Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 17:00

jeu2.jpg « Tu oses adresser la parole à des inconnus ? » « Ben oui. Ton mari ou ta meilleure amie, étaient aussi des inconnus la première fois que tu leur as parlé ! » C’était une évidence, mais cette femme peureuse était tellement marquée par la croyance « c’est dangereux de parler à des inconnus », qu’il ne lui était pas venu à l’idée de vérifier par elle-même.

« Ne crois rien de ce que tu n’as pas personnellement expérimenté », et « les choses sont toujours plus difficiles par l’idée qu’on s’en fait que par ce qu’elles sont vraiment ». Avec ces deux phrases  on peut se débarrasser de moult mythes, petits et grands, qui compliquent ou gâchent la vie et empêchent d'en devenir acteur.

Le mythe de la mayonnaise : pour ma grand-mère, faire une mayonnaise était une cérémonie si compliquée qu’elle en faisait extrêmement rarement tant ça la rendait nerveuse. Il fallait que tous les ingrédients soient à la même température, que le récipient soit en verre, porcelaine ou faïence mais surtout pas en métal, que l’on tourne la mayonnaise avec une cuillère en bois TOUJOURS DANS LE MEME SENS, qu’il n’y ait pas de courant d’air dans la cuisine et surtout qu’aucune des femmes présentes n’ait ses règles, réputées faire tourner la mayonnaise. Après  des décennies de mayonnaises réussies à la fourchette ou à la cuillère, dans un bol ou une casserole, en marchant ou assise et même pendant mes règles,  exit le mythe de la mayonnaise !

cuba_006.jpgLe mythe du fer à repasser : c’était moi, le fer à repasser, rapportée toute mouillée à ma mère après dix leçons de natation et le verdict terrible du maître-nageur : « Elle ne flotte pas, elle ne nagera jamais ». J’ai traîné un quart de siècle ce mythe d’être constituée d’une matière bizarre dépourvue de toute flottabilité. On avait beau me parler du principe d’Archimède, le mythe m’empêchait de nager. Jusqu’au jour où l’Association « le Pied dans l’eau » m’a fait expérimenter qu’il me suffisait de faire confiance à l’eau pour que tout se passe bien entre nous. La première fois que je me suis assise, paisible comme jamais, à quinze mètres de profondeur, environnée de laminaires dorées et de homards bleus reste un des grands moments de ma vie…

prince.jpgLe mythe du Prince Charmant : « on ne peut aimer qu’une personne à la fois », « si on va voir ailleurs, c’est qu’on n’aime plus son partenaire » Les mythes amoureux sont parmi les plus résistants parce qu’ils font rêver. Au Prince charmant, même si on en est à son troisième divorce, même si les statistiques démentent ce rêve et même si personne, jusqu’ici,  n’a démontré que c’est mieux d’aimer une seule personne que plusieurs. Inutile de développer ce thème, je l’ai assez fait, après 35 ans d’expérimentations quasi scientifiques, de tâtonnements et d’essais…  Je suis la Claude Bernard des relations amoureuses J

caneles_2_01.jpgLe mythe du cannelé Bordelais : les cannelés sont à la mode et atteignent des prix  (g)astronomiques : de 1,30€ ( à Bordeaux) à 1,90€ ( à Paris) pour 1 cannelé.  Fait d’une pâte très proche de la pâte à crêpes, autant dire assez basique.  « Ouh que non ! prétend le mythe. Ouh que c’est difficile de réussir le cannelé croustillant/caramélisé à l’extérieur, moelleux/vanillé à l’intérieur. Il y a un tour de main, une expérience ancestrale, des moules en cuivre indispensables, une cuisson longue et délicate, thermostat  précis obligatoire pour le four, etc., etc. »  C’est là que la phrase « ne crois rien de ce que tu n’as  pas personnellement expérimenté » devient utile pour oser se lancer après tant de mises en garde. Résultat : avec mon four à gaz qui ne fait pas la différence entre thermostat 3 et thermostat 7 (on jauge à la hauteur de flamme et au pifomètre), des moules en silicone vu le prix prohibitif des moules en cuivre, et aucune ascendance bordelaise, j’ai obtenu 18 cannelés croustillants/caramélisés/ moelleux/vanillés (et parfumés au rhum cubain) n’ayant rien à envier à ceux de l’honorable et célèbre maison bordelaise. Et pu ainsi vérifier que  le prix du cannelé doit davantage à l’effet mode et mythe qu’à la complexité de sa fabrication.

Les mythes bloquent, cassent la confiance en soi et en l’autre, ingrédients pourtant indispensables pour survivre dans un monde cruel et ruinent le moral et la santé en  entretenant un sentiment d’impuissance et de fatalisme, alors qu’il suffit d’oser expérimenter autre chose pour que cet autre chose devienne réalité. Qui aurait cru il y a seulement trois mois que deux- et peut-être bientôt trois- dictateurs seraient chassés par la volonté de peuples lassés de trop d’injustices ?

 

Autralie.jpg 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

françoise 11/03/2011 13:18



à Reynald: oser est un joli mot, qu'on l'emploie pour oser faire des choses difficiles, ou dans l'expression un brin surannée "un film ou un livre osés" :)


à Andiamo: y en a même qui skient sur des fauteuils roulants! Par contre, si je ponge, je ne skie pas, mais c'est parce que je déteste la neige;


à Marin: oui, les mythes fondent les sociétés, et c'est pour cela que pour changer de société il est bon de remettre en cause ses mythes



Marin 09/03/2011 14:42



En ces temps de sondage d'eaux troubles à 23-24%, j'invite les gens non fasciste à porter un triangle rouge, pointe en bas et frappé d'un F.



marin 09/03/2011 11:29



Mais le mythe n'est il pas une simple histoire qui se veut explicatif et créateur d'une pratique sociale ? La science est pour moi  le plus beau des mythes car en perpétuel
déconstruction-reconstruction.


Mais qui a dit que le mythe était un intouchable, un irrévocable objet ? Ceux qui disent cela, forment les 23 à 24 % de français qui assassinent notre République.


Les histoires d'amants  ne sont -elles pas des réinterprétations de quelques moments de mythologie ?


Si je reprends votre exemple de la mayonnaise, battre la mayo relevait plus de comportements obsessionnels.


Sans les mythes, je ne sais pas comment nos sociétés pourraient sonder les profondeurs de leur inconscience.


Un monde sans mythe, sans faute serait un monde sans éros. On tournerait toujours autour du pot, sans jamais y plonger le doigt dedans pour savoir ...



Andiamohttp://perso.wanadoo.fr/hobbyclubJe suis al 09/03/2011 10:17



On ne peut pas skier avec des broches dans le tibia ? J'avais essayé après une vilaine fracture tibia péronné au ski... Justement ! Et bien ça maaaaarche !


Tu avais une sainte trouille de l'eau, et aujourd'hui tu pratiques la plongée, bravo, tordons le cou aux idées reçues !



Reynald 08/03/2011 22:04



Comme Rhône-Poulenc (Aventis) usait et use toujours des mêmes méthodes que Monsanto, il vaut mieux faire bio.
Disons qu'avec toi, les mythes sont mités.
Etre libre, c'est oser prendre le risque de se planter.
"Oser", est subversif.



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture