il est très bon, il me fait beaucoup rire. »
  • Quand on cherche un jouet pour un enfant de 6 ans et que la première question posée est : « Pour une fille ou un garçon ? »
  • Quand une femme enceinte annonce qu'à l'échographie « c'est un garçon ! » et que tout le monde la félicite.
  • Quand une femme enceinte annonce que son premier bébé sera une fille et qu'on lui répond : « Auprochain, tu NOUS fera un garçon. »
  • Quand aux tests d'embauche on est taxée de « nettes tendances masculines » si on a coché des cases correspondant aux qualités d'autorité, d'initiative, de responsabilités et de charisme.
  • Quand à la devinette posée à des enfants: « Deux médecins vont voir leur père, or ce père n'a pas de fils... », cinq bonnes minutes d'hypothèses diverses se passent avant qu'un gamin propose en hésitant : « … parce que c'est des médecins filles ? »
  • Quand dans une classe de CE1 dix filles au moins préféreraient être garçon, alors que pas un seul garçon ne souhaite être une fille.
  • Quand un juge ose dire à une jeune femme violée qui s'est fait aussi dérober son sac : « Si ça se trouve, votre agresseur voulait juste vous voler, mais mignonne comme vous êtes... » ( le juge avait d'ailleurs été remplacé par une juge, sur demande de l'avocat de la victime)
  • Quand quelqu'un s'exclame« Tu ne dis pas écrivaine, ou auteure, j'espère, c'est tellement laid ! »
  • Quand une femme courageuse est systématiquement affublée d'une paire de valseuses : « Simone Veil, voilà UN ministre qui a eudes couilles ! »
  • Quand la grammaire énonce que le masculin l'emporte sur le féminin, alors qu'il serait plus harmonieux de faire l'accord avec le genre le plus représenté dans la phrase : La mer, le ciel, les vagues et les femmes sont beaux » est grammaticalement la règle, mais « La mer, leciel, lesvagues et les femmes sont belles » sonnent mieux et plus logique, non ?
  • Quand on me dit « Vous avez de la chance d'avoir eu un mari compréhensif », sous-entendant qu'il me fallait forcément son autorisation pour disposer de mon corps et de mon cœur.
  • Quand une femme polyamoureuse est considérée comme une fille facile.

Cette dernière phrase me rappelle un billet sur Blogborygmes par lequel j'ai d'ailleurs fait la connaissance de ses membres. Cela commençait par des phrases connues :

Un homme à femmes : c'est un séducteur
Une femme à hommes : c'est une pute

Un homme public : c'est un homme connu
Une femme publique : c'est une pute

Un homme facile : c'est un homme agréable à vivre
Une femme facile : c'est une pute

Les auteurs du billet en trouvèrent d'autres moins classiques :

Un coco : a choisi le marxisme comme idéologie
Une cocotte : c'est une pute

Un homme qui fait une passe : c'est un sportif qui ne joue pas "personnel"
Une femme qui fait une passe : c'est une pute

Il est bon : il est doux et généreux
Elle est bonne : c'est une pute

Un chien : c'est un toutou
Une chienne : c'est une pute

Vibre ô mon frère : partage mes émois !
Vibromasseur : c'est pour les putes

 

La joute se poursuivait sur des pages et des pages, j'y ajoutais mon grain de sel.

Il s’assoitsur une bitte: c'est un marin

Elle s’assoitsur une bite: c'est une pute


Et c'est ainsi que 7 ans après cette découverte, nous nous retrouvâmes pour une fête Cochonne où garçons et filles, dans un bel élan de mixité fraternelle, fabriquèrent moult cochonnailles en chantant des chansons... mais pas celle-ci, tiens !

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Françoise 19/03/2014 12:11


à Toustou: bien sûr il faut continuer, c'est tellement hallucinant de penser qu'une moitié de l'humanité, depuis des millénaires a voulu conviancre- et pafois, hélas, convaincu- l'autre qu'elle
était inférieure que je ne peux l'accepter, d'autant que ma fréquentation assidue des hommes m'a montré  qu'eux aussi ont tout à gagner du féminisme pour évoluer eux-aussi dans l'image
qu'ils ont d'eux.

TOUSTOU 19/03/2014 07:02


Bonjour,


Voilà une analyse rafraichissante sur les rapports femmes-hommes qui sont devenus encore plus discriminatoires depuis que la Société de consommation via la communication s'est emparée de la femme
pour légaliser un sexisme encore plus caricatural à son encontre. Continuez c'est un "bon" combat

Isa 27/02/2014 11:36


ça me rappelle ceci :


http://www.dailymotion.com/video/x507ca_fatal-bazooka-c-est-une-pute_music

Liza 17/02/2014 17:13


Juste à propos du mot sage-femme : il désigne celui ou celle qui a la connaissance de la femme qui accouche (en anglais : midwife - avec la femme, au sens d'épouse, est encore plus clair) et n'a
donc rien à voir avec le sexe de celui qu'il désigne. Les termes de maïeuticien, etc... ont été proposés mais finalement non retenus. Etant moi-même obstétricienne, je peux vous attester que nous
utilisons l'appellation de sages-femmes pour les hommes, et qu'un sage-femme qui voudrait se faire appeler autrement serait plutôt mal vu par ses collègues...

françoise 10/02/2014 16:09


à SF: effectivement, puisqu'on parle de couleur, il semble que Patrick Cohen ne soit pas toujours blanc-bleu côté blagues douteuses;


à Pierre: bravo, si beaucoup d'hommes réagissaient comme vous, ce serait chouette!


à Célestine: faut dire qu'en gavant les femmes de"chick lit" et de "romances érotiques" auprès desquelles les Harlequin spicy font figure de monuments de la littérature, on n'améliore pas leur
sentiment d'être des êtres humains égaux (pas identiques: égaux) aux hommes. Ce qui me navre est qu'on ne leur fourgue pas ça de force, elels les achètent...


à Claire: ça reste constant, avoir un garçon semble plus valorisant qu'avoir une fille dans la majorité des civilisations et même encore en France. Combien de fois ne m'a-t-on pas demandé si je
n'aurais pas préféré avoir un garçon. Moi non, j'étais ravie d'avoir deux filles. Des études sur des dizaines de mères ont d'ailleurs montré que les mères ne tiennent pas leur bébé de la même
façon selon que c'est un garçon ou une fille, alors qu'il n'y a aucune raison de faire une différence vu que les bébés ont à peu de choses rès des poids et tailles équivalents quel que soit leur
sexe.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture