Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 22:57

Mal au pied droit depuis longtemps. Le chirurgien réputé que je consulte  appuie entre deux orteils « Ca vous fait mal, là ? Oui ? On peut opérer. »  Cinq minutes de consultation, pas de radios,  aucun examen. Je demande le prix de l’intervention, il élude : « Voyez cela avec ma secrétaire. »  Pour les cinq minutes, 70 € (gloup !) et pour l’opération, trois fois le tarif de la sécu.  Je suggère que c’est cher, la dame me toise avec hauteur : « Bien sûr, quand il faut payer, c’est toujours cher. » Je lui rétorque qu’effectivement, quand c’est gratuit c’est moins cher, mais qu’en l’occurrence un tel dépassement d’honoraires est abusif.  « Votre mutuelle le prend sûrement en charge » Pas certain, et de toutes façons, reporter sur les mutuelles les dépassements indécents d’honoraires, c’est créer une médecine à deux vitesses, et c’est injuste pour les médecins qui travaillent sans dépassements. Je le dis à la secrétaire qui n’en a rien à foutre, mais si tout le monde se met à déserter cette coquette clinique, peut-être  changeront-ils d’attitude et d’habitudes.

J’annule donc l’intervention. Direction l’IMM, Institut Mutualiste Montsouris, créé par la Mutualité de la fonction publique : « hôpital privé à but non lucratif ».  Ca fait bizarre de voir accolés les mots « privé » et « but non lucratif », on  n’a plus l’habitude J Son service de chirurgie orthopédique a été classé par « le Point » comme l’un des meilleurs de France, et l’IMM dans son ensemble se situe dans les dix premiers hôpitaux. Rançon de cette qualité : les délais d’attente. Je me réjouis de n’être pas en situation d’urgence.

L’établissement est clair,  spacieux… et calme.  Le sol aiguilleté absorbe le bruit des pas, ce qui évite les « clic clic toc » des talons si énervants  pour le malade en flaque dans son lit,  ou l’infirmière qui court d’une chambre à l’autre. Organisation, nickel, que ce soit à l’administration  ou sur le plan médical : radios, analyses, examen approfondi et explication détaillée de l’intervention par le médecin. Médecin par ailleurs souriant, visiblement heureux de faire son métier, et d’une courtoisie remarquable avec les patients comme avec le personnel.  Personnel qui, par parenthèse, semble l’adorer et fournit donc le meilleur de lui-même. Comme quoi, on obtient davantage en valorisant les gens qu’en les pressant comme  des  « Orange ».  

Je demande le tarif : « celui de la sécurité sociale ».  « Et vous vous en tirez ? »  « Je ne vous cache pas qu’on aimerait que les tarifs de base de la sécu soient un peu réévalués, ça éviterait de travailler en flux tendus. Mais cela ne justifie aucunement les dépassements pratiqués par certains confrères.  A l’IMM, la plupart des médecins sont salariés à temps plein et n’ont pas de service privé. On travaille beaucoup, mais on gagne correctement sa vie. »

J’ai attendu l’opération avant d’écrire ce billet, pour confronter le discours à la réalité. Pas déçue.  Accueil, préparation, coordination des intervenants, prévention des infections,  soins post-op’, chambre, repas…  rien à redire. Plus le plaisir d’avoir eu le temps de parler avec les soignant(e)s la nuit ou dans les moments calmes. De découvrir des personnes passionnées par leur métier, inquiètes de voir les conditions se dégrader- comme partout, on resserre les dépenses- et attachées viscéralement à la notion de service public. Leur crainte : la réputation de l’IMM est telle qu’on vient d’Italie, d’Angleterre ou du Koweit pour s’y faire soigner.  Si bien que l’hôpital est convoité par des sociétés à but lucratif. Imaginons que la Générale de santé, créée par la Compagnie générale des eaux, puis propriété d’un fonds d’investissement, et bien sûr cotée en Bourse mette la main sur un tel joyau…  sûr que l’ambiance changerait.

A propos de dépenses de santé : si l’Etat reversait à l’Assurance maladie ce qu’il lui doit en taxes diverses normalement affectées à la santé et en cotisations sociales (quand le gouvernement décide d’exonérer des entreprises de charges sociales, il s’engage à compenser cette perte pour les organimes sociaux) le déficit serait quasi inexistant.  Si, comme cela se fait dans d’autres pays, on délivrait aux malades uniquement le nombre de comprimés nécessaires pour leur traitement, on économiserait du gaspillage, des frais de recyclage, des risques d’empoisonnements et des remboursements inutiles. Exemple : un comprimé matin, midi et soir pendant une semaine, cela fait 21 comprimés. Si la boîte en contient 20- cas fréquent- le pharmacien vous délivre deux boîtes ! Pour un comprimé, j’ai pris l’habitude de refuser la seconde boîte et n’en suis pas morte. Hallucinant de voir un produit prescrit pour trois jours n’exister qu’en boîte de 28 comprimés !  C’est évidemment l’intérêt des labos et des pharmaciens, mais qu’on arrête de culpabiliser les malades et de leur faire porter la charge du « trou » de la sécu quand ce sont d’autres qui le creusent.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc 31/10/2009 14:13


oufn je retrouve mon accès à ma dépendance.net. Toi qui aime cette région as tu le pieds grec ?




PS 30/10/2009 11:50


Bonjour Françoise,

Heureusement, qu'opérée ou pas, tu sais toujours mettre les pieds dans le plat.
Bon rétablissement.

Ph 


françoise 29/10/2009 18:48


J'oubliais Frédéric/Lung-ta: rien à voir avec un abus de luxure. Pour le pied, c'est la luxation et en ce qui le concerne c'est encore autre chose. Et puis après, je courrai le gueux encore plus
vite, na!


françoise 29/10/2009 18:46


à Blutch: la fraude patronale va jusqu'à déduire des feuilles de paye les cotisations salariales des employés et ne pas les reverser aux organismes concernés. Ca fait de la trésorerie à bon compte.
Un copain liquidant sa retraite s'est ainsi aperçu que s'il croyait avoir bien cotisé, les entreprises ayant gardé ses cotisations, il lui manquait un certain nombre de trimestres. En principe, on
peut se retourner contre l'entreprise pour la forcer à payer... sauf si entretemps elle a mis la clé sous la porte.
à SF: je râle quand ça ne va pas, mais j'aie bien aussi remarquer ce qui va bien. Pour le Medoc... moi j'ai un faible pour le Pomerol, et, moins cher, pour le Bergerac et le Gaillac.
à Andiamo: je me souviens de ton billet, c'est vrai qu'on a un bon service de santé en France,mais ce n'est pas acquis pour toujours si on n'y prend garde.
à TB et Blutch: pour m'y être frottée pendant 25 ans, j'ai vu que la Santé est devenue un marché terrifiant. Comme disait je ne sais plus quel cancérologue "le cancer fait vivre plus de gens qu'il
n'en tue."


blutch 29/10/2009 00:26


@ TB,
C'est pour çà que de plus en plus le serment d'Hippocrate devient le serment d'hypocrite.


Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture