Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 18:33

J’ai déjà parlé ici   des allumés qui prétendent avoir une liaison non pas avec moi, Françoise, mais avec l’auteur, la personne publique, persuadés que ce serait prestigieux pour impressionner leur entourage. Ils sont heureusement peu nombreux et pas intéressants. En revanche, d’autres  m’affectent davantage…

mari_s3.jpgChaque semaine, je reçois au moins une lettre ou un mail d’un homme éploré qui me demande conseil, soit parce qu’il a une relation hors mariage, ou que sa femme en a, ou que tous deux souhaitent en avoir mais ne savent pas comment s’y prendre pour préserver leur couple, ou que  l’un et l’autre souffrent de ces amours extérieures, l’un par remords, l’autre par regret.  Par chance, de moins en moins envisagent de se suicider ou de révolvériser l’infidèle, c’est un progrès.  Ils m’écrivent parce que, disent-ils : « Vous avez une telle expérience de l’amour et du couple… »  

st_valentin.gifJe réponds. Toujours. Parfois longuement. Parfois à plusieurs messages successifs. Pas par devoir d’auteur soucieux d’assurer le service après-vente. Juste parce qu’ils semblent avoir besoin d’aide.  Même si certains me disent que je suis stupide de perdre du temps pour des inconnus, je me sentirais mal de jeter leur message à la corbeille… Alors je peaufine les mots qui les aideront le mieux à affronter la réalité, j’essaie de décortiquer leurs contradictions et leurs mythes amoureux. Ce qui est périlleux : s’attaquer à un mythe, c’est énorme, surtout un mythe amoureux. J’essaie aussi de dédramatiser, sachant d’expérience que le chagrin d’amour est comme le mal de mer : sur le moment on souffre le martyre, on accepterait de mourir pour que la douleur (ou les nausées) s’arrêtent, mais ce n’est pas grave. Ca passe dès que la tempête s’apaise et on se demande avec le recul comment on a pu se rendre aussi malade.

reglisse.jpgEt ça marche !  Leur dernier message commence souvent par « je ne sais comment vous remercier… ». J’ai envie de leur répondre : « en achetant mes livres, en les faisant connaître, en m’envoyant des réglisses ou des truffes en chocolat… » mais c’est illusoire. Ils ne le feront pas. Car dès qu’ils vont mieux, silence radio !

Ces lecteurs cherchaient une Nautamine du chagrin d’amour, un Lexomil pour angoisse affective, et après usage, ils jettent le tube.

Ce qui est extrêmement désagréable, car JE NE SUIS PAS UN TUBE DE LEXOMIL et j’aimerais qu’après avoir rempli ma messagerie de complaintes douloureuses, ils aient parfois l’idée de m’envoyer un message pour rien. Juste pour prendre de mes nouvelles. Pas pour me raconter leur vie sur une pleine page un an ou deux plus tard en concluant : « Vous, je sais d’avance que vous allez bien » ou « je ne vous demande pas de vos nouvelles, je suis sûr qu’elles sont bonnes. »  

monstre.jpgCe qui me met doublement en colère : d’une part, qu’est-ce qui leur fait croire que je vais TOUJOURS bien ? Ils sont dans ma tête, ces lecteurs ? Ils me connaissent ? Non. Ils se font une image qui les rassure et s’y tiennent. De plus, même si je vais bien- ce qui est majoritairement le cas- pourquoi ne seraient-ils pas attentifs à quelqu’un qui va bien ? Parce que seuls les tristes seraient intéressants ? Parce que seul les chagrins seraient créatifs et donneraient l’impression de vivre intensément ? Parce que l’époque est ainsi faite que seuls les dépressifs, les trains en retard et la neige qui tombe seraient dignes d’intérêt ? Eh bien ce n’est pas avec un tel état d’esprit qu’on va avancer sur le chemin de l’autonomie où le bonheur n’est pas garanti, certes, mais où on assume ses moments de doute en se disant « bon, j’atteins le fond, je ne vais pas tarder à remonter ». Comme me disait un ami romancier après 20 ans d’analyse : « Longtemps j’ai cru qu’être malheureux me rendait intéressant, aujourd’hui j’ai compris que j’étais surtout emmerdant. »

Ca vous écorcherait les ongles de prendre trente secondes pour écrire : « Comment allez-vous ? J’aimerais avoir de vos nouvelles » ???  La plupart des filles savent faire ça. Alors, les mecs, si les filles en sont capables, pourquoi pas les hommes, qui sont si tellement forts et supérieurs !!! « Oui, mais… on ne voudrait pas vous déranger », bredouillent certains, reprenant leur casquette de lecteur qui n’ose pas perturber l’inspiration de l’écrivaine. Mais ça ne vous a pourtant pas dérangé de m’envoyer des pages entières de lamentations en me demandant de vous aider, alors pensez : trois lignes juste amicales,  ça ne risque pas de me déranger. Et ça ne devrait pas vous gêner.

Heureusement, il y a des exceptions, et je remercie Aurélien B. qui depuis plusieurs années m’envoie deux mails par an uniquement pour garder le contact, et que je vois grandir en sagesse et en équilibre. J’espère qu’il lira ces lignes. Et les autres aussi !

 

koala.jpg 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

LuLutine 18/12/2010 14:58



"à Lulutine: eh oui, on s'est vues avant Noël!"


En fait, j'ai lu ton billet après qu'on se soit croisées ;)



françoise 17/12/2010 17:37



à Marin: le bonheur n'est pas un trophée, mais peut-être un peu un don, aux deux sens du terme


à Philippe: pas de probleme, j'avais tapé le titre et trouvé le bon


à Lulutine: eh oui, on s'est vues avant Noël!


à Sophie: en fait, j'ai espacé mes billets ici non par baisse de moral mais parce que le temps me manque, entre le site d'édition, mes deux pages Facebook, mes conseils "conjugaux" (!) et l'envie
que j'ai d'écrire à nouveau un livre, plus les amis, la famille, les sorties, le sport... j'ai eu surtout envie de consacrer plus de temps à la "vraie vie" qu'aux billets de blog, parce qu'à
moins voir les gens, on les perd peu à peu, et c'est dommage;



godet 17/12/2010 17:18



Bonjour Francoise,


Je vous ai commandé un livre cet été et j'ai été trés touchée de recevoir un message personnel sur un postit à l'intérieur parce qu'il y avait eu un souci d'expédition.


J'ai également été trés touchée que vous me répondiez directement au mails que je vous ai envoyé à l'époque. Je vous ai trouvé trés humaine et accessible. 


Je regarde votre blog trés régulièrement et me suis dit que vous deviez être moins en forme car les articles étaient plus espacés. Je comprend mieux maintenant.


C'est plutot bien de nous avoir fait partagé votre sentiment de frustration à un moment donné.


Bonne chance


Sophie


 


 



LuLutine 15/12/2010 23:07



"pourquoi ne seraient-ils pas attentifs à quelqu’un qui va
bien ?"


Ca me rappelle un incident avec un amoureux. Nous ne pouvions passer que quelques jours à peine ensemble, avant un long moment sans se voir. C'était un moment où je n'allais pas très très bien et
il le savait : je venais de perdre un poste que j'aurais dû avoir, ma supérieure m'avait empoisonné la vie pendant plusieurs mois...


J'avais besoin de faire un break, rien qu'avec lui.


Au final nous nous sommes disputés parce qu'il a passé le temps la tête ailleurs et/ou à surveiller son téléphone parce que : "on pourrait avoir besoin de [lui]".


Dans ces moments-là, on a vraiment envie de répondre : "Et moi ? Je n'existe pas ? Je n'ai pas besoin de toi ?"


Ce jour-là il a laissé tomber la seule personne qui avait vraiment besoin de lui (il n'a reçu aucun véritable appel d'urgence pendant le temps passé ensemble !).


Oui, c'est très frustrant d'être mis(e) de côté même quand on va mal, y compris par des gens proches, sous prétexte qu'on est vu(e) comme quelqu'un de "fort"...


Heureusement tout le monde ne se comporte pas de la sorte !


Pour ce qui est des étrangers à qui l'on vient en aide, je suppose que pour ma part un "Merci" me suffirait. Je ne leur en voudrais pas forcément s'ils ne me demandaient pas de nouvelles après...


Je te souhaite de bonnes fêtes - bien qu'il soit possible qu'on se reparle avant Noël (via internet) et que ce soit donc un peu prématuré. ;)



Philippe 14/12/2010 15:10



Je me suis trompé de livre. En fait, il s'agit de "Nos hommes à nu" de Valérie Colin-Simard aux Editions Plon. Avec toutes mes excuses,


Philippe



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture