Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 20:17

catastrophes nombre2008, cyclone Nargis en Birmanie, 138 366 morts, séisme au Sichuan 87 476 morts,  et j’en passe. En 2009, tremblements de terre en janvier au Costa-Rica, en avril en Italie,  en août en Indonésie et en Chine,  en septembre aux iles Samoa, en octobre en Indonésie encore, en novembre en Thaïlande, en décembre au Maroc,  et je ne cite que ceux supérieurs à 6 sur l’échelle de Richter. 2010,  séismes en janvier à Haïti et au Japon, en mars au Chili et au Québec,  en avril en Chine…  

catastrophes bilan types

 

Nos dirigeants n’y sont pour rien ? Voire… Selon le site www.notre-planete.info , il serait intéressant de croiser ces données, qui font de la décennie 2000/2009 la plus meurtrière en catastrophes naturelles, avec l’urbanisation galopante, la démographie mondiale, et l’augmentation des températures depuis 1980.  Plus la poldérisation du littoral et la déforestation…

Et que dire de la catastrophe pas naturelle du tout qu’est le naufrage de la Grèce qui préfigure peut-être celui de l’Europe ?

 

aubergeAh, l’Europe ! J’en ai rêvé devant le film « l’Auberge espagnole » qui a plus fait pour le programme Erasmus et l’entente des jeunes européens que toutes les brochures de l’U.E. Mais je n’ai pas voté pour le traité de Maastricht. Parce qu’il  prévoyait une Europe ultralibérale et financière, sans souci du social et de l’écologie.  Le traité constitutionnel européen idem. Sous couvert d’une Union de pays qui plus jamais ne se feraient la guerre, c’est aux peuples européens que l’idéologie de l’UE déclare la guerre. Guerre contre les fondements de notre art de vivre : social, service public, culture, solidarité… C’est tout ce dont les financiers essayent de déposséder la Grèce. Qui a été mal gérée, certes.   Dont les dirigeants ont falsifié les comptes, certes. Mais qui, surtout, fait depuis plusieurs mois l’objet d’attaques spéculatives acharnées.

Les spéculateurs ont d’abord joué avec les entreprises pour s’enrichir. Entreprises qui se soumettent à ce jeu suicidaire. Le Canard Enchaîné a raconté récemment comment France Telecom, largement bénéficiaire, s’est endettée pour payer à ses actionnaires un dividende de 15%, totalement irréaliste dans une économie où le taux réel de l’argent (celui du livret A) est autour de 1%. Mais les actionnaires exigent des rendements à 2 chiffres et pour les satisfaire on suicide les entreprises et ceux qui y travaillent (chez France Telecom, cette expression imagée est hélas réelle…)

Mais les entreprises ne leur suffisent plus, à ces toxicomanes de la finance.  Voilà qu’ils attaquent des pays entiers- d’abord les pays pauvres d’Afrique et d’Amérique Latine, et maintenant les pays les moins riches d’Europe- mis en faillite, puis contraints à « la rigueur », mot pudique pour  « liquidation de toute velléité sociale ».  Pour le seul bénéfice d’une poignée de malades. Car il faut être malade pour amasser des richesses que ces gens là ne dépensent même pas.

proglio2« Tout le monde a envie d’être riche, me dit un homme de droite, alors arrête de taper sur ceux qui ont du fric ! »  Bien sûr, tout le monde a envie de plus d’argent : pour réaliser quelques rêves, un voyage, une maison, pouvoir se soigner sans se ruiner et ne plus bosser comme un malade (les Grecs, le saviez-vous, sont les plus gros travailleurs en Europe, car ils cumulent très souvent deux métiers dont un au noir pour arriver à joindre les deux bouts) mais tous, fort heureusement, ne souhaitent pas cent millions d’euros sur leur compte comme certains traders même pas heureux. Qui noient leur mal de vivre et leur carence affective dans des lignes de coke qui les font saigner du nez, et sont assez pervers (ou inconscients) pour saboter la vie de milliers de gens qui voudraient simplement vivre heureux sur une terre apaisée.

La toxicomanie financière crée de la violence : trois morts à Athènes, à cause d’une crise économique !  Un ami qui en revient me dit « ça y est, on ferme sa maison à clé même sur les îles, à cause de la délinquance qui augmente ». Les Grecs, inventeurs de l’hospitalité qui se dit chez eux philoxenia (amour de l’étranger) développent désormais une paranoïa contre les Albanais.

Partout ce système fou génère les mêmes maux : chômage, anxiété, violence, xénophobie, obsession sécuritaire. Même mon banquier a peur : « Ca va éclater, madame, les spéculateurs sont allés trop loin. Si l’Espagne tombe en faillite- elle y est quasiment, avec 20% de chômage- c’est 200 milliards d’euros qu’il faudra lui prêter, et là, tout va exploser car ce n’est plus possible, même avec de l’argent virtuel. »  En passant, il remarque que l’Irlande, en faillite aussi, n’est pas contrainte par l’UE à un plan de rigueur… privilège du paradis fiscal.

Et c’est là que NS est coupable : par son adhésion totale à un système qui le fascine, comme un insecte aveuglé par les projecteurs du pouvoir et de la phynance.  Entraînant à sa suite  la droite décomplexée, les spéculateurs et les pubeux amateurs de Rolex versus le pauv’con qui doit se « casser », et l’environnement « qui commence à bien faire. »

P1010369.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

françoise 11/05/2010 17:08



à Blutch: comment en sortir, là est la question. Plein de gens se disent "ça ne peut pas durer" mais ça dure.


à SF: bizarre, n'est-ce pas, que les cata dites "naturelles" augmentent de plus de 20% cette décennie.


à TB: la crise de 29 a mené à la guerre de 39/45. Ce serait tout de même bien de sortir de cette crise économique fabriquée de toutes pièces sans massacre...


à Marin: et ce ne sont même plus des humains qui décident, mais des algorythmes pilotés par des ordinateurs qui s'emballent parfois (voir le mini krach la semaine dernière à cause d'une erreur
informatique)


à Ut: je rêve aussi de la fin du monde. De ce monde. Pour un autre plus riant.


à Andiamo: et encore, les Grecs résistent...


à Olivier de Vaux: effectivement, le mieux est de profiter de la vie, si ce n'est que pour qq milliards d'humains, enfoncé dans la misère, ce n'est déjà plus possible. Ni pour certains riches
devenus si paranos, si handicapés affectifs, qu'on ne peut pas parler de bonheur.


à Prof: votre dégoût est partagé par bien d'autres, pas forcément enseignants, qui voient leur vocation et leur goût du service public sciemment piétinés par des crânes d'oeufs formatés à l'ENA
ou Polytechnique;


à Ménalque: la toxicomanie à la thune est une maladie grave, celle de cette économie ultralibérale où l'argent n'est plus un outil mais un but


à Denis Seignez: d'accord avec vous, le système ne fonctionne que parce que nous ne sommes pas assez nombreux à le refuser


à Calune: oui, je'ai sél:ectionné uniquement les séismes très meurtriers, sinon y en aurait trop.


à nicocerise: faut que ça pète, j'en suis persuadée, mais je cherche comment cela pourrait se faire sans trop de dégâts humains. J'suis sensible...


à Marin: garantir 700 milliards d'euros pour "rassurer les marchés". Mais c'est justement "les marchés" qui nous font peur, il faut leur faire peur, pas les rassurer! Les marchés, ce n'est pas
comme des lions rassasiés par qq kilos de viande. Plus on leur en donne, plus ils en veulent.


 



Marin 11/05/2010 10:37



Le monde est sauvé ! On a sauvé le système qui nous a mené à la chute. Décidémént ils sont englués dans le cathéchisme de leur enfance : tout doit finir dans la chute. Les marchands du
temple ont sauvé leurs Eglises. Depuis toujours l'homme vit dans l'illusion et le virtuel. Internet n'est qu'une face moderne de cette virtualité. Les religions ont offrent une vie virtuelle. Les
financier agissent dans un monde virtuel. Il n'y a que les conséquences pour nous ramener à la raison ? Même pas sûr.



calune 10/05/2010 21:22



Si on se limite aux tremblements de terre de magnitude supérieure à 6 sur l'échelle de Richter, faut quand même compter plus : 159 à vue de nez d'après le NEIC... par chance une grande partie ne sont pas meurtriers ! (on a du bol finalement)


"La terra trema", c'est la routine !


 



seignez denis 08/05/2010 04:08



Moi non plus je n'aime pas le monde  tel qu'il est mais force  est de constater que nous y sommes pour quelque  chose au moins pour un peu . Le " laisser faire "  bien
confortable à permis à la corruption de se répandre à tous les étages.Notre bonne vielle terre commence à en avoir plus qu'assez et s'aprète à tout démolir.


 


 


 



Ménalque 08/05/2010 00:40



C


U


P


I


D


I


T


E


 


Cela n'a rien avoir avec de la finance, c'est de la cupidité pure et dure.



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture