Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 20:34

Dans la série documentaire « Empreintes » (France 5)  Elisabeth Badinter racontait combien elle avait reçu de lettres de femmes la remerciant d’avoir écrit que l’instinct maternel ne va pas de soi, qu’il n’est pas inscrit dans les gènes des femmes : « Elles me disent : vous m’avez déculpabilisée ».  Depuis « Aimer plusieurs hommes » et « Le guide des amours plurielles », quantité de femmes m’écrivent : « Merci d’avoir osé dire ce que je ressens (ou vis) depuis longtemps, vous m’avez déculpabilisée. » Quelle est donc cette culpabilité des femmes, pour qu’elles considèrent comme un péché de ne pas se conformer au modèle « féminin » dominant ?  Pour qu’elles n’osent pas s’affirmer, non pas en tant que « femme »- j’ai horreur des généralités sur « les femmes » ou « les hommes », mais en tant que personne libre de ses choix,  sans se sentir coupable ?

En fait, rien d’étonnant.  Un Gabonais analyste financier et fils de diplomate m’a dit un jour : « Malgré une intégration réussie, je n’oublie pas que durant des siècles ma couleur de peau a été considérée comme un signe d’infériorité, et il m’est difficile de me libérer de ce complexe d’infériorité, même aujourd’hui. » Idem pour les femmes, jugées inférieures, maléfiques, stupides, dangereuses et pis encore par des gens aussi intelligents que les scientifiques Claude Bernard, Linné, Pasteur… les philosophes Platon, Alain, Sartre, Deleuze, des hommes politiques de toutes les époques,  des hommes d’église, des journalistes, des écrivains… Les 2000 citations recueillies par Benoîte Groult dans un livre déjà ancien (« Cette mâle assurance », 1993) sont à cet égard stupéfiantes. La quantité de blagues sexistes sur Internet montre d’ailleurs que le filon est loin d’être épuisé.  

Je ne m’en indigne pas, ne crie même pas haro sur « les hommes », car à la différence de Patric Jean, auteur du documentaire « La domination masculine » http://www.ladominationmasculine.net/ ,je pense que toute domination s’appuie sur une servitude consentie, et en ce domaine d’autant plus consentie qu’elle émane de l’être censé apporter amour, délices et orgues.  Je constate un fait, c’est tout, mais il suffit que j’évoque le sujet pour entendre des remarques acerbes : « Y en a marre de tes attaques contre les hommes » ou qu’on me dise avec un rien d’impatience : « C’est fini, tout ça. Aujourd’hui les femmes sont libérées, elles s’assument à l’égal des hommes. »  C’est d’ailleurs le leit-motiv marketing des romans de poche ciblés sur les femmes : « des héroïnes jeunes, urbaines bien dans leur peau, aisées, actives et décomplexées avec les hommes ». 

Quand on regarde de plus près cette chick litt (« littérature pour poulettes », déjà, rien que l’intitulé…) que découvre-t-on? Des héroïnes assez hystéro, obsédées par leur apparence, dépensières comme pas deux, croqueuses de sexes mais avides du Prince Charmant qu’elles ne trouvent pas, piapiatant avec des copines aussi hystéro qu’elles, excepté la meilleure copine niaise et naïve qui met en valeur la nymphomane dominatrice … bref des nanas pour le moins antipathiques malgré l’humour des textes, notamment anglosaxons.

Textes souvent écrits par des femmes, qui participent donc au stéréotype selon lequel une nana libérée est forcément hystérique, obsédée par l’argent et les fringues, et nymphomane malheureuse en amour.  Gaffe les filles ! Pourquoi quitter un modèle dominant oppressant pour s’affubler d’un autre modèle aussi caricatural ! Pourquoi ne pas refuser les modèles et assumer tout simplement ses désirs, ses besoins, son énergie et sa tendresse sans référence  à son sexe ni à celui des hommes,  sans être soumise ni hostile, juste comme une personne humaine ?

 

 

Remarquable collection de portraits de personnes dont on peut ne pas partager toutes les convictions mais qui ont en commun  une intelligence évidente et assez de recul pour faire la part des choses.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

françoise 02/11/2009 19:22


à kaeon: effectivement, ces blagues sont un bon miroir des sujets sensibles de la société. Mais il y a plusieurs façons d'en rire, et certains le font au premier degré, comme ces spectateurs qui
disaient à Guy Bedos lors de son sketch sur "les vacances à Marrakech": "Bravo, qu'est-ce que vous leur mettez, aux bicots!" Le pauvre Bedos en avait été estomaqué.
à Artemisia: sûr, y a encore du boulot, et il y a même eu des régressions, mais pas que. Il y a aussi une vraie évolution chez certains jeunes gens.
à jean-marc: les féministes des années 70 écrivaient que "payer soi-même son loyer et se masturber sont deux étapes indispensables à la libération féminine."
à jean marc: Yessss... On s'en doutait, ça va sans dire, mais ça va encore mieux en le disant!


Jean-Marc 02/11/2009 18:16


TEMPS FORT : Tulle TARNAC Justice Police lundi 2 novembre 2009 - 11:43 Tarnac: les avocats de Coupat révèlent des incohérences dans l'enquête Un an après la mise en examen de Julien Coupat dans
l'affaire des sabotages SNCF, l'enquête de police semble présenter de grosses lacunes. Le quotidien Libération révèle dans son édition du jour les conclusions d'une contre-enquête, menée par les
avocats de Julien Coupat, sur l'affaire des sabotages de lignes SNCFen 2008. Cette contre-enquête souligne plusieurs incohérences dans les procès-verbaux de la police. Dans la nuit du 8 novembre
2008, Julien Coupat et sa compagne Yldune Levy, avaient été repérés à proximité d'une voie TGV à Dhuisy (Seine-et-Marne), quelques heures avant un sabotage. Une observation qui avait pesé lourd
dans la mise en examen du leader dit " d'ultra gauche". Or, les traces de semelles découvertes sur les lieux ne correspondent ni à celles de Coupat, ni à celles d'Yldune Levy. De même que les
traces de pneus ne coïncident pas non plus avec celles du véhicule du jeune homme. Plusieurs zones d'ombre D'autre part, la voiture du couple avait été vue à Trilport à 3h50 par les policiers puis
26 kilomètres plus loin 10 minutes plus tard, selon les PV. Pour parcourir cette distance, le véhicule aurait dû roulé à 159 km/h...Mais " la voiture surveillée n'a pas pu parcourir la distance
indiquée dans le laps de temps indiqué" selon les avocats de la défense. D'autres zones d'ombre demeurent: Par exemple, pourquoi la PJ a tardé à informer les responsables de la SNCF des
dégradations? Un an après l'arrestation des "épiciers de Tarnac", l'enquête semble en tout cas au point mort.

J'ajouterai, la justice passe quand même, enfin ça en prend le chemin.


Jean-Marc 01/11/2009 19:16


2000 ans de répression judéo chrétienne, me disait mon prof de psy à la fac. Oui qui de l'esclave ou du maître est responsable, uisque se soumettre en français est bien pronominal. Vous
avez sraison et dans votre propos, et dans votre conclusion?

Mais cela aussi sur d'autres débats, tant d'autres débats : le patron, le salarié, le prof et l'élève ...

Je regarde, j'observe et j'analyse, mais j'essaie de ne plus participer à ce débat.

La liberté, oui on se bat our elle, mais encore faut il la vivre un peu. Alors, j'essaie de trouverdes êtres qui veulentvivre un peu de liberté et partager, de construire c emoment ave ceux, sans
prétention, sans autre but que de le vivre. Pas facile, ps courant, je vis dans un trou rurale et réactionnaire. Mais bon, j'y arrive quand même un peu ;-)

Je garde mes balles ( au sens pyrotechnique ou sémantique) pour de l'urgence ... ou quand je suis  trop écoeuré et  que je  me mets à me battre. Parfois, je reconnais, ça fait du
bien d'agiter l'eau du bocale.

Mais , pour moi , la vrai révolution, elle commence au vécu de son épiderme. Et déjà, c'est pas facile, car finalement, nos chaînes sont plus liés à notre sur, sous, dans ou hors moi. Que dans
l'autre.

Et la première liberté commence très tôt, par l'autoérotisme que je prend comme la première vélléité à l'indépendance sociale. Dire que cela commence tout bébé d'ête libre et que nous passons notre
vie à nous enchaîner. Y en a même qui décorent de chaînes leur tombe. Moi je serai incinérer et répendu à la mer (au moins une partie de mes cendres), si mes fils le veulent bien, le
supportent.

Alors merci de m'avoir , ici et maintenant inviter à une introspection libertaire pour te, et vous respecter. Les deux sexes, évidemment.


Arthémisia 01/11/2009 16:43


Héritières de nos ainées ...bof...j'en doute tant et tant d'entre nous subissent et surtout  se complaisent-elles encore dans ces
situations.
Parfois je me demande ce qu'il reste vraiment de ces luttes.

Laure Adler ce matin sur la 5 avançait même que tout était à refaire.

Car la bête imonde du machisme n'est pas morte, les stéréotypes de papa ont la  vie dure, et certaines de mes élèves (de 16 ans) ne rêvent encore que de bébés et d'épousailles.


Kaeon 01/11/2009 00:39



Quelles sont les trois chose qu'un noir a de blanc ? 
 - Le blanc des yeux 
- Les dents 
- Le patron

J'aime le concept des blagues stéréotypées. Je suis même pour leur distribution massive.

Je vois ces blagues comme des bouffons de notre société, pointant directement le coeur du problèmes, n'étant pour l'occasion pas le contenu mais le contenant. L'existence même de ces blagues, et
leur perpétuation démontre le fait qu'un certains nombres de problèmes persistent.
Tant que certaines mentalités (y compris la mienne), seront sujettes à une réaction (rire [au 1er ou 2nd degré], rejet], c'est qu'il y aura un travail à effectuer, a part si le "modèle" de région
comme la Réunion, où quelqu'un qui n'a pas d'ancêtres récents provenant d'au moins 2 ou 3 continents différents (à l'image de notre hôte) représente la minorité, se globalise. 

Un monde globalement métissé, si on le voit pas, on peut au moins le penser. 
K' 



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture